seville

Visiter Séville

Itinéraire La princesse du Guadalquivir – Les incontournables à voir

Introduction (audioguide)Découvrez Séville avec Emilie !

blue arrow9,0 km

little pin28 découvertes

pas3h00

bouton audioguides
00 plan seville
phone cut2

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

Gratuit
Sans publicité

Visiter Séville

: 28 lieux d’intérêt à découvrir

Le
par Emilie
quote haut

À peine le nom de Séville prononcé que votre esprit est déjà en Andalousie.

Cette région ensoleillée qui nous fait rêver de notes de flamenco flottant dans l’air sucré parfumé des orangers.

Fermez les yeux et vous voyez des balcons de fer forgé remplis de fleurs colorées, des églises baroques au bord des rues pavées, des décors de palais arabes somptueux et des jardins luxuriants remplis de fruits gorgés de soleil. Et au milieu, coulant vers l’océan, le majestueux Guadalquivir, fier et heureux d’être le responsable de tant de richesses.

Vous pouvez ouvrir les yeux, tout est encore là. Séville est une ville qui rendra justice à votre imagination et ne décevra pas vos attentes de voyageur curieux, gourmand ou rêveur.

Partons donc découvrir ce que Séville a de plus beau à vous offrir. Trois sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, des places spectaculaires, une richesse architecturale hors du commun et même des champignons futuristes. Le tout baigné dans la douceur de vivre à l’espagnole, où déguster des tapas devient un sport national.

quote bas
Plaza España

En plein cœur de la grandiose place d’Espagne, vous vous doutez bien qu’il y a quelque chose de spécial derrière ce lieu. Aucune ville du monde ne crée ce genre de place sans raison !!
Pour comprendre le côté somptueux de la Plaza de Espana, il faut remonter à 1898. Cette date ne vous dit certainement trop rien, mais elle est importante dans l’histoire de l’Espagne et des Amériques. Elle marque la fin de la guerre hispano-américaine et les frontières des États-Unis se redessinent.

L’Alcazar

Vous arrivez maintenant au cœur du sujet, et ce n’est pas l’effervescence ambiante autour de vous qui va dire le contraire.
La porte rouge que vous voyez, d’où part une longue file d’attente, est la porte des Lions, l’entrée de l’Alcazar.
Une visite à Séville n’est pas complète sans avoir passé des heures à admirer les moindres recoins de ce palais somptueux, et il y a même des chances que ce soit pour lui que vous soyez venus à Séville.
Bref, je suis certaine que vous allez vous y rendre lors de votre séjour et je ne peux que vous conseiller de prendre un billet coupe file, voir combiné avec la cathédrale.
C’est assez incroyable comme, de l’extérieur il est difficile d’imaginer la taille et la beauté saisissante de l’intérieur. Mais en réalité c’est logique, car l’Alcazar est un palais fortifié et son ensemble est donc protégé par une muraille.
Ne pouvant pas vous guider à travers les différentes salles et jardins, laissez-moi tout de même vous raconter brièvement son histoire.

La Cathédrale de Séville

Alors, vous l’avez remarqué, ici, la quantité de choses à voir au mètre carré est impressionnante ! Mais voilà celle que vous attendiez tous, la splendide Cathédrale de Séville. Vous êtes devant la troisième plus grande cathédrale du monde derrière la cathédrale Saint-Pierre au Vatican et la Cathédral Saint-Paul de Londres.
Si elle est si impressionnante, c’est qu’elle symbolise la puissance du Royaume de Castille qui a conquis les terres des Almohades.

La Giralda

Voilà donc ce fameux minaret dont on parle tant.
À l’emplacement de la cathédrale de Séville, il y avait, du temps des Wisigoths, une petite église qui fut détruite lorsque les Omeyyades ont pris le contrôle de la péninsule ibérique. Ils font alors construire une grande mosquée, à l’emplacement de l’actuelle église du Salvador. C’est au XIIe siècle, à l’arrivée des Almohades, qu’est construite la grande mosquée dont la Giralda fait partie. Ayant décidé de faire de la cité leur capitale, il leur faut une mosquée somptueuse.

Plaza San Francisco

Vous arrivez sur l’étroite et magnifique place San Francisco.
Déjà au XVIe siècle, cette place était considérée comme le cœur de la ville et servait de place principale. On y célébrait les grandes fêtes et c’est là que se trouvaient les principaux pouvoirs civils. Comme toutes places centrales qui se respectent, elle a changé de nom au gré des péripéties politiques du pays et s’est appelée tout d’abord place San Francisco, puis place de la Constitution, place du Roi, place Isabel II, place de la Liberté, place de la Constitution à nouveau, place de la Phalange espagnole sous l’Espagne fasciste puis à nouveau place San Francisco.

Les Champignons de Séville

Si vous n’aviez pas entendu parler des champignons de Séville avant d’arriver, il y a des chances que vous soyez surpris !
Voici le parc metropol parasol, plus communément appelé las Setas de Sevilla, c’est-à-dire, les champignons de Séville.
Vous avez remarqué qu’à Séville, il fait chaud. L’idée de départ était d’apporter de l’ombre à la place Encarnacion et d’y installer un musée, car on venait d’y découvrir des ruines romaines.

Plaza de toros

Vous voilà devant une autre image emblématique de la ville de Séville et l’un des endroits les plus visités, sa Plaza de Toros.
C’est la plus grande et la plus importante arène d’Espagne pour les corridas. Les arènes ont été construites au XVIIIe siècle et peuvent accueillir 13.000 spectateurs. Elles sont la propriété de la Real Maestranza, une confrérie de chevalier appartenant à la noblesse.

Église Santa Ana

Vous êtes sur la petite place de l’église Santa Ana, la plus célèbre du quartier. On l’appelle même la cathédrale de Triana ! Elle a été édifiée à la demande du roi Alphonse X qui voulait glorifier Saint Anne qui, d’après lui, avait guéri ses yeux malades.

Torre de Oro

Le pont de San Telmo qui vous ramène rive gauche vous permet d’avoir une vue dégagée sur l’emblématique Torre de oro.
Qu’elle est belle au bord de l’eau entre bateaux et palmiers. On se croirait presque au Maroc !
La tour d’or a été construite par les Almohades au XIIIe siècle comme tour de défense. Elle n’avait alors qu’un étage. Elle surveillait et contrôlait l’accès à la ville et le transport maritime.

Palais San Telmo

Voici un autre bâtiment imposant, voire même le plus élégant de Séville : le palais de San Telmo. C’est un grand rectangle flanqué de quatre tours et possédant un grand patio central. Admirez un peu le portail blanc au centre ! Il est constitué de trois niveaux: Au premier niveau, vous avez la porte, entourée de belles colonnes sculptées, au deuxième niveau, un balcon central entouré de six femmes qui sont autant de représentations allégoriques des arts de la navigations qui étaient enseignés dans ce collège. Et enfin, le troisième niveau est surplombé par une grande statue de saint Elme, San Telmo donc, flanquée des deux saints patrons de la capitale andalouse. Ce portail est considéré comme le plus beau portail du baroque Sévillan.

Manufacture royale des tabacs

Autre bâtiment notoire de Séville, vous voilà devant la fabrique royale des tabacs.
Le Nouveau Monde n’a pas apporté que de l’or en Europe, il a aussi fait découvrir à une population fascinée, une plante miraculeuse : le tabac.
Au départ utilisé comme plante d’ornement, la saga du tabac commence au milieu du XVIe siècle, lorsque le médecin personnel du roi d’Espagne commence à le promouvoir comme médicament universel.

17

Et encore 17 à retrouver dans l’application

Jardins de murillo , Les gros arbres de Séville, Le balcon de Rosina, Couvent de San José del Carmen Quartier Santa Cruz,  Hôpital des Vénérables , Tour de Abdel Aziz , Archives de l’Inde, Porte du pardon,  Église du Divin Sauveur,  Palais du Marquis de la Motilla,  Rue Sierpes , Plaza Nueva , Guadalquivir ,  Quartier Triana , Théâtre Lope de Vega,  Parc Maria Luisa

Télécharger gratuitement l’itinéraire complet dans l’application

phone full

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

decouvertes

28 découvertes

point de vue

Points de vue

anecdotes

Plein d’anecdotes

Gratuit
Sans publicité

Informations pour votre visite

01

Départ conseillé depuis la place d’Espagne

Parking : Parking Gorilla , plaza del ejercito espanol

Il y a beaucoup à voir à Séville. Si plusieurs visites payantes vous intéressent, optez pour un billet combiné coupe-fil ou un city pass vous donnant accès à des réductions sur les monuments, les musées et les transports.

02

Infos Climat et Événements :

L’Andalousie jouit d’un climat agréable toute l’année. L’été y est long et offre la possibilité de beaux voyages hors-saison.
Les températures oscillent entre 17° en janvier et 37° en juillet.
Les mois les plus pluvieux sont entre octobre et décembre et les plus chauds de juillet à septembre.

La Semana Santa, qui est la semaine précédant Pâques, est la célébration religieuse la plus importante de la ville et la plus célèbre d’Espagne.
Cette semaine entièrement dédiée à la Passion du Christ voit les processions de 60 confréries. La ville est pleine à craquer et les rues sont occupées par les défilés. À prendre en compte, que vous vouliez y assister ou l’éviter.


Vous avez encore un peu de temps à Séville ?

Notre visite de Séville vous a guidé à travers ses monuments les plus emblématiques.

Mais la ville s’étend par delà son centre touristique et d’autres trésors vous attendent si vous pouvez poursuivre votre exploration de la capitale andalouse.

Quartier de Macarena

Tout d’abord, partez découvrir le quartier de Macarena. Vous y découvrirez l’incroyable basilique néo-baroque de la macarena abritant la célèbre Virgen de la Esperanza. Vous découvrirez également l’Arco de la Macarena, une arche du XIIe siècle qui faisait partie du rempart des Almohades.

Quartier Triana

Autre quartier que nous avons effleuré lors de notre balade, le Triana, berceau du flamenco et du Séville authentique. Des rues faites pour flâner, pour se perdre, pour faire le marché, et le soir pour se détendre aux terrasses devant une vue splendide sur le boulevard coloré du Guadalquivir.

Les Musées

Pour les passionnés de culture, sachez qu’à l’inverse des principaux monuments dont l’entrée est assez onéreuse, les musées sont gratuits pour les citoyens de l’UE, ou alors demandent une très faible participation. Deux incontournables : Le Musée des Beaux-Arts, installé dans un superbe couvent, et le Musée d’Art Contemporain accueilli par l’ancienne manufacture de céramique. Vous pouvez également faire un tour au musée ethnographique, au centre mudéjar ou encore au musée d’archéologie.

Insolite

Enfin, pour les plus touche à tout d’entre vous, Séville est une ville qui se prête à merveille aux visites plus insolites. Vous pouvez faire du kayak sur le Guadalquivir ou arpenter la ville à vélo, prendre un bain dans un palais arabe, grimper au sommet de la Torre de los Perdigones pour voir la ville depuis une chambre noire et un jeu de miroir et, bien sûr, prendre des cours de Flamenco !

Flamenco

Et si vous voulez assister à des spectacles de flamencos avec les locaux, alors oubliez les tablaos et partez à la recherche de petites peñas flamencas pour vivre une soirée chaleureuse et inoubliable !

Partagez sur les réseaux :

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Visitez les autres villes d’Espagne

Les autres lieux incontournables à visiter à Séville à pied

En complément des lieux mis en avant en haut de cette page, d’autres lieux figurent dans notre itinéraire de visite de Séville à pied :

1 – Les gros arbres de Séville

Vous êtes dans le jardin Prado de San Sebastian, littéralement, le Pré de Saint-Sébastien. Il est situé à l’emplacement de l’ancien ermitage de San Sebastian, construit au XIIIe siècle, et qui lui donna son nom. Difficile d’imaginer que ce parc, tout à fait charmant, servit de lieu d’ensevelissement massif lors de l’épidémie de peste qui emporta 60.000 Sévillans en 1649 !

Vous remarquerez, pendant votre séjour à Séville, que certains arbres sont monumentaux avec d’énormes racines autour du tronc. En espagnol, on l’appelle el arbol de las lianas, l’arbre aux lianes. Ce sont des ficus macrophylla, originaires d’Australie, plus communément appelé figuier de la baie de Moreton. Ils sont également largement cultivés en Amérique du Sud, particulièrement en Argentine.

Voilà pour la parenthèse botaniste en herbe. Les jardins, inaugurés en 1997 sont formés de trois zones concentriques. Vous y trouverez des fontaines, des étangs, des petites cascades et des aires de jeux pour les enfants.

2 – Jardins de murillo

Vous entrez dans les jardins de Murillo, qui longent l’Alcazar et séparent la vieille ville du quartier sud de Séville. S’ils sont si beaux et possèdent une telle variété botanique, c’est parce qu’ils ont appartenu à l’Alcazar jusqu’en 1862. Une petite partie a alors été cédée à la ville pour aérer le quartier et le rendre plus agréable.

Ils ont ensuite été façonnés pour l’exposition universelle, par l’architecte paysager Juan Talavera qui ajoutera des décorations en céramique, des pergolas et des vestiges archéologiques.

Le monument dédié à Christophe Colomb que vous voyez au centre a été ajouté en 1921, également en prévision de l’exposition ibéro-américaine.

La promenade est nommée après Catalina de Ribera, bienfaitrice de la ville et les jardins, en l’honneur du peintre sévillan Murillo dont la maison natale se situe non loin de là.

3 – Le balcon de Rosina

Séville est bien connue en France depuis fort longtemps. Pas de vols low-cost pour venir découvrir les merveilles de l’Andalousie, mais la plume de Beaumarchais pour imaginer la vie romantique de ses habitants.

Si je vous parle, bien évidemment du Barbier de Séville, c’est parce que nous sommes sous ledit balcon de Rosina, qui fait l’angle à votre droite.
Comme celui de Juliette, il est un élément clé de la pièce de Beaumarchais. Figaro conseille en effet au comte Almaviva de l’escalader, sous divers déguisements, pour aller conquérir le cœur de sa bien-aimée.

Le balcon de Rosina Seville

En réalité, on ne sait même pas si Beaumarchais est allé à Séville, et au vu de la quantité de balcons dans cette ville, impossible de dire si l’un l’aurait plus inspiré qu’un autre. Mais les légendes sont faites pour rester inexpliquées alors voilà le balcon de Rosina et c’est comme ça !

4 – Couvent de San José del Carmen

À votre droite se trouve l’entrée de l’église du Couvent de San José del Carmen, dit des petites Thérèse.

C’est un couvent catholique cloîtré qui a été fondé en 1586 par Santa Teresa pour l’ordre des Carmélites déchaussées. Approchez vous de la porte d’entrée et levez les yeux vers le porche qui la surplombe. Vous y découvrirez de magnifiques peintures murales représentant diverses scènes bibliques. Sainte Thérèse voulait que sa communauté fonctionne comme une famille, il n’y avait donc jamais beaucoup de sœurs. Elles étaient une douzaine au départ et ne dépassèrent jamais la vingtaine de membres.

Aujourd’hui, elles sont connues pour leurs reliures artistiques de livres ainsi que leurs broderies. Vous pouvez même leur commander quelque chose grâce au guichet accessible depuis la rue Santa Teresa. Le couvent est déclaré bien d’intérêt culturel et se visite sur des horaires restreints.

5 – Quartier Santa Cruz

Vous êtes au cœur du quartier Santa Cruz, sans doute le plus beau quartier de la ville. C’est en tout cas le plus pittoresque avec ses ruelles pavées aux maisons blanche et jaune. C’est l’ancien quartier juif de Séville et c’est ici que vous trouverez les principaux centres d’intérêt de la ville comme le palais de l’Alcazar ou la Cathédrale et sa Giralda.

Quartier Santa Cruz Seville

Au Moyen-Âge, Séville avait la plus grande communauté juive d’Espagne. Lorsque Ferdinand III de Castille prit la ville des mains des Almohades en 1248, il attribua ce quartier aux Juifs qui purent y vivre relativement librement. Par contre au XIVe siècle, la crise économique amène la fin de la tolérance envers le culte juif et ils se font chasser, sinon massacrés. Leurs trois synagogues sont transformées en églises, dont celle de Santa Cruz qui donnera son nom au quartier.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire juive du quartier, vous pouvez aller visiter le centre d’interprétation juif de Séville.

6 – Hôpital des Vénérables

Le beau bâtiment baroque que vous voyez sur cette place est l’hôpital des vénérables. Il a été construit à la fin du XVIIe siècle pour accueillir les hommes d’Église affaiblis par leur âge. Oui, c’est une maison de retraite grand luxe pour les prêtres.

Aujourd’hui, l’église recouverte de peintures murales se visite, ainsi que le centre d’interprétation Velasquez qui est installé dans l’ancien hospice.

7 – Tour de Abdel Aziz

Voyez sur votre gauche, la tour ancienne qui fait l’angle. Elle passerait presque inaperçue !

Pourtant, elle est l’un des vestiges de la forteresse édifiée par les Almohades autour du vieux centre-ville au milieu du XIIe siècle. La tour fait partie du pan de mur qui menait de l’Alcazar à la tour de l’Or au bord du Guadalquivir.

Le nombre de côtés des tours augmente au fur et à mesure que l’on s’approche du fleuve. La tour d’Abd el Aziz est hexagonale, la tour d’Argent est octogonale et la tour de l’Or a douze côtés. On dit dodécagone, d’ailleurs pour votre information.

Bref, elle doit son nom à l’Emir Abdel Aziz, gouverneur d’Al Andalous et fils du célèbre Musa, qui vécut à Isbiliya entre 714 et 719 avant d’être assassiné par son cousin.

La légende voudrait que ce soit du haut de cette tour qu’a été levé l’étendard de Castille à la prise de la ville par Ferdinand III.

8 – Archives de l’Inde

Ce grand monument carré est le bâtiment des archives de l’Inde. Vous vous en doutez, nous parlons ici de l’Inde de Christophe Colomb, c’est-à-dire de l’Amérique. La découverte du Nouveau Monde, en 1492, marque la fin du Moyen-Âge et fait de Séville le nouveau port européen vers les Amériques.

Ces archives ont été voulues au XVIIIe siècle par Charles III d’Espagne pour centraliser dans un seul lieu tous les documents en rapport avec les colonies du pays.

On choisit l’ancien Consulat des marchands, construit 2 siècles plus tôt, pour accueillir la nouvelle institution. À l’origine, ce salon commercial servait pour le commerce de l’or, de l’argent, des épices et du cacao entre l’Espagne et le Nouveau Monde.

Depuis l’ouverture en 1785, les archives contiennent 80 millions de pages documentées. Elles possèdent les fonds d’archives les plus importants sur l’histoire politique, économique, culturelle et sociale de l’ancien empire colonial espagnol. Vous y trouverez des papiers signés de la main de Christophe Colomb, de Magellan, ou encore de Pizarro et de Cortés dont les noms ont fait frémir les Incas et les Aztecs.

De nombreux documents peuvent être consultés en ligne et vous pouvez accéder gratuitement aux expositions temporaires qui s’y trouvent.

9 – La Porte du pardon

À défaut de le visiter, vous pouvez voir ici à quoi ressemble le patio des Orangers. La porte par laquelle vous pouvez admirer le patio est la Puerta del Perdón. C’est l’accès le plus ancien à la cathédrale et était certainement déjà au XIIe siècle, l’accès principal à la mosquée. Elle a donc la particularité d’être une porte musulmane d’entrée à un édifice catholique. On la connaît sous le nom de Porte du Pardon depuis 1407. C’est plutôt habituel en Espagne de nommer les portes d’entrée aux églises Porte du Pardon, en relation aux indulgences et au pardon des péchés qui permet au fidèle d’entrer dans l’église purifié pour sa rencontre avec Dieu.

10 – Église du Divin Sauveur

Changement de décor avec la belle église baroque du Divin Sauveur.

C’est la plus grande église de Séville après la cathédrale bien sûr. On dit souvent que si vous ne deviez visiter qu’une église à Séville, c’est celle-là, alors si vous avez pris un billet pour la cathédrale, je vous conseille d’y entrer et d’admirer ses peintures murales baroques, car l’entrée de l’église est inclue avec celle de la cathédrale et de la Giralda. Oui, beaucoup d’églises sont payantes à Séville !!

Eglise du Divin Sauveur Seville

L’histoire de l’église San Salvador est intéressante, car elle fut construite sur l’emplacement de la toute première mosquée édifiée à Séville au IXe siècle, elle-même construite sur une ancienne basilique romaine.

En 1248, les catholiques transforment le lieu en collégiale puis, en 1671, en raison de son mauvais état, le bâtiment est en partie détruit et l’église que vous avez sous les yeux est reconstruite en 1674. Les seuls vestiges de la mosquée sont le patio des ablutions et la base du minaret qui est devenu le campanile. La façade qui donne sur la place, elle, date plutôt du XIXe siècle. L’église a été entièrement rénovée en 2008 et est classée bien d’intérêt national espagnol depuis 1985.

11 – Palais du Marquis de la Motilla

Le bel édifice qui fait l’angle de la rue est le Palais du Marquis de la Motilla.

Séville est remplie de somptueuses maisons-palais, qui sont autant de trésors cachés à découvrir !

Elles sont les témoins d’une époque prospère, où Séville attirait les plus grands artistes italiens et flamands qui ont laissé derrière eux ce qui se faisait de mieux à la Renaissance.

Vous verrez d’ailleurs un peu plus loin dans la rue, la Maison palais de la Comtesse de Lebrija, qui contient l’une des plus importantes collections de mosaïques au monde et que vous pouvez visiter bien sûr.

Mais revenons à notre Marquis. Il fait construire ce palais au début du XXe siècle. À cette époque, partout en Europe, on est en plein courant historiciste, ça veut dire qu’on veut remettre à l’honneur des courants artistiques du passé. Ici, vous pouvez voir que l’époque qui plaisait au Marquis, c’est l’époque médiévale ! Nous avons donc un beau palais d’inspiration italienne médiévale dont la tour de brique de 25 mètres de haut nous donne l’impression de faire un saut rapide à Florence, devant le palais Vecchio.

12 – Rue Sierpes

Vous rejoignez à présent la rue Sierpes, l’une des artères marchandes principales de Séville. Cette étroite rue piétonne est toujours très animée et est l’une des plus fréquentées de la ville. Elle est bordée de belles boutiques d’époques, de terrasses de cafés et de grandes enseignes internationales. Dès le mois de juin, on y tend de grandes toiles blanches, pour rendre la chaleur plus supportable.

Son nom lui vient d’une légende selon laquelle un serpent monstrueux y vivait et dévorait les enfants. On raconte que c’est Melchior Quintana, enfermé dans la prison voisine, qui a négocié sa liberté en échange de débarrasser la ville du terrible serpiente.

D’ailleurs, pour la petite histoire, sachez que cette prison existait bel et bien, et figurez-vous que Miguel Cervantes y était détenu et que c’est là qu’il aurait commencé à écrire sa plus grande œuvre : Don Quichotte.

Sachez également que durant la Semana Santa, toutes les processions passent par cette rue. À voir, ou à éviter donc, ça c’est vous qui voyez !

13 – Plaza Nueva

Nous rejoignons la Plaza Nueva, de l’autre côté de l’Hôtel de Ville.

Comme son nom l’indique, c’est la nouvelle place publique de la ville.

Enfin, nouvelle, oui, si on vit en 1856 ! Elle a porté bien des noms au fil des siècles, comme la place San Francisco avec laquelle elle ne faisait qu’un, mais les Sévillans l’ont toujours appelée Plaza Nueva, car elle a été créée bien après les autres places historiques du centre-ville.

Au centre, c’est le roi Ferdinand III de Castille qui domine la place. Vous en entendez souvent parler à Séville de ce roi de Castille. C’est parce que c’est lui qui a réussi à unir les royaumes de Castille et de Léon au Moyen-Âge et bien sûr, c’est encore lui qui a fait progresser la Reconquista au sud de la péninsule Ibérique contre les Maures. Ça lui a même valu d’être canonisé par l’Église en 1671. Donc si on vous parle de San Fernando, c’est le même homme !

14 – Le Guadalquivir

Séville lui doit tout. Voilà celui que l’on nomme le grand fleuve en arabe : Le Guadalquivir.

Ce fleuve, qui est le seul fleuve navigable d’Espagne, lui a apporté gloire et richesse.

C’est de ce fleuve qu’est parti le premier tour du monde, lorsque Magellan a largué les amarres en 1519.

À la découverte du Nouveau Monde, c’est grâce au Guadalquivir qui se jette dans l’Atlantique à 180 km de là, que Séville s’est convertie en véritable centre commercial du monde occidental ! C’est sur son fleuve qu’ont coulé or, argent, épices et cafés en provenance des Amériques.

Toute la vie de la cité s’est alors organisée alors autour de son port fluvial, donnant naissance également à de nouveaux corps de métier en relation avec la marine et l’import-export, comme les cordiers et les tonneliers. Séville était alors connue comme “La ville où bat le cœur du monde”.

15 – Quartier Triana

Vous voilà donc sur l’autre rive, le long de la rue Betis, qui était le nom donné par les Romains au Guadalquivir.

Vous êtes dans le quartier bohème et flamenco de Triana.

C’est ici, dans ce quartier vivant et populaire, que sont nés les toreros et les danseurs de flamenco. C’est le quartier gitant de la ville et c’est ici qu’il faut venir vous perdre pour découvrir le Séville authentique.

16 – Théâtre Lope de Vega

Vous voilà devant le beau théâtre Lope de Vega.

Theatre Lope de Vega Seville

Il a été construit à la base pour l’exposition universelle ibéro-américaine de 1929 et s’appelait à l’époque le théâtre de l’exposition.
De grands travaux d’aménagement ont été entrepris pour accueillir cette exposition si particulière. Bien-sûr la place d’Espagne, mais également un hôtel grand luxe, l’hôtel Alphonse XIII, pour recevoir les visiteurs les plus illustres. Toujours pour ces visiteurs haut de gamme, on prévoit un complexe avec un casino et un théâtre. On construit alors ce beau théâtre à l’italienne à l’architecture baroque.

En 1936, le théâtre de l’exposition devient le théâtre Lope de Vega, en hommage au grand dramaturge espagnol.

Rénové dans les années 80, il est aujourd’hui l’un des plus importants théâtres d’Espagne, présentant chaque année plus de 180 spectacles.
Le théâtre Lope de Vega est un des lieux emblématiques de la culture et du patrimoine de la ville de Séville.

17 – Parc Maria Luisa

Vous traversez à présent une partie du parc de Maria Luisa qui vous conduit à la place d’Espagne.

Parc Maria Luisa Seville

Ces jardins, qui appartenaient autrefois au Palais de San Telmo, ont été légués à la municipalité par la princesse Marie-Louise dont il tient le nom.

En 1911, en prévision de l’exposition qui se tiendra principalement dans le parc, l’architecte paysagé Jean Claude Forestier transforme les jardins princiers en parc public. Il n’impose pas le classicisme français habituel, mais s’inspire des jardins de l’Alhambra et de l’Alcazar.

Une oasis de tranquillité et de fraîcheur à l’ombre des orangers. C’est un endroit très prisé des Sévillans et idéal pour un pique-nique ou une balade à vélo.

N’hésitez pas à faire comme eux et à vous aventurer un peu plus dans ce parc magnifique bordé d’arbres méditerranéens et de fleurs parfumées. Vous y découvrirez le somptueux Pavillon Mudéjar au bout du parc et la belle place des Amériques, présentant les pavillons du Brésil et du Mexique.

Comment visiter Séville ?

Séville est une cité d’Espagne qui regorge de trésors. Lors d’un bref séjour, il n’est donc pas possible d’en faire complètement le tour. C’est pour cette raison qu’il est préférable de cibler les lieux qui vous intéressent le plus et de constituer votre propre circuit selon le nombre de jours passés sur place.

En règle générale, on dit qu’un séjour de 3 jours en moyenne est intéressant pour découvrir les principaux lieux de la ville, voir un spectacle de flamenco, et profiter pleinement de la gastronomie locale.

En outre, Séville est une ville vaste où la saison estivale est particulièrement chaude. Il n’est donc pas toujours facile de réaliser la totalité de son itinéraire à pied. Pour vous aider à parcourir de plus grandes distances, n’hésitez pas à emprunter le réseau de transports en communs parmi les bus et métros. La trottinette électrique et le vélo sont aussi des moyens de locomotion envisageables.

Où se garer à Séville ?

Séville est une grande ville. Ainsi, si vous vous y rendez en voiture, il est préférable de connaître les endroits où se garer afin de ne pas perdre de temps à chercher un emplacement à votre arrivée. Il est toutefois intéressant de noter que les possibilités sont nombreuses. On distingue :

  • Les places de parking payantes dans la rue: une solution onéreuse, exclusivement dédiée aux arrêts de courte durée.
  • Les places de parking gratuites dans la rue: vous trouverez ce type d’emplacement en dehors de la ville. Il faudra ensuite emprunter les transports en communs pour se rendre dans le centre.
  • Les places dans un parking intérieur: il en existe de très nombreux à Séville. Leurs tarifs sont variables et il faudra prévoir entre 10 et 35 € par jour.
  • Les places dans un parking extérieur: c’est la meilleure solution d’un point de vue pratique et économique. Il en existe de nombreux à Séville, principalement aux abords des stations de métro.

Quelles sont les principales attractions à visiter à Séville ?

Séville compte parmi les plus belles villes d’Espagne. Capitale de l’Andalousie, la cité sévillane regorge de sites historiques d’intérêt. Il s’agit d’une destination privilégiée où les attractions à visiter ne manquent pas. Parmi celles-ci :

  • Le Real Alcazar
  • La Plaza de España
  • La Cathédrale Notre-Dame du Siège
  • La Giralda
  • La Torre del Oro
  • Le Parc de Maria Luisa
  • Le Centre Andalou des Arts Contemporains

Quelles sont les activités les plus populaires à Séville à faire avec des enfants ?

Séville est une ville idéale pour toute la famille où les grands comme les petits ne risquent pas s’ennuyer. Voici quelques idées d’activités populaires à faire en famille :

  • L’aquarium de Séville, une idée de sortie toujours appréciée par toutes et tous.
  • La Casa de la Ciencia, une petite cité des sciences idéales pour les enfants.
  • La Isla Magica, un parc à thème emblématique de la ville.
  • Le Parc de Maria Luisa, pour une visite bucolique et pourquoi pas, un pique-nique en famille.
  • Le Centro Cultural Flamenco « Casa de la Memoria » pour découvrir cet art vivant, emblème de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page