naples

Visiter Naples

Itinéraire Voir Naples et puis mourir – Les incontournables à voir

Introduction (audioguide)Découvrez Naples avec Emilie !

blue arrow3,7 km

little pin18 découvertes

pas9

bouton audioguides
00 plan naples
phone cut2

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

Gratuit
Sans publicité

Visiter Naples

: 18 lieux d’intérêt à découvrir

Le
par Emilie
quote haut

Cette expression, très ancienne, nous propulse directement dans la fierté napolitaine et dans la beauté légendaire de Naples. Traduisez par “accomplir un désir souhaité si ardemment qu’une fois réalisé, la vie perd tout son sens. Mais en réalité, il est très probable que ce soit Goethe qui l’ait inventé dans son récit “Voyage en Italie” où il disait tout simplement qu’après avoir visité Naples, il irait à Morire, une ville près du Vésuve.

Qu’importe, Naples est installée sur l’une des plus belles baies du monde et sa nature vallonnée vous offre de superbes belvédères pour en profiter. L’histoire de Naples s’étend sur plus de 28 siècles, il est donc difficile de lui attribuer une étiquette. Mais imaginez seulement les trésors qui résultent de toutes ces époques. De la Parthénope grecque qui fut l’un des principaux  centres commerciaux, culturels, philosophiques et politiques de la Grande-Grèce puis de l’Empire Romain ! Puis de ces 600 ans de capitale du Royaume de Naples et des Deux Siciles !

Elle a aussi été l’un des plus grands centres universitaires internationaux et a fondé la plus ancienne université laïque au monde ! Pas étonnant alors que son centre historique soit entièrement classé UNESCO ! L’ombre de ses ruelles étroites et emmêlées, nous dévoile un Naples Clair-Obscur, parfois intime, souvent bruyant, mêlant cris d’enfant, bavardages de balcons, places typiques et plus de 500 églises surprenantes, témoins d’une religion et de croyances omniprésentes. Vous vouliez l’Italie, la vraie, eh bien vous allez être servis !

Cette visite d’à peine 4 km vous présente une Naples sans filtres et mystérieuse à travers son histoire et ses légendes pour faire connaissance avec une ville aussi exubérante qu’insaisissable. 

quote bas
Piazza Dante

Vous voilà donc sur la place Dante, qui, vous vous en êtes rendu compte, est l’une des plus importantes places de Naples. Elle a été construite en dehors des murs du centre historique, à l’occasion de l’agrandissement de la ville en direction du quartier monumental, nouveau siège du pouvoir à l’époque des vice-rois espagnols. Elle est au départ une place de marché et est connue sous le nom de Mercatello. En 1757 arrive Charles de Bourbon, et lui, il voudrait bien une place à sa gloire quand même. Du coup, il fait installer le grand portique en arc de cercle que vous voyez devant vous comportant 26 statues qui sont tout autant de qualité du souverain. A voir si vous trouvez la statue de la modestie !

Église du Gesù Nuovo

Vous voilà face à l’une des églises les plus emblématiques de la ville, celle du Gesù Nuovo. Elle est la principale église des Jésuites de Naples et l’un des principaux édifices de l’art baroque napolitain. Son étrange silhouette et sa façade, très inhabituelle, viennent du fait qu’elle n’a pas été bâtie pour être une église, mais pour être l’un des plus importants palais princiers de la Renaissance. C’est en 1470 qu’est construit le nouveau palais des princes de Salerne, pour le prince Robert Sanseverino. Son successeur, résistant à l’Inquisition menée par le vice-roi de Tolède à Naples, sera contraint à l’exil et verra tous ses biens confisqués. C’est comme ça que le palais se retrouve transformé en église, lorsque les Jésuites rachètent le complexe en 1584 pour en faire un collège. Son portail et sa façade en bossage sont tout ce qui reste de l’ancien palais et c’est justement cette façade étrange qui fait toute sa singularité. Elle est le seul exemple de ce genre à Naples.

Basilique Santa Chiara

La basilique Santa Chiara, que vous voyez devant vous, appartient à un important complexe religieux construit au début du XIVe siècle par Robert d’Anjou et sa femme, la reine Sancia de Majorque. Il comprend l’église gothique donc, mais aussi deux couvents construits à l’emplacement d’anciens thermes romains : celui des Clarisses dont Santa Chiara, Sainte-Claire est la fondatrice et celui des frères mineurs ainsi qu’un sublime cloître majolique entièrement rénové. Le tout étant classé Monument National Italien. La basilique, haute et sobre avec son unique rosace surmontée d’un œil, est le plus grand édifice gothique de la ville. Terminée en 1328, elle est devenue le panthéon de la famille royale d’Anjou.

Place San Domenico Maggiore

Vous voilà sur l’une des plus importantes places du centre historique de Naples, la place San Domenico Maggiore. Historiquement, la place représente la limite des murailles grecques de Neapolis et est aujourd’hui l’un des points principaux du centre historique de Naples, entièrement classé UNESCO. La place a été construite sous le règne d’Alphonse V d’Aragon au XVe siècle et prend son nom de l’église San Domenico Maggiore voulue par Charles II d’Anjou en 1283.

Via San Gregorio Armeno

Voilà la fameuse rue San Gregorio Armeno. Elle prend son nom de l’église que vous avez sur votre gauche, édifiée vers 930, mais elle est plus connue sous le surnom de la rue des crèches ou Christmas Alley. Et vous allez vite comprendre pourquoi ! La rue est jonchée de boutiques artisanales d’art santonnier. Elle est devenue très touristique, et encore plus fréquentée en période de Noël !! Vous ne le saviez peut-être pas, mais l’art de la crèche est quelque chose de très important à Naples et perdure depuis bien longtemps.

Château Capuano

Vous arrivez devant le Castel Capuano, le château Capuano, nommé ainsi, car il était, à sa construction, sur la route qui menait à la ville de Capoue. La rue qui vous amène au château, la voie du Tribunal est un des axes urbains qui existe à Naples depuis l’Antiquité, le decumanus maximus ! C’était la rue principale qui traversait l’ancienne cité grecque puis romaine d’est en ouest. C’était déjà bien organisé à l’époque. Il y avait trois décumanus, une au nord, le decumanus supérieur, une au centre, la principale donc la maximus et une au sud, l’inférieur, toutes trois traversant la ville d’est en ouest.

Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption  (Il Duomo)

Vous avez remarqué, depuis votre arrivée à Naples, que vous ne pouvez pas faire 500 mètres sans tomber sur une église. Et pour cause ! La ville en compte plus de 500. Pour les amateurs d’art religieux et d’architecture ancienne, Naples est un paradis, d’autant plus que les églises napolitaines sont de vrais musées et que leur accès est majoritairement libre et gratuit. Mais la plus importante de toutes est sans nul doute celle que vous voyez à présent, la Cathédrale de Santa Maria Assunta. Il Duomo de Napoli. Le Dôme de Naples a une place toute particulière dans le cœur des habitants. Déjà, elle est le siège de l’archidiocèse de Naples et est dédiée à l’Assomption de la Vierge Marie. Mais derrière sa belle silhouette gothique, la cathédrale abrite surtout les restes du saint patron de Naples, San Gennaro : saint Janvier.

Le culte des âmes du Purgatoire

Encore une église me direz-vous, et pourtant, on ne vous a choisi que les plus importantes ! Celle-ci s’appelle l’Église Sainte-Marie-des- âmes-du-Purgatoire. Amateurs du tourisme morbide ou étrange, la visite de cette église est faite pour vous ! Elle est dédiée au culte des âmes du purgatoire qui s’est fortement développé au XVIIe siècle, alors que Naples souffrait de terribles fléaux comme l’éruption du Vésuve de 1631 et la grande peste de 1656 qui déciment sa population. Il n’y a donc plus assez de place pour enterrer les morts tant les corps sans vie se multiplient. Les dépouilles sont alors entassées au cimetière de Fontanelle hors de la ville et dont nous vous conseillons fortement la visite.

Port’Alba

La petite rue piétonne Alba, bordée de librairies et de magasins de musique, vous amène jusqu’à la Porte Alba, que vous venez de traverser. Elle est l’une des anciennes portes des remparts de Naples et a été percée dans la muraille angevine en 1625 pour faciliter les déplacements des habitants. C’est le vice-roi d’Espagne, Antonio Alvarez de Tolède, duc d’Albe qui en est l’initiateur et de qui elle a pris le nom. Vous voyez sur la porte, les armoiries de Philippe III, ainsi que celles de la ville et celles du vice-roi. La statue de San Gaetano au sommet est apparue en 1656, à l’instar des autres portes de la ville, suite à l’épidémie de peste. Mais la porte est aussi liée à une légende. Les Napolitains adorent une bonne légende. La création même de leur cité grecque vient du mythe de Parthénope, la sirène échouée près du Castel dell Ovo, château lui-même basé sur la légende de l’œuf. Vous découvrirez tout ça dans notre deuxième circuit. Ici, nous allons nous intéresser aux sorcières.

09

Et encore 9 à retrouver dans l’application

Chapelle Sansevero, Statue du Dieu Nil, Palais Diomede Carafa, Basilique San Lorenzo Maggiore, Naples souterraine, Piazza Sisto Riario Sforza, Les théâtres antiques, La Pietrasanta, Piazza Bellini

Télécharger gratuitement l’itinéraire complet dans l’application

phone full

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

decouvertes

18 découvertes

point de vue

Points de vue

anecdotes

Plein d’anecdotes

Gratuit
Sans publicité

Informations pour votre visite

01

Départ conseillé : Piazza Dante / Métro Dante

Parking conseillé : Parcheggio Mezzocannone / Via Sedile di Porto, 59 

Infos parkings : Si vous avez décidé d’avoir ou de louer une voiture à Naples pour profiter des environs (et vous avez raison) il vous faudra trouver où vous garer. Alors, même si le côté chaotique de Naples fait partie du charme, c’est une autre affaire quand on est en voiture. Vous garer dans la rue, que ce soit sur les stationnements gratuits comme payants, n’est pas franchement recommandable, sauf si vous êtes à la fois maître zen, as du volant et serein quant au sort de votre voiture. L’idéal est d’utiliser un parking couvert privé et de payer. Mais si vous voulez également échapper à la conduite en centre-ville, alors optez pour les parking relais ANM situés en dehors de l’ultra-centre et connectés au réseau de transports en commun.

Monnaie : Naples, en Italie, est dans la zone euro.

02

Infos visite :

Nous visitons le quartier des Espagnols qui a la double casquette d’être un incontournable de Naples tout en ayant la réputation d’être mal famé. Cela vaut pour la ville en général qui a cette image de ville dangereuse et sale.  Même si elle a mauvaise réputation en rapport avec la mafia Camorra, sachez que la petite criminalité est plus basse à Naples qu’à Rome, Turin ou Milan. Et que l’Italie en générale à un taux d’homicide plus bas que dans d’autres pays européens. Alors, soyez prudent, comme partout, mais n’ayez pas peur des stéréotypes.

Climat : Naples jouit d’un climat méditerranéen avec des étés chauds et secs et des hivers plutôt doux et pluvieux. La brise de la mer rafraîchissant tout de même l’air en été. Les mois les plus chauds sont juillet et août avec des maximales généralement autour de 32°C et des minimales autour de 22°C. Les mois les plus pluvieux sont novembre et décembre. La meilleure période pour visiter Naples se situe donc d’Avril à Octobre.


Vous avez encore un peu de temps à Naples ?

LA PIZZA

Alors, on ne va pas se mentir ni essayer de comparer, la meilleure pizza est à Naples, un point c’est tout. Elle fait partie intégrante de votre voyage et mérite qu’on lui dédie un paragraphe ! L’UNESCO a même ajouté l’art traditionnel des pizzaioli napolitains au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, c’est pour dire ! Alors, après avoir écumé les pizzerias bien cachés et découvert qui, selon vous, faisait la meilleure pizza de la ville, pourquoi ne pas aller apprendre tous les secrets de sa fabrication ? De nombreux cours de cuisine sont organisés pour vous apprendre à réaliser la sauce tomates de grand-mère et faire voltiger la pâte comme un professionnel !

LE CHÂTEAU SANT’ELMO

Si vous vouliez voir les quatre châteaux de Naples, alors il vous faudra monter sur la colline du Vomero. Vous y trouverez une ancienne résidence royale, voulue par le roi de Naples en 1329 qui sera ensuite transformée en forteresse en étoile au XVIe siècle. C’est aujourd’hui un centre multiculturel qui organise régulièrement des expositions temporaires, des concerts et des spectacles.

L’intérieur ne se visite pas, mais le site vous offre un magnifique point de vue sur la ville de Naples et ses alentours !

CHARTREUSE DE SAN MARTINO

Ce vaste complexe monumental, construit au XIVe siècle par la famille d’Anjou est un merveilleux exemple du baroque italien. Vous y trouverez une belle église, un cloître, des jardins méditerranéens ainsi qu’un musée en partie dédié aux fameuses crèches napolitaines.

LE MÉTRO

Le métro napolitain vous offre des stations-musées surprenantes ! Véritables œuvres d’art, certains arrêts vous emmènent tout droit dans un monde imaginaire pour une parenthèse hors du temps, à voir absolument. Ce sont au total une quinzaine de stations, conçues par des architectes et des artistes du monde entier ! Mention spéciale pour la station Tolède, Museo et celle de l’Université de Naples.

LES MUSÉES

  • Musée Capodimonte considéré comme l’un des plus beaux musées d’Italie et le plus beaux musées d’art de Naples ! Le musée abrite plus de 3000 peintures du XIIIe au XVIIIe siècle; ce qui est la plus grande collection d’art de Naples.
  • MADRE : L’un des meilleurs musées d’art contemporain en Italie.
  • Musée Archéologique de Naples : C’est le plus célèbre de la ville et ses collections sont renommées dans le monde entier. Il abrite tous les trésors retrouvés sur le site de Pompéi et d’Herculanum.

NAPLES SOUTERRAINE

Après avoir visité Naples extérieure, pourquoi ne pas aller voir à quoi ressemble la ville souterraine. Naples compte un réseau souterrain incroyable, dont les premiers tunnels remontent à plusieurs millénaires ! Utilisés par les Romains, ou comme abri durant la Deuxième Guerre mondiale, les souterrains de Naples sont remplis d’histoire et leur visite nous entraîne dans un monde parallèle obscure. Fascinant. Attention, visite obligatoirement guidée et il vous faudra réserver si vous la voulez en français !

CIMITERO DELLE FONTANELLE

Si vous aimez les lieux insolites et un brin étranges, alors rendez-vous au cimetière de Fontanelle. Cet ancien ossuaire contient un nombre impressionnant de crânes humains. Jusqu’au XVIe siècle, les corps des défunts étaient enterrés près des églises mais lorsqu’il n’y avait plus de place, les fossoyeurs devaient déterrer les plus anciens et déplacer les ossements dans des carrières. Lors de l’épidémie de peste qui emporta une grande partie de la population, la carrière de Fontanelle est donc devenue le cimetière de Fontanelle.

LES PANORAMAS

Voir Naples et puis mourir… Une expression comme celle-là implique forcément des panoramas inoubliables sur sa baie scintillante. Surtout que la ville, entourée de colline, se prête aux points de vue en hauteur, alors voici les meilleurs endroits pour l’admirer :

  • Le Castel Sant’Elmo, au sommet de la colline du Vomero, Naples s’étend devant vous depuis la Piazzale di San Martino. Vous verrez à quel point la rue Spaccanapoli coupe la ville en deux, c’est impressionnant !
  • Si vous voulez aller encore plus haut, alors rendez-vous à l’Ermitage des Camaldoli, à 485 mètres au-dessus du niveau de la mer. Vous verrez, non seulement la ville et son Vésuve, mais également l’autre côté, avec la péninsule de Sorrente et Capo Posillipo, les trois îles du Golfe (Ischia, Procida et Capri) et la colline du Vomero.
  • Posillipo : La carte postale de Naples est prise depuis le promontoire de Posillipo. Vous pouvez vous rendre au parc Virgile, ou bien à la terrazza di Sant Antonio.

LA NATURE

Si vous avez envie de profiter d’un peu de fraîcheur apportée par la nature au cœur des villes, alors passez un peu de temps dans le parc de la Villa Communale. Mais également dans son jardin botanique, qui est peut-être le plus surprenant ! Agrumes, plantes tropicales, mangrove, fougères arborescentes et même des fossiles de plantes dans son musée. Superbe !

Mais si la nature vous appelle plus fortement qu’à travers un parc, voici quelques escapades vertes à faire autour de Naples :

  • Le cratère du Solfatara, pour une virée de l’autre côté de la porte des enfers.
  • La péninsule de Sorrente, pour une rando avec vue.
  • L’île d’Ischia, pour côtoyer le dieu soleil.
  • Le Parc Naturel du Cilento pour les randonneurs amoureux de nature préservée.
  • Le Village du Positano, pour les amateurs de criques bien cachées.

VISITES À L’EXTÉRIEUR DE NAPLES

POMPEI :

La visite de Pompéi est certainement la meilleure chose à faire à l’extérieur de Naples et sa visite est sans doute déjà sur votre to-do liste. Pompéi est le site archéologique le plus visité au monde pour ses vestiges incroyablement bien préservés et la fascination qui entoure cette histoire atroce d’une ville submergée par les cendres de l’éruption du Vésuve en 79 après J.-C. qui causa sa destruction. Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997, le site est un passage obligé et qui ne vous laissera pas indifférent.

HERCULANUM

Moi connu que Pompéi, Herculanum a pourtant connu le même sort que son voisin. Les habitants n’ont pas eu le temps de fuir et la ville, ensevelie sous les semble figée dans le temps à jamais. Herculanum est certes moins célèbre, mais n’a rien à envier à Pompéi et sa visite est tout aussi recommandable.

CAPRI

Quitte à avoir la chanson dans la tête toute la journée, autant aller voir de plus près cette île magnifique. Les falaises et les grottes de l’île de Capri émerveillent les visiteurs depuis l’Antiquité. Sur l’île, ne manquez pas d’aller visiter la célèbre Grotto Azzurra, une grotte abritant une eau d’un bleu que vous n’êtes pas près d’oublier. Découvrez également Anacapri, la partie de l’île moins touristique et tout aussi magnifique.

LE VESUVE

Bien entendu, qui n’a pas eu envie de voir au moins une fois dans sa vie le célèbre volcan du Vésuve. Sa silhouette fait partie intégrante du paysage napolitain et son ascension est un incontournable de votre séjour dans la région A 10 km à peine de Naples, le Vésuve est facile d’accès et de nombreuses excursions vous en proposent l’ascension, mais vous pouvez également vous y rendre par vous-même et payer sur place l’entrée au cratère.

BALADE EN BATEAU SUR LA CÔTE AMALFITAINE

Les excursions ne manquent pas au départ de Naples. La ville est en effet un départ idéal pour découvrir la côte Amalfitaine. Si vous avez le temps, l’idéal est de louer une voiture et de partir explorer les moindres recoins, mais sinon, une excursion à la journée depuis Naples, vous donnera déjà une belle idée de ce à quoi ressemble la côte ! En bateau, vous pourrez admirer sur fond de mer, les maisons multicolores s’agripper aux collines verdoyantes.

LE PALAIS DE CASERTE

Si vous aimez les visites des palais, alors ne manquez pas le beau palais de Caserte. Il s’agit du palais de la famille royale des Bourbons à Naples. Il est situé à seulement 30 kilomètres au nord de la ville et est classé au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO. Vous pourrez parcourir un vaste palais de 61 000 m², un grand parc et un jardin aquatique, ainsi que des bois et des pavillons de chasse !

Partagez sur les réseaux :

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Visitez les autres villes d’Italie

Les autres lieux incontournables à visiter à Naples à pied

En complément des lieux mis en avant en haut de cette page, d’autres lieux figurent dans notre itinéraire de visite de Naples à pied :

1 – Chapelle Sansevero

La chapelle Sansevero que vous avez à votre gauche, d’apparence sobre et réservée, abrite pourtant une importante collection d’œuvres d’art. Une trentaine de sculptures en marbre dont les célèbres Pudeur et le Christ voilé, toutes deux recouvertes d’un linge de marbre, si fin que sa réalisation relève du miracle. La pudeur représente une femme entièrement recouverte d’un voile. Elle a été sculptée par Antonio Corradini a qui l’on commande ensuite une sculpture grandeur nature du Christ allongé et recouvert d’un linceul transparent.

Le maître meurt après avoir seulement eu le temps de réaliser une esquisse en terre cuite. C’est donc à Giuseppe Sanmartino que l’on doit cet exploit. Sa représentation du Christ mort, recouvert de ce voile qui épouse les formes de son corps et laisse apparaître les stigmates, est incroyable et est considérée comme un chef-d’œuvre majeur de la sculpture mondiale. Ce rendu incroyable a forcément en son temps donné naissance à des légendes. Les visiteurs subjugués de l’époque croyaient alors que le commanditaire de toutes ces statues, Raimondo di Sangro, qui était franc-maçon et alchimiste, avait enseigné à l’artiste une technique qui permettait de transformer du tissu en marbre cristallin.

On pensa pendant trois siècles que le voile sculpté était le résultat d’une marmorisation alchimique et que la statue était couchée sous un vrai voile qui se serait transformé en marbre grâce à ce procédé. Légende réfutée depuis grâce à des analyses et des lettres du sculpteur ne laissant plus planer aucun doute. Vous devrez malheureusement vous acquitter d’un droit d’entrée si vous voulez en avoir le cœur net.

2 – Statue du Dieu Nil

Vous voyez à présent la statue du Dieu Nil. Attention, elle date de l’époque romaine et a été réalisée entre les IIe et IIIe siècles.

naples statue du dieu nil

La tradition voudrait qu’elle ait été érigée par une communauté égyptienne venue d’Alexandrie et installée à Naples. Ils célèbrent ainsi le fleuve du Nil considéré comme une divinité de la fertilité et de la richesse et de l’abondance. C’est une allégorie de la nature comme source de vie, car le cours du Nil a rendu le désert habitable et apporté des terres fertiles à ses habitants.

Alors vous imaginez bien qu’elle a vécu tout un tas de choses au cours des siècles. Au XVe siècle par exemple, suite à la disparition de la tête et aux représentations des putti (petits enfants) qui l’entouraient, elle est prise pour une allégorie féminine de la ville nourricière. Puis, en 1657, l’artiste Bartolomeo Mori lui ajoute une tête masculine et place une tête de crocodile aux pieds du dieu, ainsi qu’un sphinx sous son bras gauche. Dans les années 50, plusieurs éléments de la statue sont volés. Mais en 2013, la tête du sphinx est retrouvée en Autriche et rapportée à Naples pour la protection du patrimoine. Du coup, l’année suivante, la statue reçoit une nouvelle restauration et, en 2015, Naples récupère sa belle statue antique dans son intégralité.

3 – Palais Diomede Carafa

Voyez sur votre droite l’entrée du palais Diomede Carafa. Ce palais de la Renaissance était la résidence d’un cardinal italien avant d’être transformé en musée par un riche avocat au XIXe siècle. Mais ce qui est intéressant ici se situe dans la cour intérieure. Voyez si vous pouvez entrer et allez au fond de la cour et vous verrez une tête de cheval de trois fois la taille normale. L’original est au musée archéologique national et vous verrez également une copie dans la station de métro Muséo. Si on vous emmène voir une tête de cheval, c’est parce que cette statue est célèbre à Naples et rattachée à une vieille légende. Selon la tradition, la place du Cardinal Sisto accueillait une grande statue de cheval en bronze. Elle était vénérée par le peuple pour ses vertus magiques.

Elle protégeait les bêtes des maladies et accroissait la fertilité des mâles. La statue datait de l’antiquité grecque et devait provenir de l’ancien temple de Neptune, mais la légende lui préfère une origine plus mystique, liée au poète Virgile, considéré comme un magicien par les Napolitains.

Mais en 1322, avec l’arrivée des Angevins catholiques, c’en fut fini des croyances populaires et des rites païens. La statue en bronze aurait alors été fondue pour forger les cloches du Duomo. On en aurait seulement conservé la tête dont vous voyez une reproduction. Mais la théorie la plus probable serait que la tête du cheval soit une œuvre inachevée commandée au sculpteur florentin Donatello pour le roi Alphonse Ier pour l’Arc de Triomphe qu’il avait fait ajouter au castel Nuovo. Il y a en effet une arche pile de la bonne taille et vide. La mort du sculpteur expliquerait qu’il n’y ait que la tête et elle aurait ensuite été offerte à la famille de Diomede Carafa qui était l’un des principaux dignitaires de Naples.

4 – Basilique San Lorenzo Maggiore

Vous avez à présent sur votre droite, la basilique San Lorenzo Maggiore, ou Saint-Laurent-Majeur en français. C’est l’une des plus anciennes basiliques de Naples. Elle a été construite sur ce qui était l’Agora grecque puis le Forum romain. La façade de l’église, telle que vous la voyez aujourd’hui, a été construite en 1270, à la demande de Charles Ier d’Anjou, qui voulait commémorer une bataille victorieuse et remplacer l’ancienne basilique paléochrétienne. La façade baroque est un ajout du XVIIIe siècle, mais ne vous y trompez pas, l’intérieur est bel et bien gothique et c’est même l’un des ensembles gothiques les plus remarquables de l’Italie du Sud.

naples basilique san lorenzo maggiore

Mais ce qui est encore plus intéressant ici, c’est ce qu’il se passe sous terre. Le complexe San Lorenzo Maggiore donne accès à une partie souterraine qui nous montre merveilleusement bien, les diverses occupations du site à travers le temps grâce aux vestiges de l’ancien forum de Néapolis. Cette visite est malheureusement payante, mais vous dévoile un site archéologique gréco-romain de grande envergure né de plus de 25 années de fouilles. Il fallait bien ça pour mettre à jour 25 siècles d’histoire, présentés dans le musée adjacent.

5 – Naples souterraine

Au bout de la rue, vous avez la basilique Saint-Paul-Majeur. Elle aussi est construite sur l’emplacement d’un temple romain. Dédié aux dieux jumeaux : Castor et Pollux. L’intérieur est encore une fois magnifique et vaut le détour ! C’est également à côté de cette basilique que vous trouverez l’entrée pour visiter les fascinants souterrains de Naples. 80 km et près de 5000 cavités datant de diverses époques et ayant rempli autant de fonctions.

Ces souterrains ont été creusés cinq siècles av. J.-C. et découverts par les Grecs qui s’en serviront de carrière de tuf, une roche poreuse avec laquelle ils fortifient Néapolis. C’est ensuite au tour des Romains de prendre possession des souterrains qu’ils utilisent comme citerne. En 1884, l’épidémie de choléra arrête net cette utilisation de l’eau et la partie souterraine de Naples devient un vide ordure et entasse les déchets. C’est pendant la Seconde Guerre mondiale, pour servir d’abri anti-bombardements, que la ville rénove, désinfecte et installe même l’électricité dans ses souterrains qui serviront d’abri à plus de 200.000 personnes pendant et après la guerre. Une visite insolite, passionnante et payante.

6 – Piazza Sisto Riario Sforza

La petite place du Cardinal Sisto nous offre une nouvelle fois une belle colonne sculptée comme Naples en a le secret.

naples piazza sisto riario sforza

Celle-ci a été commandée en 1636 après l’éruption du Vésuve de 1631 lors d’une action pour la sauvegarde du patrimoine de la ville. Il s’agit du plus ancien obélisque de Naples. Sa construction prend un temps fou tant les désaccords sont nombreux. Il n’est terminé qu’en 1660 et présente en son sommet saint Janvier, l’un des saints patrons de la ville de Naples.

Selon la légende, la colonne remplacerait une importante sculpture antique aux propriétés surnaturelles, représentant un cheval géant qui aurait par la suite été détruit avec l’arrivée du catholicisme pour mettre fin aux croyances païennes. Vous avez vu, où vous verrez, la tête de ce fameux cheval, dans la cour du palais de Diomède Carafa.

7 – Les théâtres antiques

Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais cette rue San Paolo est inhabituellement courbée par rapport au quadrillage ancien de la ville. Cela vient du fait qu’elle est entourée de part et d’autre de théâtres antiques, aujourd’hui engloutis dans la ville moderne.

Invisibles pour vos yeux, ils sont pourtant bien là, derrière les façades des immeubles. Vous aviez, à votre gauche, un grand théâtre découvert, pouvant accueillir jusqu’à 5000 spectateurs, et sur votre droite, un odéon, un théâtre couvert, plus petit probablement destiné aux représentations musicales et de poésie. On pense que ces théâtres ont été construits sur des vestiges grecs utilisés pour la vie politique et culturelle. Il ne reste pas grand-chose de l’Odéon. Par contre, si vous faites la visite de Naples souterraine, vous aurez la chance d’accéder au théâtre antique.

8 – La Pietrasanta

Allez, encore une église, pour la forme. C’est que la Pietrasanta, l’église Santa Maria Maggiore alla Pietrasanta, de son nom complet, est l’une des plus importantes du centre historique de Naples.

naples la pietrasanta

Son histoire remonte au VIe siècle si l’on se base sur la consécration, en 535, de la première basilique paléochrétienne, elle-même bâtie sur des fondations romaines. L’actuelle église baroque est édifiée à partir de 1653, mais son campanile roman en latérite, cette pierre rouge très utilisée dans les régions tropicales, date du XIe siècle et est l’une des tours les plus anciennes d’Italie. L’église sera maintes fois remaniée, et, en 1803, son couvent est nationalisé et transformé en caserne de pompiers.

Gravement endommagée par les bombardements américains de 1943, elle entre alors dans une longue phase de restauration qui durera jusqu’en 1976. Aujourd’hui, l’église est ouverte et sert de salle d’expositions temporaires et d’auditorium pour des concerts. Attenant à l’église se trouve le musée de l’eau qui vous fait descendre à 35 mètres de profondeur, dans ces cavités creusées par les Grecs pour sortir le tuf puis utilisées par les Romains comme réservoir d’eau. Naples est immense sous vos pieds et il faut le voir pour le croire !

9 – Piazza Bellini

Vous arrivez à présent sur la charmante place Bellini. Façades colorées, terrasses de cafés, verdure et ruines gréco-romaines, elle est un petit condensé sans prétention des bonheurs simples de Naples. C’est un endroit agréable pour s’arrêter boire un verre, loin de l’agitation de la ville. Une place existait déjà au XVIIe siècle et était flanquée de plusieurs palais ainsi que du monastère de Sant’Antonio qui est aujourd’hui la bibliothèque de la Faculté de Lettres et de Philosophie de Naples.

naples piazza bellini

Au centre, vous trouvez la statue du compositeur Vincenzo Bellini, ainsi que des vestiges de la muraille de Neapolis, découverts en 1954. Neapolis,qui veut dire ville nouvelle,est une marque de fabrique typique des Grecques. Parthénope, au bord de la baie, devient Paleopolis, la ville ancienne et la nouvelle cité, Neapolis, qui correspond au centre historique actuel, arrive sur les devants de la scène. Neapolis qui deviendra par contraction du langage, Napoli, tout simplement.

10 – Piazza Municipio

Vous voilà sur la piazza Municipio, la place de la mairie, face à la belle fontaine de Neptune. C’est l’une des plus importantes places de la ville et l’une des plus grandes d’Europe. Vous avez, sur votre droite, le palais de la banque d’Italie, et devant vous, le palais de San Giacomo, l’hôtel de ville de Naples.

naples piazza municipio

Ce palais avait été commandé en 1816, par le roi Ferdinand Ier, histoire d’avoir un endroit qui centraliserait les ministères de son nouveau gouvernement. Mais l’élément qui attire le plus l’œil sur cette place, c’est bien évidemment la fontaine de Neptune qui est l’une des fontaines monumentales les plus célèbres de la ville. Elle a été sculptée par un groupe d’artistes sous la supervision de Domenico Fontana en 1600, à la demande du comte d’Olivares. Elle est certainement la fontaine qui connaît le mieux sa ville!

Elle a en effet visité 7 endroits différents avant de trouver sa place sur la place municipio. Tantôt par manque d’eau, tantôt parce qu’elle dérangeait les fêtes populaires ou des travaux entrepris autour d’elle, elle n’arrive sur la place de la mairie qu’en 2014 après une dernière rénovation ! Admirez un peu le travail ! Elle présente, sous une forme circulaire, une série de statues mettant en avant le dieu Neptune, faisant jaillir de l’eau de son trident.

Il est porté par deux nymphes et deux satyres. Tout autour d’eux, vous pouvez voir des monstres marins versant de l’eau dans la vasque centrale, ornée de dauphins qui chevauchent des tritons. Sur la balustrade décorée par des lions, vous pouvez apercevoir l’écusson de la ville. Rappelons que Neptune est un dieu de la mythologie romaine. Il vient de la réappropriation des Romains du mythe grec de Poséidon. Il est le dieu des eaux vives et des océans et le protecteur des pêcheurs et des bateliers. Et comme toujours, lorsque l’on creuse un peu, la construction de la nouvelle ligne de métro et son arrêt Municipio a permis une découverte archéologique fantastique, celle d’une citadelle romaine complétant la découverte du port antique de Naples.

11 – Castel Nuovo

Cet étrange et imposant château fort que vous voyez à présent est le Castel Nuovo, l’une des silhouettes emblématiques de la ville de Naples.

naples castel nuovo

On l’appelle le château neuf, en réponse aux deux autres châteaux déjà présents lors de sa construction en 1279. L’histoire de Naples s’étend sur 28 siècles, depuis la fondation de Parthénope par les Grecques durant l’Antiquité. Elle deviendra rapidement un centre culturel et politique de la Grande Grèce, puis de l’Empire Romain. Elle sera ensuite indépendante, puis capitale du Royaume de Naples, du Royaume des Deux Siciles, et restera l’un des principaux centres économiques d’Europe jusqu’à son annexion au tout jeune royaume d’Italie en 1860. Avec ses périodes successives, il n’est donc pas surprenant que Naples possède non pas un, ni même deux, mais bien quatre châteaux !

El Castel Nuovo, lui, est un témoin de l’époque angevine. On a Charles II d’Anjou, qui a perdu le pouvoir en Sicile au profit de la couronne d’Aragon et qui, du coup, transfère sa capitale de Palerme à Naples. C’est lui qui commande ce château de cinq tours reliées par d’insurmontables murailles ainsi qu’un fossé qui encercle et protège la forteresse. Le château est construit en un temps record, et d’illustres artistes de la Renaissance le décorent. Si vous le visitez, le seul témoin de cette époque est la chapelle palatine, au tympan délicatement sculpté. En 1442, la dynastie d’Anjou perd le trône du royaume de Naples au profit, encore et toujours, de la couronne d’Aragon qui mange littéralement le monde à cette époque.

Le Castel Nuovo est alors entièrement reconstruit. C’est là qu’apparait cet arc de triomphe dont le marbre blanc tranche radicalement avec la roche volcanique des tours qui l’encadrent. On ajoute de nouvelles défenses et de nouveaux remparts. La salle la plus célèbre du château est la salle des barons qui rappelle l’arrestation et l’exécution en 1486 des barons qui complotaient contre le roi Ferdinand Ier d’Aragon. Cette salle impressionnante est décorée de figures célèbres de l’antiquité comme Sanson, Hercule, Salomon, Achille, etc. Elle a été le siège du conseil communal de Naples jusqu’en 2006. Elle reçoit désormais plusieurs institutions, dont le musée civique de la ville, et accueille des expositions et des événements culturels. Le castel Nuovo est l’une des constructions les plus marquantes de Naples et sa visite, même si uniquement de l’extérieure, fait partie des incontournables de la ville.

12 – Galleria Umberto I

Cette sublime galerie de verre est la galleria Umberto Primo, du nom du roi d’Italie lors de sa construction.

Ceux d’entre vous qui sont allés à Milan ne peuvent que penser à la Galerie Victor Emmanuel II et c’est tout à fait normal. Les deux galeries marchandes se ressemblent et l’architecte s’en inspire librement. Les galeries, recouvertes de splendides verrières, marquent le début d’une période de prospérité et d’un grand réaménagement urbain pour Naples. Elles ont été créées lors du vote de la loi de l’assainissement de la ville pour ouvrir une zone où l’on pourrait se déplacer sereinement et où les hôtels et les magasins pourraient s’installer tranquillement. Car, aux siècles précédents, le quartier était plutôt mal famé, et le crime était omniprésent dans ses ruelles mal éclairées.

naples galleria umberto i

Du coup, vous imaginez bien que les galeries ont été une véritable révolution avec sa structure métallique magnifique. Ses voûtes élancées et raffinées offrent aux Napolitains un lieu de rencontre mêlant boutiques de luxe, cafés élégants et centre d’affaires. Avec des ouvertures donnant sur la via Toledo et le théâtre San Carlo, ces galeries marchandes, symboles du renouveau, ont rapidement été le lieu de rendez-vous de la grande bourgeoisie. Aujourd’hui, et après un certain déclin, elles sont redevenues, un centre actif de la vie napolitaine. Les galeries Umberto Ier et Principe font définitivement partie du patrimoine architectural de la ville et méritent le détour !

13 – Théâtre San Carlo

Vous voilà à présent devant le théâtre le plus important de la ville de Naples. C’est l’un des plus célèbres au monde, mais aussi l’un des plus anciens théâtres lyriques d’Europe fondée une quarantaine d’années avant la Scala de Milan. Le projet de doter Naples d’un important théâtre est porté par le premier roi de Bourbon, Charles III. Le 04 novembre 1737, la salle d’opéra, splendide, mais vraiment j’insiste, splendide avec ses six niveaux englobant la scène dans une courbe en forme de fer à cheval, accueille pour sa grande inauguration, l’opéra Achille in Sciro de Domenico Sarro.

naples theatre san carlo

Le théâtre San Carlo recevra alors les plus grands compositeurs du moment et de nombreux ballets. En 1799, Naples vit sa Révolution. Les troupes françaises prennent la ville des mains de Ferdinand IV qui s’enfuit à bord d’un navire britannique. Il reviendra pour son trône cinq mois plus tard, mettant ainsi fin à l’éphémère république. Durant cet intervalle, court, mais intense, le théâtre est rebaptisé théâtre national et sa scène livre des idéaux de liberté, de fraternité et d’égalité, chantant des hymnes patriotiques au milieu des acclamations. En 1816, un incendie détruit une grande partie du théâtre en moins d’une heure. La restauration sera effectuée en 9 mois à peine et lors de sa réouverture, Stendhal qui était présent, écrira :”La première impression est que vous avez été transporté dans le palais d’un empereur oriental.

Mes yeux sont éblouis, mon âme ravie. […] Il n’y a rien en Europe, je ne dirai pas d’approchant, mais qui puisse même de loin donner une idée de ce théâtre.” Si la critique vous paraît dithyrambique, pourquoi ne pas aller voir par vous-même ! Le théâtre San Carlo offre des visites guidées très abordables, incluant la salle de scène principale, la loge royale et le foyer. Après, pour les amateurs, l’idéal est encore d’aller assister à un spectacle pour vivre vous aussi, ce qu’ont vécu tant d’autres avant vous pendant des siècles.

14 – Place du Plébiscite

Vous voilà à présent sur LA place monumentale de Naples, la place du plébiscite. C’est l’espace public le plus élégant de la ville avec deux monuments imposants qui se font face, la Basilique San Francesco di Paola et le palais royal. Ils créent une sorte de parenthèse dans cette ville au trafic permanent, offrant plus de 25.000 m² sinon de calme, du moins d’espace.

naples place du plebiscite

Elle a été baptisée place du plébiscite, à la suite du plébiscite du 21 octobre 1860 qui a mené à l’unification italienne. Rappelons qu’au XIXe siècle, l’Italie est formée de plusieurs régions indépendantes et que leur unification en un seul et même état se fera petit à petit, région par région, depuis la cession d’un premier royaume à son voisin, à la mise en place de Rome comme capitale, jusqu’à la reconnaissance de l’État du Vatican comme état indépendant en 1929.

Plutôt récent n’est-ce pas ? Toujours est-il que 1860 est une année clé dans la formation de l’Italie telle qu’on l’a connaît aujourd’hui. Les provinces d’Italie centrale entrent dans le royaume de Sardaigne tandis que la Savoie et l’arrondissement de Nice sont cédés à la France en contrepartie de l’aide apportée par Napoléon. Mais revenons aux bâtiments de notre place, face à vous, au centre de cette imposante colonnade, se trouve la basilique Saint-François de Paule. Elle a été édifiée par le roi Ferdinand Ier de Bourbon en 1817, comme une offrande envers Dieu après avoir reconquis le royaume des mains de l’occupant français. Son architecte, Pietro Bianchi s’inspire du Panthéon de Rome et nous livre l’une des plus grandes églises de Naples avec un intérieur magnifique sous la coupole soutenue par 34 colonnes corinthiennes de 11 mètres de haut.

De l’autre côté, vous avez le palais Royal qui était l’une des quatre résidences des Bourbons lorsque Naples était la capitale du Royaume des Deux Siciles. Mais sa construction remonte à deux siècles plus tôt. Il a été commandé en 1600 et a d’abord été la résidence des vice-rois d’Espagne, puis d’Autriche, selon qui était sur le trône qui englobait la ville de Naples. Les gigantesques statues que vous voyez dans les niches extérieures ont été rajoutées en 1888 par Umberto Primo et représentent les différents rois de Naples. Aujourd’hui, une grande partie du palais est consacrée aux collections de la Bibliothèque nationale et une aile, plus ancienne, accueille un musée d’histoire. Vous pouvez visiter le palais royal et vivre un petit voyage dans le temps à travers ses différentes salles majestueuses, pour comprendre l’histoire de la ville à travers les dynasties qui y ont régné.

15 – Statue d’Auguste

La statue d’Auguste, le bras levé face à la mer, nous permet de vous parler un peu de Naples durant l’Antiquité.

naples statue auguste

Parce qu’on a bien compris qu’elle était passée sous diverses dominations, mais qu’en était-il avant ? Des fouilles archéologiques à Capri et à Sorrente ont permis de faire d’importantes découvertes datant de l’âge du bronze et de l’âge de fer. On sait donc qu’avant l’arrivée des Grecs, la région de Naples était déjà peuplée. Si vous prenez le métro, vous verrez dans la station Toledo, des tessons de mosaïques datant du néolithique, c’est-à-dire de 4000 ans avant Jésus-Christ. Il faudra attendre le XIe siècle av. J.-C. pour que les Grecs fondent la cité de Parthénope.

Parthénope, en honneur à la sirène vivant dans la mer Tyrrhénienne. Selon la légende, elle tombe amoureuse d’Ulysse, mais ce dernier ordonne à son équipage de se boucher les oreilles avec de la cire et il se fait attacher à la proue de son navire pour ne pas succomber aux voix enchanteresses des sirènes. Humiliée, Parthénope se jette à la mer, tente de se tuer et échoue près de Naples. La cité fut plus tard nommée Paléopolis, ville ancienne, lorsque Neapolis,la ville nouvelle, est fondée sur l’emplacement actuel du centre historique de Naples. Alliée de Rome au IVe siècle av. J.-C., la ville conserve longtemps sa culture grecque et reste la cité la plus peuplée de la région et sa véritable capitale culturelle. Avec le temps Neapolis et Paleopolis ne feront plus qu’un et deviendront Napoli.

16 – Vue sur le Vésuve

La promenade le long de la mer vous offre de magnifiques vues sur le bleu de l’horizon, mais aussi, évidemment, sur le Vésuve.

naples Vesuve

On ne peut pas vous faire visiter Naples, sans vous parler de son volcan légendaire. Culminant à 1281 mètres au-dessus du niveau de la mer, il est le seul volcan d’Europe continentale à être entré en éruption durant les 100 dernières années. Sa dernière éruption remonte à 1944, et sa plus connue, bien sûr, survenue en l’an 79, détruisit les villes de Pompéi et d’Herculanum. Il a inspiré de nombreuses légendes au cours des siècles, mais une chose est bien réelle, il fait partie des volcans les plus dangereux du monde en raison de sa tendance explosive. Mais ne vous inquiétez pas, il est étroitement surveillé et un plan d’évacuation des 600.000 personnes vivant en zone à risque, est prêt à être déployé en cas de danger.

17 – Fontaine du Géant

Absolument magnifique, cette arche de marbre sculptée est la Fontaine du Géant, également connue sous le nom de fontaine de l’Immacolatella.

naples fontaine du geant

Elle a été réalisée par plusieurs artistes, dont Pietro Bernini, le père du Bernin, qui deviendra l’un des plus grands sculpteurs d’Italie. Elle était à la base sur la place du plébiscite et tient son nom du fait qu’on avait installé à ses côtés en 1670, un buste géant de Jupiter que l’on avait découvert lors de fouilles archéologiques à Cuma. Le buste géant n’y est plus, mais la fontaine a gardé le nom.

Lors de la rénovation de la place, on déplace la fontaine vers le palais de la Immacolatella (comme ça vous comprenez ses deux appellations), mais, mauvais choix,les travaux de l’aménagement du port la forcent à déménager une nouvelle fois. Elle n’a plus bougé depuis 1906, et son nouvel emplacement offre une perspective splendide sur la mer. Regardez les trois arcs qui la composent. Au sommet de chacun se trouvent des blasons qui représentent la ville, le vice-roi de Naples et le roi de l’époque. Deux cariatides se trouvent à chaque extrémité, et chaque arche est décorée d’animaux marins et de divinité fluviale qui rappelle la connexion de Naples à la mer.

18 – Castel dell’Ovo

Vous arrivez au fameux Castel dell’Ovo, au château de l’œuf. C’est le plus vieux des 4 châteaux de Naples. Il est situé sur la presqu’île dite de Mégaride où les colons de Cumes ont fondé le noyau originel de la ville et où la sirène Parthénope qui donna son nom à la première cité grecque échoua sur ses rives. Le rocher que vous avez devant vous est aujourd’hui connu sous le nom de Borgo Marinaro, un petit bourg qui s’est fondé vers 1800 sur les flancs du château. Avec sa marina et ses restaurants, il est devenu un lieu très apprécié des touristes, mais aussi des Napolitains.

naples castel dell ovo

Alors, vous vous demandez certainement le rapport entre l’œuf et le château, c’est vrai qu’il y a plus intimidant et plus solide qu’un œuf et sa coquille pour associer le nom de son château fort ! Eh bien en réalité, le nom du château provient d’une légende selon laquelle un œuf, magique, cela va sans dire, aurait été caché à cet endroit par le poète Virgile, qui, au Moyen-Âge, était aussi considéré comme un magicien. Cet œuf aurait le pouvoir de garder la ville des catastrophes, tant qu’il resterait intact. On accuse d’ailleurs la reine Jeanne Ire de Naples d’avoir fait disparaître l’œuf protecteur et d’avoir ainsi attiré tous les maux sur Naples.

Bref, le château de l’œuf a été construit sur les vestiges d’une ancienne et magnifique villa romaine du Ier siècle, le Castellum Lucullanum. Elle sera d’abord transformée en un fort par Valentinien III, au début du Ve siècle, et ça, c’est important parce que c’est dans ce fort que va se retirer en exil et mourir, le dernier empereur romain d’Occident, Romulus Augustulus. Les restes de cette époque romaine ont été détruits au IXe siècle et le premier château du site est construit par les Normands en 1140 lorsque le roi normand Roger décide d’en faire sa résidence. Il sera plusieurs fois remanié, mais son importance va décliner lorsque le roi Charles Ier de Sicile déménage sa cour dans le nouveau château qu’il vient de faire construire : le château neuf. Ce qui est bien, c’est que le Castel dell’Ovo est ouvert au public et que sa découverte est libre et gratuite ! Alors, n’hésitez pas à aller explorer en détail son intérieur! En plus de l’architecture des bâtiments et des diverses expositions qu’ils accueillent, vous pourrez profiter d’un beau balcon donnant sur la baie pour l’un des meilleurs points de vue de la ville.

19 – Vue panoramique sur la baie

La via Partenope, bordée de beaux hôtels et de nombreux restaurants, vous offre, une fois de plus, de belles perspectives sur la mer. D’ici, la silhouette du Castel dell’Ovo prend tout son sens de forteresse rocheuse, tel un château de sable géant qu’un enfant aurait déposé au bord de l’eau. À sa gauche, l’imposant Vésuve et, en face de vous, l’île de Capri, lieu prisé de villégiature depuis l’époque romaine ! Si vous avez le temps, ne manquez pas d’aller y passer la journée, ou plus, l’île est accessible en 20 min de ferry et recèle de trésors !

20 – Parc Villa Communale

Si vous avez besoin d’une pause verdure, alors le parc de la Villa Communale, avec ses palmiers et ses eucalyptus, tombe à pic. Voulu par les Bourbons au XVIIIe siècle, pour avoir un équivalent napolitain du Jardin des Tuileries à Paris, il sert de promenade royale longeant la mer, dans un quartier peuplé par les bourgeois de la cour du roi. C’est donc un jardin privé, régulièrement agrandi et embelli, qui n’est ouvert au public qu’en de rares occasions. Il accueille, par exemple, un festival de chansons napolitaines très populaire au XIXe siècle. Ce n’est qu’en 1869, une fois la réunification italienne bien installée et les Bourbons hors de la ville, que le parc devient public. Il est l’un des rares poumons de la ville et permet de respirer un peu. Vous y trouverez de belles fontaines, un kiosque à musique du XIXe ainsi que le plus vieil aquarium d’Italie, construit en 1870, alors que Naples était l’une des villes les plus touristiques d’Europe ! On comptait déjà à l’époque environ 30.000 touristes par an, ce qui est énorme contenu des possibilités du tourisme de l’époque.

21 – Piazza Vittoria

En sortant du parc de la Villa Communale, vous arrivez sur la Piazza Vittoria, la place de la Victoire. On l’appelle ainsi en raison de la célèbre bataille de Lépante qui opposa les chrétiens aux Turcs en 1571. Vous, ça ne vous dit trop rien, comme ça une vieille bataille du XVIe siècle, mais en vrai, la victoire des coalitions chrétiennes sur les Ottomans, va avoir des retentissements immenses en Europe puisqu’elle marque le début de la fin de l’expansion de l’Empire ottoman et divise la méditerranée en deux. Toujours est-il que côté chrétiens, on voit dans cette victoire, une intervention divine et, en remerciement à la Madone d’être intervenue, on lui construisit l’église de Santa Maria della Vittoria, qui, par conséquent, donna son nom à la place.

22 – Place des Martyrs

La place des Martyrs, sur laquelle vous arrivez à présent, s’est ouverte au XVIIe siècle, lors de l’expansion de la ville, enfin rendue possible grâce à la destruction des remparts. Située dans les quartiers les plus aisés de la cité, elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plus élégantes. Sa colonne, élevée à la gloire des Napolitains morts pour la liberté, mérite qu’on s’attarde un peu sur les détails, car ils nous en disent long sur l’histoire de la ville. Regardez les lions qui l’entourent. Tous représentent une période historique pendant laquelle sont morts ceux que l’on a appelés les martyrs napolitains. Le lion mourant représente les morts de la République parthénopéenne de 1799. Elle fait partie de ce qu’on appelle les Républiques sœurs de la République française, c’est-à-dire fondée par la France lors des guerres de la Révolution.

Le lion transpercé d’une épée, lui, est là pour les Carbonari, morts en 1820. Le Carbonarisme, c’est un mouvement politique initiatique et secret, présent en Italie, en France, en Espagne et au Portugal. Il a été introduit à Naples par un révolutionnaire et franc-maçon français, Pierre Joseph Briot. Les Carbonari vont jouer un rôle clé dans l’unification italienne. Le lion couché, qui semble lire le statut de 1848, représente les morts de l’insurrection de 1820, et le seul lion debout est dédié aux morts garibaldiens pendant les guerres de l’unité italienne de 1860.

23 – Via Chiaia

Vous remontez la via Chiaia, connue pour son architecture Liberty, qui est la branche italienne de l’art nouveau. Cette rue, dont le nom, dérivé de playa en espagnol, veut dire quartier de la plage, relie le quartier de Chiaia au reste de la ville. Il s’agit du quartier qui s’étend tout le long du front de mer, autour du parc de la Villa communale. Situé à l’extérieur des remparts, il est né sur le tard et ce n’est qu’au XVIe siècle que l’on commence à y construire des palais et des villas. C’est par là-bas qu’il faudra aller vous promener si vous voulez découvrir la zone résidentielle cossue et aérée de Naples. En attendant, la via Chiaia, entièrement piétonne, vous livre ses magasins les plus élégants et ses cafés d’époque les plus chics. Vous y verrez également de belles églises, le théâtre Sannazaro, le palais Cellammare du XVIe siècle, et l’une des arcades du pont de Chiaia, magnifique, construit en 1636 pour relier la zone de Pizzofalcone avec les quartiers Espagnols.

24 – Place Trieste e Trento

Vous voilà sur la place Trieste e Trento qui jouxte la place du plébiscite. Elle est le premier noyau de celle qui deviendra l’immense place que vous connaissez. Elle s’appelait à la base la place Saint-Ferdinand, pour l’église baroque que vous voyez en face de vous et qui a été édifiée par les jésuites au XVIIe siècle. Elle a changé de nom par décret en 1919. Alors, bien que toute petite, elle comporte plusieurs éléments importants. Déjà l’église, que vous pouvez aller visiter, car l’intérieur est franchement pas mal, ensuite, le palais du Cardinal Zapata du XVIIe siècle, qui a été transformé en musée de la peinture napolitaine, et le Gran Caffè, au rez-de-chaussée du palais de la préfecture, qui est le café historique le plus emblématique de Naples.

Décors raffinés et pâtisseries de qualité, il a même été le fournisseur officiel de la maison royale de Naples et c’est également là où se retrouvaient des personnages historiques comme Hemingway, Oscar Wilde ou Jean Paul Sartre. Et, au centre, la célèbre fontaine de l’artichaut, donnée à la ville par le maire Achille Lauro après que la commission des beaux-arts ait rejeté sa demande d’y installer la fontaine de Monteoliveto.

25 – Via Toledo

La via Toledo est l’une des plus importantes rues commerçantes de Naples et relie avec son kilomètre deux, le nord au sud de la ville. Elle a été créée à la demande du vice-roi de Tolède, d’où son nom, en 1536. Elle délimite la vieille ville du quartier des Espagnols. Elle devient particulièrement connue au XIXe siècle, grâce aux écrits de jeunes gens de bonne famille revenant de ce que l’on appelle à l’époque le Grand Tour et qui est au XVIIIe siècle ce que les tours du monde en sac à dos sont au XXIe siècle.

Vous pouvez comparer leurs écrits d’alors aux blogueurs et influenceurs d’aujourd’hui et comprenez ainsi pourquoi au XIXe siècle, tout le monde veut être sur la voie Tolède. Imaginez un peu autour de vous, des fiacres, des tramways tirés par des chevaux, de belles boutiques de linges et de ganterie et des étals débordants de sucreries dans les grands cafés où l’on peut déguster des glaces, du café et du lait parfumé à la vanille. En 1840, elle devient même l’une des premières rues d’Europe à être éclairée au gaz ! En 1870, le nouveau maire de Naples décide de changer le nom de la rue en via Roma, en honneur à la nouvelle capitale du pays nouvellement uni, mais sa décision suscite un vrai mécontentement et elle reprendra son nom de via Toledo en 1980. Cela dit, entre-temps, les Napolitains avaient pris l’habitude de l’appeler via Roma alors ne soyez pas surpris si vous entendez encore cette appellation. Vous avez également ici, l’accès au funiculaire central, en service depuis 1928, et qui vous emmène à la colline du Vomero pour profiter d’une vue spectaculaire et sans effort !

26 – Quartier des Espagnols

Voilà donc ce fameux quartier des Espagnols. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ces quartiers en damiers sur les pentes de la ville, ont été créés au XVIe siècle pour accueillir les garnisons espagnoles, chargés à la fois de défendre et de surveiller la population, à une époque où Naples appartient à la couronne d’Aragon. Ils ont été dès leur création, un lieu propice à la criminalité et à la prostitution et malgré les efforts et les mesures mises en œuvre par le vice-roi de Tolède, les quartiers espagnols ont toujours été synonymes de difficulté sociale. Certaines zones ont néanmoins été restaurées dans une tentative de renouvellement urbain au XXe siècle.

Vous avez peut-être entendu que c’était un quartier plutôt mal famé, et associé à la Camorra, la mafia napolitaine, mais en réalité vous ne courez pas de danger à le visiter, du moins, pas plus qu’ailleurs. Il est l’essence même de la vieille ville avec toutes les images typiques que vous attendiez de Naples, le linge qui sèche au balcon, les petits marchés de quartier coloré, les enfants qui jouent dans les rues et les odeurs de sauce tomate qui mijote sur le feu. Les ruelles sont étroites et les maisons hautes, ce qui apporte de l’ombre et un peu de fraîcheur non négligeable. C’est également le quartier à visiter si vous aimez fouiller les murs à la recherche de pépites de street art, le quartier des Espagnols en étant parsemé. De plus, ses pentes vous livrent des perspectives géniales sur les rues de la ville ainsi que des opportunités gastronomiques bon marché.

27 – Le métro d’Art

Même si vous ne prenez pas le métro, descendez dans la fantastique station Toledo. Inaugurée en 2012, elle est la plus incroyable des 15 stations de métro issues du projet de stations d’art du métro napolitain. Elle est à elle seule une attraction touristique et vous plonge dans un monde merveilleux sous une mosaïque en camaïeu de bleu comme si vous descendiez dans les profondeurs de l’océan. Un instant photo et une expérience à ne pas rater !

Notez ce contenu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut