mexico

Visiter Mexico

Itinéraire Sur les pas des Aztèques – Les incontournables à voir

Introduction (audioguide)Découvrez Mexico avec Romane !

blue arrow6,5 km

little pin24 découvertes

pas2h10

bouton audioguides
00 plan mexico
phone cut2

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

Gratuit
Sans publicité

Visiter Mexico

: 24 lieux d’intérêt à découvrir

Le
par Romane
quote haut

Allez, c’est parti pour une destination ensoleillée et pleine de couleurs ! C’est l’une des plus grandes villes du monde, visitée par plusieurs millions de personnes chaque année : Mexico City, la capitale du Mexique !

Riche d’une histoire qui en passionnera plus d’un, d’une ambiance unique au monde et de monuments magnifiques qui vous raconteront au fil des rues l’évolution de la ville et de sa population,

Mexico est devenue une destination incontournable en Amérique Latine. Au rythme des mariachis, découvrez le berceau de la civilisation aztèque, l’un des peuples les plus puissants du Mexique, qui a fondé Tenochtitlan au XIVe siècle.

Préparez vos tacos et déambulez dans les rues animées de celle que l’on surnomme la Ville de l’Espérance pour explorer cette destination vibrante entourée de montagnes !

quote bas
Cathédrale métropolitaine

C’est en 1571 que débute la construction de cette immense cathédrale, plus grande cathédrale d’Amérique Latine. Il faudra presque 3 siècles pour achever ce monument impressionnant, qui révèle ainsi plusieurs styles architecturaux différents selon les diverses périodes de construction. Sa façade, notamment, présente un très beau style baroque mélangé au style néo-classique de ses deux tours qui culminent à 64 mètres et qui en font un véritable chef-d’œuvre architectural.

Palais National

Ce grand palais, qui borde la place de la Constitution, a une histoire chargée qui commence au XVIe siècle, lorsque Moctezuma II, souverain de la capitale aztèque appelée autrefois Tenochtitlan, décide de faire construire sa résidence ici, au cœur de la cité. Il fait alors bâtir un immense palais, richement décoré par des tapisseries de coton, de plumes, de fourrures et des planchers en stucs polis recouverts de peaux d’animaux.

Templo Mayor

Vous voici devant un véritable vestige de l’un des principaux monuments de la cité Tenochtitlan, construite par les Aztèques au XIVe siècle. Ce temple, qui avait la forme d’une pyramide de 65 mètres de haut, a été édifié en 1375 à l’endroit même où une certaine prophétie aurait amené les Aztèques à s’installer ici, sur ces terres qui appartenaient autrefois au lac Texcoco. À leur arrivée, ils auraient aperçu un aigle tenant dans son bec un serpent, l’image même décrite dans l’une des prophéties du Dieu de la Guerre. Il ne leur en fallait pas plus pour s’installer ici et construire ce qui sera l’une des cités les plus puissantes de la région.

Musée d’Art National

Voici un musée qui retrace l’histoire de l’art mexicain de l’ère préhispanique au début du XXe siècle. Son architecture impressionnante ne manque pas d’attirer l’œil sur cette petite place de Mexico, qui porte le nom de Manuel Tolsa, architecte néo-classique à qui l’on doit la fin des travaux de la cathédrale métropolitaine ou encore le somptueux palais de Minería.

Palais Postal

Ce bureau de poste situé au cœur de Mexico a plus d’un siècle d’existence ! Installé dans un magnifique palais construit au début du XXe siècle selon les plans de l’architecte Adamo Boari et de l’ingénieur Gonzalo Garita y Frontera, il dévoile différents styles architecturaux, dont les styles baroque, rococo, Art Nouveau, néo-Renaissance, néo-gothique ou encore plateresque, qui en font un bâtiment éclectique et très moderne pour son époque.

Palais des Beaux-Arts

Vous voici devant l’un des monuments phares du centre-ville, le somptueux palais des Beaux-Arts. Il faudra plus de 30 ans pour construire ce chef-d’œuvre de style Art Nouveau à l’extérieur, Art Déco à l’intérieur. Bâti à partir de marbre blanc importé d’Italie, il renferme certaines des plus grandes œuvres du pays, notamment celles de Diego Rivera, Rufino Tamayo ou encore David Alfaro Siqueiros.

Hemiciclo a Juárez

C’est le mexicain Porfirio Diaz, dictateur qui a régné sur le Mexique juste avant la révolution, qui a ordonné la construction de ce monument imposant qui rend hommage au président Benito Juárez qui, pendant toute sa vie politique, s’est battu contre les discriminations sociales et a développé le Mexique pour en faire un pays moderne, libéré de sa longue période coloniale.

Tour latino-américaine

Vous êtes au pied de l’une des tours les plus célèbres du Mexique ! Appelée la Tour latino-américaine, c’était la plus haute tour du pays à la fin de sa construction en 1956. Aujourd’hui devancée par la Torre WTC, élevée en 1984, elle n’en reste pas moins l’un des monuments les plus emblématiques de Mexico City. Elle porte ce nom en référence à la compagnie d’assurance qui a siégé dans ses murs jusqu’en 1960.

Casa de los Azulejos

Impossible de louper la Casa de los Azulejos qui, avec sa somptueuse architecture mudéjare et sa couleur éclatante, se démarque sans peine des autres bâtiments de la capitale mexicaine ! Entièrement recouvert de mosaïque polychrome, ce monument voit le jour en 1737 : à ce moment-là, il était appelé le Palais bleu. Il était la résidence principale des comtes de la vallée d’Orizaba, nobles espagnols qui ont fait de ce bâtiment l’un des plus beaux de Mexico.

15

Et encore 15 à retrouver dans l’application

Place de la Constitution, ancien collège de San Ildefonso, place de Santo Domingo, théâtre de la Ciudad Esperanza Iris, palais législatif de Donceles, place Garibaldi, musée de la Tequila, histoire de Mexico, Alameda Central, musée mural Diego Rivera, musée d’art populaire, les civilisations mexicaines, église de San Francisco, calle Francisco I. Madero, saveurs mexicaines.

Télécharger gratuitement l’itinéraire complet dans l’application

phone full

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

decouvertes

24 découvertes

point de vue

Points de vue

anecdotes

Plein d’anecdotes

Gratuit
Sans publicité

Informations pour votre visite

01

Visite avec un départ conseillé sur la place de la Constitution

Parking Isabel la Catolica, calle Isabel La Católica 38
 
Info parking :
Il n’est pas recommandé d’utiliser la voiture à Mexico City. Il y a de nombreux embouteillages et les Mexicains ne respectent pas forcément le code de la route. Il est difficile de trouver une place. La meilleure option est de pouvoir se garer à l’hôtel. Mais si vous n’avez pas cette possibilité, optez pour un parking souterrain payant. Attention tout de même, certains sont assez étroits et ne sont pas forcément adaptés aux gros modèles de véhicules. N’hésitez pas à vous renseigner à l’avance !

02

Info visite

Il est très intéressant de venir au Mexique pendant l’une des nombreuses fêtes célébrées ! Parmi elles, la Semana Santa, par exemple, ou la Fête des Morts, appelée là-bas Dia de los Muertos.
Les périodes favorables à la visite de Mexico City s’étendent du mois de février au mois de mai et du mois d’octobre à décembre. Juillet et août sont les mois les plus pluvieux, et les mois les plus froids sont novembre, décembre et janvier. Entre octobre et décembre, les températures maximales moyennes sont de 24°C et les mois d’avril et mai sont les plus chauds avec 29°C en moyenne. Vous l’aurez compris, à Mexico, il fait bon toute l’année ! Attention cependant aux mois de juin, juillet, août et septembre qui peuvent être très humides.
La monnaie utilisée à Mexico City est le peso mexicain.


Vous avez encore un peu de temps à Mexico ?

Place de la République

Si vous souhaitez continuer votre visite de Mexico, vous pouvez aller faire un tour du côté de la place de la République, située à seulement 15 minutes à pied de l’Alameda Central. Lieu privilégié pour les manifestations, cette place dévoile le Monument à la Révolution, la plus haute arche triomphale du monde, qui du haut de ses 67 mètres, commémore la révolution mexicaine qui a eu lieu entre 1910 et 1920. Vous aurez aussi l’occasion, sur cette place, de visiter le musée national de la révolution.

Marché San Juan

Le marché San Juan, ou Ernesto Pugibet, est l’un des plus renommés de la ville. On y trouve effectivement de nombreux produits internationaux et, vous le verrez si vous décidez d’y aller, très originaux ! Vous trouverez notamment des viandes en tout genre, du cerf, du lapin, du sanglier qui vient du Texas, du crocodile qui vient de Floride, de l’autruche, du buffle et même du lion ! Spécialisé dans les produits gastronomiques et exotiques, il propose tout de même de quoi se restaurer sur place et goûter certains produits qui viennent des Amériques. Les fruits de mer sont aussi les stars de ce marché, et vous trouverez bien évidemment aussi des fruits, des légumes, des fromages, et tous les autres produits que l’on retrouve dans un marché traditionnel. C’est l’occasion de goûter plein de bonnes choses dans l’un des plus anciens marchés de la ville !

Quartier de Coyoacan

S’il y a bien un quartier à ne pas manquer à Mexico, en dehors de son centre historique, c’est celui de Coyoacan. Situé un peu plus au sud de la ville, c’est le quartier où se trouve la maison de la célèbre peintre Frida Kahlo et de son époux Diego Rivera, mondialement connu pour ses fresques murales. Une visite qui vous emmène à travers le quotidien et les ateliers de deux des plus grands peintres de leur époque. Vous pouvez combiner cette découverte avec celle du musée Frida Kahlo, maison natale de l’artiste, située dans le centre de Coyoacan. Ce quartier dévoile aussi plusieurs beaux monuments à découvrir, notamment l’église San Antonio de Padua, le musée national d’aquarelle, la place Jardin Hidalgo ou encore le musée de Leon Trotsky.

Basilique Notre-Dame de Guadalupe

Lieu de culte catholique le plus visité au monde après le Vatican, la basilique Notre-Dame de Guadalupe a de quoi vous épater. Incontournable dans la visite de Mexico, cet édifice monumental a été construit à la fin des années 1970 au pied d’une colline considérée comme sacrée. Ce ne sont pas moins de 20 millions de pèlerins qui viennent l’explorer chaque année. Conçue dans une forme circulaire qui ne cesse de surprendre ses visiteurs, c’est un véritable trésor historique qu’il ne faut pas manquer à Mexico !

Parc de Chapultepec

Avis aux amoureux de la nature, le parc de Chapultepec saura vous servir ! Situé au sud-ouest de Mexico, il renferme dans ses 686 hectares de grandes étendues d’herbes, des jardins botaniques, Mais c’est aussi dans ce parc que vous trouverez le château de Chapultepec, résidence de l’ancienne famille royale, un petit parc d’attractions, deux musées d’art, le Musée d’histoire et le Musée national d’anthropologie, l’un des plus beaux musées archéologiques du monde. Lieu de loisir, de culture et de nature, tout le monde se plaira au parc de Chapultepec !

Quartiers de Roma et Condesa

S’il vous reste encore un peu de temps dans la capitale mexicaine, je vous propose d’aller faire un tour dans les quartiers de Roma et Condesa. Vous y croiserez des marchés typiques, de belles places et des galeries d’art qui lui donnent une ambiance un peu bohème, très agréable pour se balader !

Autour de Mexico

Pour ceux qui souhaitent partir à la découverte des environs, je ne peux que vous inciter à aller explorer les pyramides de Teotihuacan, installées dans celle que l’on surnomme la Cité des Dieux. Situées à seulement 1h de route de Mexico, c’est l’un des plus grands témoignages de la présence des civilisations précolombiennes encore visibles au Mexique. Pour ceux qui recherchent des randonnées, à partir de Mexico, vous allez être servis ! Composée de nombreuses montagnes et volcans, la région offre une multitude de sentiers de randonnées pour découvrir ses richesses naturelles. Et pour ceux qui préfèrent la ville, direction Puebla ou Cuernavaca, deux villes coloniales qui possèdent un grand patrimoine culturel, ou encore Morelia, Guanajuato et Guadalajara pour un bel aperçu des villes mexicaines !

Partagez sur les réseaux :

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Visitez les autres villes du monde

Les autres lieux incontournables à visiter à Mexico à pied

En complément des lieux mis en avant en haut de cette page, d’autres lieux figurent dans notre itinéraire de visite de Mexico à pied :

1 – Place de la Constitution

Vous l’aurez compris en voyant cette place monumentale, vous voici dans le cœur de Mexico, sur ce qu’on appelle le Zocalo ou la place de la Constitution. C’est l’une des plus grandes places du monde, bordée par certains des plus gros monuments de Mexico : la cathédrale métropolitaine sur votre gauche, le palais national devant vous, la Cour suprême, l’ancien hôtel de ville, bref, tous les bâtiments qui lui ont donné son nom de place de la Constitution. Avec tout ceci, vous ne serez pas étonné si je vous dis qu’elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

mexico place de la constitution

Son surnom, Zocalo, qui signifie “socle”, vient du fait qu’une immense statue symbolisant l’indépendance de la ville devait être construite au centre de cette place emblématique, mais seul son socle sera édifié, faute de financement. Devenu un véritable point de rencontre pour les habitants qui se retrouvaient régulièrement au Zocalo, il donnera son surnom à la place encore appelée ainsi par les locaux. Aujourd’hui, à la place de ce socle, on trouve un gigantesque drapeau du Mexique. Construite par les conquistadors espagnols au cours du XVIe siècle, la place de la Constitution est le véritable centre social, politique et économique de la ville et l’a toujours été : déjà au temps des Aztèques, il constituait le cœur de la cité.

Sous la place ont d’ailleurs été retrouvés des vestiges de cette civilisation qui a fondé la cité. Autrefois appelée place d’Armes, place Principale ou encore place du Palais, elle prendra son nom actuel en 1813, après que la ville ait adopté la Constitution espagnole. C’est l’un des lieux les plus animés de la ville, accueillant régulièrement des expositions, des manifestations et des animations qui attirent à la fois les habitants et les visiteurs. À la fois historique et dévoilant certains des plus beaux monuments de la ville, cette place est le cœur du centre historique de Mexico, incontournable dans la visite de la capitale mexicaine.

Vous l’avez d’ailleurs peut-être déjà vu à la télévision, dans le film “Spectre” où le célèbre James Bond monte dans l’hélicoptère en plein milieu de la place et de la fête qui s’y déroule.

2 – Ancien collège de San Ildefonso

Cet imposant bâtiment est l’un des plus beaux exemples de l’architecture coloniale de Mexico City. Il a été construit en 1588, près de 70 ans après l’arrivée des colons à Mexico City et l’écroulement de la civilisation des Aztèques. Au cours des décennies qui ont suivi la colonisation, les Espagnols ont commencé un grand processus d’évangélisation pour convertir la population indigène au christianisme : ils construisent des collèges partout dans la ville, consacrés à l’éducation religieuse.

mexico Ancien college de San Ildefonso

Bâti à l’origine en 1588, le collège de San Ildefonso était l’un des collèges les plus importants de Mexico City pendant le XVIIe siècle, réputé pour son enseignement de qualité à la fois en tant que collège, mais aussi en tant qu’université. Victime de son succès, il sera agrandi entre 1712 et 1749 pour accueillir le nombre toujours plus grandissant d’étudiants, devenant l’un des plus grands centres culturels de la capitale. Il deviendra alors l’impressionnant bâtiment de style baroque que vous avez devant vous.

Lorsque les Jésuites sont expulsés en 1767, il devient une caserne, une école, le siège de l’École de Jurisprudence ou encore l’École préparatoire nationale. Il prend une importance toute particulière au cours du XXe siècle, alors qu’il commence à abriter certaines peintures issues du mouvement artistique appelé le muralisme mexicain : ce mouvement, apparu après la révolution mexicaine de 1921, a contribué à la construction d’une nouvelle identité nationale au sein du Mexique, avec l’objectif de pouvoir éduquer toute la population, sans exception, à l’aide de fresques murales décorant les bâtiments publics.

Diego Rivera, José Clemente Orozco, David Alfaro Siqueiros ou encore Rufino Tamayo, les artistes les plus marquants de ce mouvement, se sont ainsi chargés de peindre sur les murs pour raconter l’histoire du pays, dénoncer les discriminations envers les peuples autochtones et revenir sur les étapes de la conquête espagnole, tout ceci en image afin que tout le monde, même les analphabètes, puisse accéder à ses connaissances.

L’ancien collège de San Ildefonso, devenu aujourd’hui un musée, expose certaines des plus belles peintures murales de ce mouvement, réalisées entre 1922 et 1940 par les meilleurs artistes ainsi que des expositions temporaires sur l’histoire, l’archéologie et l’art mexicains.

3 – Place de Santo Domingo

Ici, vous êtes sur une place qui a longtemps été occupée par les écrivains publics et les imprimeurs, qui offraient leurs services aux clients analphabètes, qui étaient nombreux après la colonisation. On retrouve d’ailleurs encore aujourd’hui des scribes, qui font perdurer cette tradition ancrée dans l’histoire de la ville. Derrière vous se trouve la petite église baroque de Santo Domingo, édifiée en 1736, ainsi que le Musée de la médecine mexicaine, installé dans l’ancien Palais de l’Inquisition, un lieu marqué par les persécutions religieuses qui ont suivi la colonisation espagnole.

À l’origine, on retrouvait sur cette place le palais de l’empereur Cuauhtémoc, dernier chef aztèque exécuté par les Espagnols. On ne connaît pas les circonstances exactes de sa mort, mais ce qu’on sait, c’est que cet empereur aztèque est encore très respecté des Mexicains aujourd’hui, puisqu’il s’est battu avec courage contre les conquérants, jusqu’au jour où ces derniers réussirent à le faire prisonnier et l’exécuter, marquant la fin de la domination des Aztèques. Une place chargée d’histoire donc, qui ne manque pas de charmer ses visiteurs par son ambiance bien particulière !

4 – Théâtre de la Ciudad Esperanza Iris

Ce théâtre, construit en 1918, a longtemps été le centre culturel le plus important de la ville, avant la conception du Palais des Beaux-Arts. Dès son ouverture, il porte le nom d’Esperanza Iris, de son vrai nom Maria Esperanza Bofill Ferrer, chanteuse mexicaine et actrice de théâtre du XXe siècle décorée par le roi d’Espagne Alphonse XIII et déclarée en 1922 “Fille préférée du Mexique”. C’est elle qui demanda la construction du théâtre que vous avez devant vous, sur le modèle de la Scala de Milan.
Grâce aux architectes Ignacio Capetillo et Federico Mariscal qui ont conçu le bâtiment, il est inauguré en 1918 et accueille depuis plus d’un siècle maintenant les plus grandes figures nationales et internationales du théâtre. À la mort d’Esperanza Iris, le théâtre est abandonné pendant une quinzaine d’années, avant de devenir la propriété de la ville et de prendre le nom de Théâtre de la Ciudad, soit “théâtre de la ville”.

Restauré entre 1999 et 2002 pour remplacer son intérieur et s’approprier les dernières technologies, il reprendra le nom de la chanteuse à partir de 2008, devenant le Théâtre de la Ciudad Esperanza Iris. Il accueille toujours aujourd’hui les concerts et les représentations des plus grands artistes mondiaux.

5 – Palais législatif de Donceles

Derrière vous se dressent les six colonnes de la façade appartenant au Palais législatif de Donceles, siège du Congrès de Mexico où se trouve la chambre des députés. L’occasion pour moi de vous parler un peu du système politique de ce beau pays.

Le Mexique est une République fédérale dotée d’une Constitution établie pendant la révolution mexicaine en 1917. Le pouvoir exécutif est tenu par un président de la République, élu pour une durée de 6 ans non renouvelables au suffrage universel direct à un seul tour.

Le pouvoir législatif, lui, est bicaméral, comme en France : il y a à la fois une chambre des députés, qui compte 500 personnes élues pour 3 ans, et le Sénat qui compte 128 membres élus pour 6 ans. Il faut savoir que le Mexique applique le même principe que les États-Unis : son nom officiel, aussi surprenant que cela puisse paraître, est d’ailleurs les États-Unis du Mexique. Il est en effet divisé en plusieurs états, 32 au total, qui possèdent chacun son propre parlement.

Au Mexique, il existe aujourd’hui, et depuis longtemps, trois partis politiques majeurs : le PRI, Parti Révolutionnaire Institutionnel, le PAN, Parti d’Action Nationale, et le PRD, Parti de la Révolution Démocratique. En 2018, c’est le PRD qui remporte l’élection, première fois qu’un président qui se revendique de gauche prend le pouvoir au Mexique. Un véritable tournant dans l’histoire du pays ! Quoi qu’il en soit, le système politique comporte quelques ressemblances avec celui de la France et des États-Unis, bien qu’il soit très souvent critiqué par les Mexicains du fait des nombreuses corruptions : la Banque mondiale a d’ailleurs estimé qu’en 2015, les corruptions contribuaient à hauteur de 9% au PBI du pays, soit plus même que le tourisme… 74% des Mexicains interrogés ont même indiqué se méfier des résultats officiels lors des élections. Un système qui semble donc avoir tout de même plusieurs failles !

6 – Place Garibaldi

Vous voici sur l’une des places les plus animées de la ville ! C’est ici que vous trouverez, à toute heure de la journée, des mariachis jouant de la musique qui attire aussi bien les Mexicains que les visiteurs. Elle porte le nom de Peppino Garibaldi, lieutenant-colonel italien qui a joué un rôle prépondérant dans la révolution mexicaine. C’est grâce au cinéma mexicain que cette culture des mariachis a autant évolué : dans les années 30, un nouveau style cinématographique voit le jour, appelé “Charro”, et devient vite très populaire dans tout le pays.

mexico place garibaldi

Dans ces films, on retrouvait presque toujours des mariachis qui chantaient et jouaient de la musique pour les dames. On retrouve d’ailleurs une ancienne boîte de nuit, le Salon Tenampa, sur la place qui, dans les années 20, accueillait régulièrement des groupes de mariachis. La place Garibaldi est ainsi devenue un lieu de rassemblement de ces groupes venus jouer de la musique pour les dames, à l’origine, payés par des gentlemen. Une tradition qui est restée et qui fait aujourd’hui le bonheur des touristes du monde entier, mais aussi des Mexicains qui viennent y danser !

Attention, les mariachis s’attendent en général à ce que vous leur donniez un peu d’argent pour qu’ils vous jouent un air de musique ! Bien que cette place soit très fréquentée et animée, il est tout de même recommandé de ne pas s’y rendre trop tard le soir et de toujours être prudent, car vous n’êtes pas à l’abri d’y croiser quelques personnes un peu trop ivres ou mal intentionnées… Redoublez simplement de vigilance ici, mais n’oubliez pas de profiter tout de même de l’ambiance incroyable de ce lieu empreint d’histoire et de culture mexicaines !

7 – Musée de la Tequila

Que serait le Mexique sans son incontournable Tequila, la boisson nationale ? Un peu plus fade, assurément ! Ce sont les Mésoaméricains, à l’époque précolombienne, qui ont commencé à utiliser une plante, appelée Agave, pour produire des boissons alcoolisées qui ne dépassaient pas les 8°.

mexico musee de la tequila bouteilles

Quand les Espagnols prennent le contrôle du territoire, ils réussissent à produire cette nouvelle eau-de-vie grâce à la technique de distillation que les Arabes eux-mêmes avaient importée en Espagne quelques siècles plus tôt. Connaissant un rapide succès national, la Tequila devient vite une boisson connue et appréciée dans le monde entier, et sa production au Mexique prend vite une grande ampleur à partir du XIXe siècle.

Elle fait aujourd’hui partie intégrante de l’identité mexicaine et il n’est pas étonnant de retrouver sur l’une des places les plus fréquentées de la capitale le musée qui retrace son origine et son histoire et vous permettra aussi d’en acheter si vous souhaitez goûter la Tequila locale !

mexico musee de la tequila

Une dégustation à ne pas manquer, avec modération bien entendu !

8 – Histoire de Mexico

Je profite de cet instant dans l’avenue Lázaro Cárdenas pour reprendre l’histoire de la ville. Mexico City, aujourd’hui capitale du Mexique, a été essentiellement marquée par les Aztèques, qui sont arrivés dans la vallée au XIVe siècle et ont créé la cité de Tenochtitlan autour de l’année 1325. Cette civilisation, que tout le monde connaît aujourd’hui, existait déjà depuis plusieurs siècles, mais était un peuple nomade. Ce n’est que quand ils découvrent ces terres centrales du Mexique qu’ils se sédentarisent.

Mais pourquoi ici et pas dans une autre région, me demanderez-vous ? Et bien, il faut d’abord savoir qu’à cette époque, la ville de Mexico n’était autre qu’un immense lac, le lac Texcoco, parsemé de petits îlots où les Aztèques cultivaient le maïs puis ont bâti temples et habitations. À leur arrivée aux abords du lac, ils reconnaissent une scène décrite par l’un de leurs dieux, le Dieu du Soleil et de la Guerre : ils aperçoivent un aigle, perché sur un figuier de Barbarie, un serpent dans la bouche.

Une scène qui leur a tout de suite fait prendre conscience qu’ils devaient s’installer ici, guidés par la voix de leur Dieu. D’ailleurs, 700 ans plus tard, le drapeau du Mexique dévoile encore et toujours en son centre un aigle tenant dans son bec un serpent, véritable hommage à ce peuple qui deviendra rapidement la civilisation la plus puissante et la plus étendue du Mexique à cette époque. Mais quand ils arrivent dans la région, les Aztèques ne sont pas les seuls à occuper ses terres. Ils sont entourés notamment par les civilisations Tlacopan et Texcoco, ce qui les pousse à s’installer au beau milieu du lac. Ils créent plusieurs îlots artificiels sur le lac pour y cultiver du maïs, des haricots et des courges, et construire la cité de Tenochtitlan, la capitale aztèque, et des aqueducs pour s’alimenter en eau potable.

C’est ainsi que les Aztèques deviennent de plus en plus puissants, et davantage encore lorsqu’ils s’allient avec les deux autres grandes civilisations de la région, Tlacopan et Texcoco, fondant ainsi ce qu’on appelle la Triple Alliance.

À partir de ce moment-là, rien ne semble arrêter leur développement impressionnant, si ce n’est l’arrivée des colons espagnols au Mexique en 1519. Menée par le célèbre Hernan Cortès, l’expédition arrive sur les terres mexicaines au niveau du Yucatan, mais les peuples sur place leur indiqueront de se diriger plus vers le nord pour trouver les vraies richesses du territoire. Il faut savoir que de nombreuses autres civilisations du Mexique ne sont pas totalement d’accord avec la grande domination aztèque, ce qui poussera une grande partie d’entre à rejoindre les armées espagnoles venues les conquérir. Les colons arrivent à Tenochtitlan le 8 novembre 1519 et découvrent une grande et puissante cité, ordonnée et développée. Au départ, le chef aztèque les accueille à bras ouvert, convaincu qu’Hernan Cortès n’était autre qu’un Dieu aztèque qui avait promis de revenir dans la cité par l’est et sous la forme d’un homme roux, ce qui était le cas de Cortès.

Vous imaginez bien que, quelque temps plus tard, quand ce dernier a commencé à imposer sa religion et sa culture, le chef aztèque s’est vite rendu compte de son erreur et a débuté une guerre contre lui. Mais en seulement deux ans, les colons prennent possession de la ville et le dernier chef aztèque est exécuté, un événement qui marque la fin de cette civilisation qui a marqué l’histoire du Mexique. Ils rasent entièrement la cité et construisent leurs propres bâtiments, asséchant complètement le lac pour pouvoir agrandir Mexico qui devient, en 1821, la plus grande ville du continent américain.
Et c’est ainsi qu’elle est devenue celle que l’on connaît aujourd’hui, une ville empreinte de la culture aztèque, dont les vestiges sont encore nombreux dans la région, et l’une des plus grandes mégapoles du monde.

9 – Alameda Central

Vous voici dans le parc principal de la ville, aménagé au XVIe siècle grâce à Luis de Velasco, vice-roi de Nouvelle-Espagne, le nom donné au territoire du Mexique qui venait tout juste d’être découvert par les colons espagnols. Il désirait en effet permettre aux habitants de la ville de profiter d’un espace de détente en plein cœur de Mexico. Agrandi et aménagé au fur et à mesure des siècles, le parc s’orne petit à petit de fontaines, de roseraies, de sculptures et de belles parcelles de fleurs qui lui donnent un charme tout particulier.

mexico alameda central

Il se situe à l’emplacement même d’un ancien marché aztèque, devenu une place en 1592 où avaient lieu les défilés et les rassemblements. C’est aujourd’hui un parc très apprécié pour flâner le long des frênes et s’échapper un instant de l’agitation de la ville, dans un parc qui a maintenant plus de 400 ans.

10 – Musée Mural Diego Rivera

Voici un musée qui fait honneur au plus célèbre des peintres mexicains ! Il a été construit en 1986 dans le seul but de pouvoir exposer l’une des œuvres les plus populaires de Diego Rivera, appelée Sueño de una Tarde Dominical en la Alameda Central, qui signifie “Rêve d’un dimanche après-midi dans l’Alameda Central”. Cette fresque de plus de 15 mètres de long présente plus de 150 personnages dans le parc de l’Alameda Central, dont Hernan Cortès, Benito Juárez, Porfirio Diaz ou encore Frida Kahlo : une véritable immersion dans l’histoire du Mexique rien qu’en la regardant !

mexico musee mural diego rivera

À côté, vous retrouverez également d’autres peintures contemporaines, des photographies ou encore des sculptures. Visite incontournable pour ceux qui veulent voir l’un des chefs-d’œuvre de Diego Rivera !

11 – Musée d’Art populaire

Dédié à l’art mexicain traditionnel, le musée d’Art populaire permet de retracer la culture des différents peuples qui ont vécu sur le territoire. En plus de dévoiler des expositions temporaires qui permettent de mettre en lumière le travail des artisans locaux, le musée présente presque 3 000 œuvres permanentes issues d’époques et de régions différentes du pays. Vous aurez ainsi l’occasion, si vous le visitez, de découvrir des poteries, des sculptures en bois, des meubles et une multitude d’autres objets qui vous feront remonter le temps et comprendre la longue histoire de l’art mexicain.

Ouvert en 2006 dans le but de promouvoir l’artisanat mexicain et les différents métiers qui s’en rattachent, comme la vannerie, la verrerie ou le textile, le bâtiment du musée est considéré comme un très bel exemple de l’architecture Art Déco de la capitale. Un musée idéal pour comprendre les traditions et l’identité du Mexique !

12 – Les civilisations mexicaines

S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas louper en visitant le Mexique, c’est de parler des différentes civilisations qui ont occupé le territoire depuis maintenant des millénaires. On connaît, pour la plupart d’entre nous, les Aztèques, les Mayas, peut-être les Toltèques, mais il faut savoir qu’il existe au total plus de 70 communautés indigènes différentes dans tout le pays. Parlons un peu de ces peuples qui ont forgé l’histoire du Mexique. La première grande civilisation installée dans le pays est celle des Olmèques, qui occupait une partie du territoire depuis 1500 av. J.-C.

C’est à elle que l’on doit les grandes têtes sculptées dans la pierre que l’on retrouve dans le centre du Mexique, ainsi que le premier calendrier et certaines bases de l’écriture. S’ensuivent alors les Toltèques, civilisation experte de la peinture, de la sculpture et de l’architecture à qui l’on doit les débuts de l’art mexicain. Deux cents ans plus tard, ce sont les Aztèques qui dominent le territoire : c’est l’une des civilisations les plus puissantes que le pays ait jamais connues, entre le XIVe et le XVIe siècle.

Ce sont eux qui se sont installés dans la vallée de Mexico, et qui ont fondé la ville de Tenochtitlan, aujourd’hui Mexico City. Ils ont notamment construit de nombreux temples, dont ils ont voit les vestiges encore aujourd’hui. Pendant tout ce temps, un peuple vit et se développe dans une autre partie du Mexique, dans Yucatan : les Mayas. C’est sans aucun doute la civilisation qui a le plus marqué l’histoire du Mexique, considérée comme étant l’un des berceaux de l’humanité.

Difficile de savoir exactement à quel moment elle a commencé, puisque cela remonte à plusieurs millénaires avant J.-C., mais ce qu’on sait, c’est que ce sont les Mayas qui ont réussi à réaliser le premier système d’écriture complet par toutes les civilisations précolombiennes et qu’ils ont apporté de grandes connaissances en astrologie, en mathématiques, en agriculture et dans bien d’autres domaines. Cette civilisation à l’instar des Aztèques, perdurera jusqu’à l’arrivée des Espagnols : ils ont donc vécu des milliers de siècles !

Elle connaîtra d’ailleurs plusieurs périodes d’apogée avant de laisser sa place aux Aztèques, qui prendront de l’importance entre le XIVe et le XVIe siècle. Parmi les autres civilisations, on retrouve par exemple les Zapotèques, les Mixtèques, les Totonaques ou encore les Teotihuacan, mais elles sont bien connues et largement dominées par les grandes puissances précédentes. Aujourd’hui, 600 ans après la conquête espagnole des terres mexicaines, on compte environ 70 communautés indigènes et plus de 82 langues parlées dans tout le pays, ce qui place le Mexique parmi les pays les plus multiculturels du monde !

13 – Église de San Francisco

L’église de San Francisco nous vient tout droit du XVIIIe siècle : c’était, à ce moment-là, l’un des plus grands couvents de la Nouvelle-Espagne, ce grand territoire colonisé par les Espagnols à partir du XVIe siècle. On n’en voit aujourd’hui que quelques vestiges, mais il faut imaginer qu’à l’époque, le couvent était bien plus grand, composé d’une église et d’un monastère qui ont accueilli les douze premiers moines lors de l’évangélisation de la population après la conquête espagnole. Reconstruite plusieurs fois à cause du sol instable de Mexico, elle a fait l’objet de débats quant à son style architectural, baroque pour certains, rococo pour d’autres.

Quoi qu’il en soit, c’est dans cette église que les habitants sont venus célébrer la fin de la guerre d’indépendance qui a eu lieu de 1810 à 1821, et c’est aussi ici qu’a eu lieu la messe funéraire pour Hernan Cortès plus de deux siècles plus tôt. Un vrai monument historique !

14 – Calle Francisco I. Madero

Vous marchez ici dans l’une des rues historiques de Mexico ! Historique parce qu’elle a toujours fait partie des rues les plus fréquentées de la capitale, mais aussi parce qu’elle porte le nom d’un personnage indissociable de l’histoire du Mexique : Francisco Madero. Cet ancien président de la République a été l’un des personnages les plus marquants de la Révolution mexicaine, qui a débuté le 20 novembre 1910. C’est après 35 ans de dictature imposée par l’homme d’État Porfirio Diaz que le conflit éclate dans le pays : un conflit qui durera plus de 10 ans et aboutira, en 1917, à la mise en place d’une Constitution qui ne mettra pas tout le monde d’accord.

Mais parlons un peu de cette dictature : il faut savoir que Porfirio Diaz est élu président en 1876 après avoir organisé une rébellion contre l’ancien président Sebastian Lerdo de Tejada. Ne pouvant effectuer qu’un seul mandat à la fois, il cèdera sa place 4 ans plus tard à l’un de ses amis et sera de nouveau élu en 1884. C’est à ce moment-là qu’il créera un amendement pour supprimer la limite des mandats autorisés.

Il restera ainsi au pouvoir jusqu’en 1910. Sa dictature est un véritable tremplin pour la croissance économique du Mexique, qui se développe rapidement, mais au détriment de sa population qui entre dans une pauvreté de plus en plus extrême au fil des années. Il met en place diverses lois qui lui permettent d’éliminer ses opposants politiques et qui accentuent grandement les inégalités entre les habitants. En 1910, Porfirio se présente une nouvelle fois aux élections présidentielles, mais un nouveau candidat entre en jeu : Francisco Madero. Porfirio le fait emprisonner, mais celui-ci s’évade et s’enfuit aux États-Unis. Porfirio est de nouveau élu, Madero organise un soulèvement, et c’est ainsi que la révolution commence.

Il est difficile encore aujourd’hui de confirmer à quel moment cette révolution s’est vraiment terminée : certains considèrent que c’est au moment de la création de la nouvelle Constitution, en 1917, d’autres grâce à la présidence de Plutarco Elias à partir de 1924, d’autres encore avec l’assassinat du président Alvaro Obregon en 1928. Ce qui est sûr, c’est que cette période, appelée le Porfiriato, a fait de nombreuses victimes dans tout le pays et que Francisco Madero est, encore aujourd’hui, surnommé “l’apôtre de la démocratie” après s’être battu contre la dictature et les inégalités !

15 – Saveurs mexicaines

Comment visiter le Mexique sans parler de ses mille saveurs, reconnues dans le monde entier ? Riche de son héritage à la fois préhispanique puis espagnol, la cuisine mexicaine est variée et a tendance à mettre tout le monde d’accord ! Il faut savoir que, depuis toujours, les principaux aliments qui composent les plats mexicains sont le maïs, le haricot, le piment, l’avocat ou encore la tomate. C’est d’ailleurs tout ce qu’on retrouve dans les fameux tacos, certainement le plat le plus célèbre aujourd’hui. Lors de la conquête, les Espagnols ont apporté du riz, de l’huile d’olive, des oignons, de l’ail, mais aussi des animaux domestiques tels que des poulets, des bœufs, et des chèvres.

Quesadillas, enchiladas, burritos, que de plats à base de tortillas, de viande, de fromage et de légumes qui vous feront saliver sans aucun doute ! Pour débuter un repas mexicain, rien de tel que de goûter au guacamole, qui mélange sous la forme d’une purée de l’avocat, du citron vert, de la coriandre et des oignons concassés. En dehors des plats à base de tortilla, on retrouve aussi le mole, une assiette de volaille mélangée à du cacao et du piment, mais aussi le ceviche, qui se cuisine à base de poisson cru, de citron vert et d’huile d’olive, ou encore le traditionnel pozole, une soupe de maïs qui inclut de la viande, des pois chiches et des légumes. Vous l’aurez compris, avec tout ça, impossible de repartir le ventre vide !

N’hésitez pas cependant, pour ceux qui n’apprécient pas manger trop épicé, à informer le restaurateur que vous ne souhaitez pas de piment !

Notez ce contenu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut