palma de majorque

Visiter Palma de Majorque

Itinéraire L’île des Rois – Les incontournables à voir

Introduction (audioguide)Découvrez Palma de Majorque avec Emilie !

blue arrow 5,0 km

little pin 25 découvertes

pas 1h30

bouton audioguides
00 plan palma de mayorque
phone cut2

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

Gratuit
Sans publicité

Visiter Palma de Majorque

: 25 lieux d’intérêt à découvrir

Le
par Emilie
quote haut

Bienvenue à Palma de Mallorca, la plus grande ville des Baléares et sa capitale historique. Même si vous êtes venus principalement pour les plages de sable fin et l’eau turquoise de l’île, ou ses multiples activités sportives, ses petits villages de pierre au charme fou ou pour arpenter les routes de la Tramuntana en vélo ou en moto, la ville de Palma ne vous laissera pas indifférent. Elle n’est pas un point de chute d’une destination balnéaire, mais recèle de trésors et renferme derrière ses murs, des siècles d’histoire mouvementée.

Convoitée de toutes parts, Palma a d’abord été Phénicienne, puis Romaine, puis Arabe, comme le reste de la péninsule ibérique, puis, catholique lorsqu’elle devient la capitale du royaume de Majorque sous la couronne d’Aragon. Vous imaginez sans peine qu’un tel héritage laisse des traces. Et c’est justement sur ces traces que nous allons vous guider aujourd’hui pour vous raconter un peu tout ce qu’a vécu cette ville exceptionnelle avant qu’elle ne devienne la star touristique que l’on connaît aujourd’hui.

C’est parti pour une visite de 5 km en immersion complète, entre légendes et anecdotes, forteresse arabe et architecture moderniste, vestiges antiques et art moderne, dans cette ambiance chaleureuse, dont l’Espagne a le secret.

quote bas
Palais de l’Almudaina

D’ici, vous avez une magnifique vue en contre-plongée, sur la façade du palais de l’Almudaina. Son entrée se fait en face de la cathédrale. Vous pouvez, bien évidemment, aller le visiter et découvrir les pièces ouvertes à la visite, comme le chemin de ronde, la salle d’audience, la salle du

Cathédrale de la Seu

Vous l’admirez depuis votre arrivée, vous voilà finalement face à la belle cathédrale Sainte-Marie de Palma, construite sur les murailles de la vieille ville de Palma. Celle que l’on surnomme la Cathédrale de la Lumière pour ses 59 vitraux et ses 5 rosaces, ou la Seu, qui veut dire majestueux

Es Drac de Na Coca

Vous voilà sur une petite place face au musée du diocèse et d’une belle villa néo-gothique au numéro 3. Sur sa façade, un petit crocodile sculpté, le trouvez-vous ? Il n’est pas sur la porte, mais bien plus haut, à l’angle de la rue à droite. Il s’agit d’une reproduction

Église Saint-François de Palma

Vous arrivez sur la petite place Saint-François, face à la basilique éponyme. Elle a été bâtie entre le XIIIe et le XIVe siècle, mais la belle façade que vous voyez date du XVIIe siècle. Si vous aimez l’architecture religieuse, la basilique Saint-François va vous plaire, car elle combine une église

Can Vivot

Vous vous êtes peut-être déjà rendu compte, depuis votre arrivée à Palma, que la ville était pleine de patios. Autrefois, on ne répertoriait pas moins de 500 patios à Palma. La plupart ont disparu au gré des rénovations des édifices et la ville en compte environ 150 aujourd’hui. Leur origine

Plaça de Cort

Vous arrivez à présent sur une place mythique de Palma, la plaça de Cort, la place de la cour en français. C’est ici que tout a commencé. Ici que Jaime II s’est réuni avec 4 nobles qui l’accompagnaient dans sa conquête pour se partager la ville. Ils la divisent en

Can Forteza Rey

Sur la petite place du marquis de Palmer, vous ne pouvez pas manquer le sublime immeuble art nouveau qui se dresse devant vous ! L’Art nouveau est un style qui aura été aussi fugace que merveilleux, tout en courbes et en inventivité, laissant derrière lui de véritables trésors d’architecture et

Plaça Mayor

Vous voilà au centre d’une belle place fermée, encadrée d’arcades jaunes bien symétriques, vous l’avez deviné, vous êtes sur la Plaza Mayor de Palma, au cœur de son centre-ville ! C’est la plus grande place de la ville. Elle occupe l’espace laissé par l’ancien couvent San Felipe Neri. Jusqu’en 1823,

Sa Llotja

Vous arrivez à présent devant la Llotja de Palma, qui veut dire la Loge en catalan. Il s’agit de l’ancienne bourse du commerce maritime et du siège des marchands. Vous pouvez d’ailleurs observer sur le tympan du fronton, la sculpture de l’Angel de la Mercaderia : l’ange du commerce. La

16

Et encore 16 à retrouver dans l’application

Vue sur la Cathédrale et le Palais Royal,  S’Hort del Rei, Banys Àrabs, Couvent de Santa Clara, Can Barceló, Can Joan de ‘Aigo, Église Sainte-Eulalie, Can Corbella, Gran Hotel CaixaForum, Plaça del Mercat , Can Casasayas, Passeig del Born, Casal Solleric, Device to Root out Evil, Torrente de la Riera, Mirador d’Es Baluard

Télécharger gratuitement l’itinéraire complet dans l’application

phone full

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

decouvertes

25 découvertes

point de vue

Points de vue

anecdotes

Plein d’anecdotes

Gratuit
Sans publicité

Informations pour votre visite

01

Départ conseillé depuis le Parc de la Mer

Parking conseillé : Parc de la Mar
 
Info Parking :

Si vous stationnez sur la voirie, il y a deux ou trois choses à connaitre pour éviter les amendes. Les zones peintes en bleue indiquent que le stationnement est payant au parcmètre du lundi au vendredi de 9h00 à 14h 30 et de 16h30 à 20h, le samedi de 9h00 à 14h30. Le temps est limité à 2h ou 3h selon les zones et le tarif augmente plus vous vous approchez de l’ultra centre.
Vous pouvez régler votre stationnement en ligne via l’application mobile “ mobiAPParc”.
Si vous optez pour un parking souterrain, pas d’inquiétude, la ville de Palma en est remplie ! La plupart d’entre eux sont ouverts 7j/7 24h/24.

02

Infos visite :

La cathédrale de la Seu ne se visite pas le dimanche.
 
Climat :

Palma possède un climat typique méditerranéen, caractérisé par des hivers doux et humides et des étés chauds et secs. Il peut faire très chaud en été, les records de chaleur ayant atteint certaines années les 40°C. Mais en moyenne, il fait entre 25°C et 30°C en été et entre 10°C et 15°C en hiver. Les mois les plus pluvieux sont de septembre à novembre.
 
 
Monnaie :

Les Balears font partie de l’Espagne et sont par conséquent dans la zone euro.


Vous avez encore un peu de temps à Palma de Majorque ?

La ville de Palma est riche en découvertes culturelles et historiques, mais elle est aussi juchée au cœur d’une nature luxuriante propice à de nombreuses activités. Voici quelques conseils pour poursuivre votre découverte de la plus grande île des Baléares.

Autour de Palma

En dehors de notre visite du vieux centre, mais à voir absolument lors de votre visite de Palma, son Castell de Bellver. Ce château du XIVe siècle, résidence des rois de Majorque, est perché sur une colline surplombant la ville. Sa visite vous offre donc une double découverte ! Une architecture gothique méditerranéenne splendide, unique en Espagne et une vue à 360° sur Palma, la mer et la Tramuntana.

Pour les amateurs d’Art, sachez que c’est à Majorque que l’artiste catalan Joan Miro, marié à Pilar Juncosa, native de l’île s’installera pendant 30 ans. La fondation Pilar et Joan Miro, installée dans sa maison et son atelier, vous plonge dans l’univers personnel de Miro et vous fait découvrir son œuvre comme vous ne l’avez jamais vu !

Et si vous voulez vivre un voyage dans le temps, empruntez le Ferrocarril de Soller, petit train en bois qui relie Palma au village de Soller, 27 km plus loin. Inauguré en 1912, il est aujourd’hui l’une des attractions les plus appréciées de Palma et vous permet de découvrir le charme pittoresque de l’intérieur de l’île.

La Tramuntana

Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, la Serra de Tramuntana vous livre sur un plateau, les plus beaux paysages de Majorque. Ses routes escarpées sont un paradis des cyclistes et des motards et ses villages de pierre sont autant de pépites, nichées dans la sierra recouverte de vergers odorants. Voici quelques endroits à visiter absolument :

  • Les villages de Biniaraix et Fornalutx, considérés comme les plus beaux d’Espagne, ainsi que Valldemossa, connue pour son ancienne abbaye et pour avoir accueilli les célèbres amants George Sand et Frédéric Chopin.
  • Le Monastère de Lluc, le plus beau lieu de pèlerinage du pays, à 400 mètres d’altitude au nord de l’île.
  • La route panoramique en épingle qui mène à la crique de Sa Calobra.
  • Le Cap de Formentor, là où la montagne rejoint la mer et où la vue se prend pour le bout du monde.

La Mer

On ne va pas se mentir, la véritable star de vos vacances, c’est elle ! Ses eaux turquoises sont un terrain de jeux merveilleux, à traiter avec respect, cela va sans dire, mais qui vous offre tout un tas de possibilités pour en profiter.

  • Louer un bateau avec ou sans skipper pour faire le tour de l’île et découvrir ses plus belles criques inaccessibles pour les piétons.
  • Faire du snorkelling et s’émerveiller sur la diversité des fonds marins majorquins.
  • En profiter carrément pour passer son baptême de plongée, l’île possède de nombreuses écoles très compétentes et des spots de plongée merveilleux.
  • Partir sur l’eau en Kayak de mer, en planche à voile ou autre pour profiter de la mer en version sportive.
  • Manger ! Eh oui, ceux qui aiment le poisson et les fruits de mer seront aux anges, les Majorquins sont des pros de la préparation du poisson grillé, alors faites-vous plaisir !

Les zones naturelles

  • L’île de Cabrera, la plus grande des îles inhabitées des Baléares, est également son unique parc national. Ce parc marin protégé n’ouvre ses portes qu’à un petit quota de visiteurs journaliers, ce qui en garantit la préservation, la tranquillité et la nature sauvage de ses plages isolées.
  • Le parc Naturel de S’Albufera, fait partie des meilleurs endroits du bassin Méditerranéen pour observer les oiseaux. Avis aux amoureux de la nature et aux ornithologues en herbe, ici, tout au long de l’année, plus de 300 espèces se réfugient, loin des côtes bétonnées et des touristes survoltés.
  • Les Grottes du Drach, formées à partir de roches carbonatées il y a une dizaine de millions d’années, vous offrent une parenthèse de fraîcheur et de mystère dans votre séjour balnéaire. Ces 4 grottes et le lac Martel, le plus grand lac souterrain d’Europe, sont visités depuis le Moyen Âge et sont une curiosité à découvrir lors de votre séjour.

Les plus belles plages

Lorsque l’on choisit de partir en vacances aux Baléares, on sait qu’il peut y avoir du monde sur les plages les plus connues, mais qu’il est également possible de trouver des criques plus secrètes et moins touristiques. Voici une (très) petite sélection des plus belles plages de l’île.

  • Platja des Coll Baix : accessible uniquement à pied, et forcément ça change tout ! Cette crique isolée, cachée derrière une falaise, vous livre des eaux limpides et une plage peu fréquentée.
  • Platja des Trenc : Si vous préférez les grandes étendues de sable aux petites criques plus facilement recouvertes de serviettes, alors, rendez-vous à la Plage des Trenc, la plus longue plage sauvage de l’île.
  • Cala Formentor : petite crique d’un kilomètre au nord de l’île, à proximité de Pollença. Entre pinède et montagne, de l’eau émeraude et turquoise. Un vrai tableau.
  • Santanyi : cette crique qui était le lieu de prédilection des attaques de pirates offre aujourd’hui 80 mètres de tranquillité, idéal pour admirer le coucher de soleil.
  • Cala Matzoc : il vous faudra marcher 20 minutes le long de la côte depuis la Cala Estreta si vous voulez rejoindre la sauvage Cala Matzoc. Vous apercevrez également des ruines d’une tour de guet de l’époque talayote, sur la colline en face de la plage.
  • Cala Mesquida : sur la côte nord-est de Majorque, cette magnifique plage a été déclarée zone d’intérêt naturel et possède le plus beau paysage de dunes de l’île, abritant une importante colonie de mouettes et de cormorans.

Les plus belles randonnées

Les îles montagneuses sont des petits paradis pour les randonneurs. Les sentiers côtiers ne manquent pas et en plus, ils vous récompensent avec la promesse d’une baignade bien méritée.

  • La Ruta de Pedra en Sec : LA grosse rando d’une semaine pour les motivés. Les 167 km du GR 221, vous font traverser tout le nord-ouest montagneux de l’île, du Cap de Formentor à Sant Elm. Des paysages à couper le souffle et une découverte approfondie et en douceur de ce que l’île de Majorque a de plus spectaculaire.
  • Itinéraire dans la péninsule des Pinar : De l’Ermita de la Victòria à Penya Rotja. Pour les amateurs de sensations fortes, une randonnée sur les crêtes, offrant des perspectives vertigineuses sur la péninsule.
  • Parc Natural de la Peninsula de Llevant : Avec un nom pareil, vous vous doutez que cette balade est à faire tôt le matin pour admirer les lumières changeantes du lever du soleil. Tout à l’Est de l’île, cette randonnée vous propose une boucle depuis Cala Agulla pour découvrir Cala Mesquida, ainsi que le Puig de l’Aguila et le talaia de Son Jaumell.
  • Cap des Salines : Vous pouvez faire plusieurs randonnées différentes depuis le cap des Salines, par exemple rejoindre Calo des Marmols, l’une des criques cachées les plus paisibles de Majorque, ou la Playa Es Caragol en suivant un beau sentier côtier le long de la mer, ou encore rejoindre la Colonia Sant Jordi et découvrir les 2e plus anciennes salines du monde.
  • Cap de Formentor : Forcément, la Tramuntana qui s’avance sur la mer ne peut que nous offrir des possibilités exceptionnelles de randonnées. La route qui mène à Cap Formentor depuis Port Pollença, parsemée de miradors, est déjà une activité en soi. Si vous voulez laisser la voiture, vous pouvez rejoindre le mirador d’Es Colomer, à 6 km du port de Pollença. Un peu plus haut sur la route, vous pouvez rejoindre l’ancienne tour de guet du XVIe siècle, la Talaia d’Albercutx pour une vue à couper le souffle qui vous permettra par temps dégagé de voir jusqu’à l’île de Minorque ! Vous pouvez également emprunter le chemin facile et bien indiqué qui joint le Port de Pollença à la Cala Boquer, une crique magnifique !

Partagez sur les réseaux :

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Visitez les autres villes d’Espagne

Les autres lieux incontournables à visiter à Palma de Majorque à pied

En complément des lieux mis en avant en haut de cette page, d’autres lieux figurent dans notre itinéraire de visite de Palma de Majorque à pied :

1 – S’Hort del Rei

Ces petits jardins de style mauresques sont les S’hort del Rei, les jardins du roi, pour leur emplacement aux pieds du palais de l’Almudaina. Du temps de Jaume II de Majorque, au début du XIVe siècle, ces jardins étaient remplis d’arbres fruitiers et de fleurs , mais aussi de légumes, car ils servaient de potager royal. Dans les années 60, la ville décide de restaurer et de réorganiser la zone autour du palais et confie la création de nouveaux jardins à l’architecte Majorquin Gabriel Alomar. Il part sur un style historiciste, c’est-à-dire, qui s’inspire d’un style architectural d’une autre époque et qui le remet au goût du jour.

Vous êtes au cœur d’un écrin de verdure apaisant, avec des éléments traditionnels majorquins et andalous. Vous verrez également des sculptures de Miro, de Subirachs et de Calder, ainsi que la statue de bronze d’Es Foner, le frondeur. La statue date de 1898 et représente un homme talayote, la première civilisation à être apparue aux Baléares. Eux, ils étaient très connus pendant les guerres puniques parce qu’ils étaient vraiment doués pour manier la fronde. La fronde, c’est une arme de l’antiquité, faite avec des lanières et des poches en cuir pour lancer des projectiles sur les ennemis, à ne pas confondre avec un lance-pierre ! Vous la voyez dans la main de la statue, ça n’a l’air de rien, mais ils se sont incroyablement bien défendus grâce à leurs frondes. On raconte qu’ils pouvaient même couler un bateau à distance !

Bref, derrière notre frondeur, en passant les portes de la muraille, vous verrez aussi une arche traversant un petit étang. Il s’agit de l’Arc de Drassana, construite au Xe siècle, donc probablement d’origine arabe et qui devait relier le palais au port, lorsque les vagues venaient se frotter au pied de l’ancienne cité maure.

2 – Banys Àrabs

Vous passez sur votre droite, l’entrée des bains arabes de Palma. Vous en avez peut-être entendu parler, il s’agit de la construction la mieux conservée, et pour ainsi dire sans restauration, de l’époque islamique. Entre le Xe et le XIIIe siècle, la ville de Palma, alors connue sous le nom de Madina Mayurqa, connaît un bel essor économique sous l’influence musulmane. Les bains arabes que vous avez là appartenaient certainement à la maison d’un noble musulman. La salle centrale est composée de colonnes et est surmontée d’un oculus qui laisse passer la lumière.

La visite est très rapide et demande une petite participation à l’entrée. Si vous décidez d’y pénétrer, ne soyez pas surpris, il n’y a que cette salle ainsi qu’un joli jardin rafraîchissant. Vous découvrirez, tout d’abord, une vidéo expliquant le fonctionnement du système d’eau chaude et d’eau froide datant du XIe siècle. Puis, vous verrez dans les installations antiques des bains, des vestiges bien conservés de cheminées, de tuyaux et d’amphores nécessaires pour chauffer l’eau et climatiser les salles. C’est l’unique vestige visible de la présence musulmane de Palma et fait donc partie du patrimoine historique de la ville, mais notez que sa visite peut vous paraître trop rapide.

3 – Couvent de Santa Clara

Vous avez ici le couvent de Santa Clara. Il s’agit du plus ancien de l’île, toujours en activité. Il a été construit au XIIIe siècle sur les vestiges d’un ancien édifice arabe, sous le règne du roi Jaime Ier, le conquérant. Ce sont les sœurs clarisses qui y sont installées depuis cette époque. La communauté qui y vit est assez petite et les sœurs pratiquent une tradition ancienne de vente de biscuits maison.

Si vous voulez en acheter pour y goûter, le procédé est simple. Vous verrez un petit tourniquet en bois installé dans une fenêtre. Vous sonnez, placer l’argent dans le réceptacle, crier votre commande et vos biscuits apparaîtront comme par magie, à la place de votre argent ! Vous pouvez également visiter la petite église et admirer son clocher à balustrade. Mais vous vous doutez bien qu’un endroit aussi ancien a forcément son lot d’histoires étranges et de légendes, alors laissez-moi vous raconter brièvement l’histoire de la mujer del anillo. La femme à l’anneau. C’est donc l’histoire d’une noble dame de Palma, qui meurt. Bon, jusqu’ici rien d’extraordinaire. Elle a deux souhaits. Elle veut qu’on l’enterre avec sa bague qu’elle ne quitte jamais et qui a une très grande valeur et elle souhaite reposer au petit cimetière des sœurs clarisses au couvent Santa Clara. Comme c’est une dame d’une famille importante, ses dernières volontés sont respectées et on prépare une messe au couvent. De nombreuses personnes s’y rendent, famille, amis et curieux.

Vous l’avez deviné, quelqu’un va essayer de lui voler cette fameuse bague. Mais un anneau autour d’un doigt raidi par la mort, ça ne part pas si facilement et le voleur, une fois seul avec le cercueil ouvert, prend la main de la señora, la porte et sa bouche et essaye de dégager la bague avec ses dents. Oui, c’est un peu dégueu, mais c’est l’histoire. Au moment où il mord le doigt, la femme hurle et se réveille ! Oui, c’est le principe des croque-morts, à l’époque il était facile de confondre un mort avec une personne catatonique. Toujours est-il que notre voleur a sauvé madame d’une mort atroce, et c’est lui qui est mort ! Littéralement de peur !

4 – Can Barceló

Rien de tel qu’un bel édifice moderniste comme la Catalogne en a le secret pour égayer un centre-ville ! Ici, vous êtes face à la Can Barcelo, une magnifique demeure construite pour plusieurs familles au début du XXe siècle. Elle est l’œuvre de Bartolomé Ferrà Perello, membre du mouvement de la renaissance catalane. Vous pouvez admirer ici les carreaux de faïences dessinés par Vicenç Llorens. Ils comportent des dessins de d’aigles et de dragons, ainsi que des allégories de la musique, de l’architecture, de la littérature et de l’industrie du textile, car Mr Barcelo pour qui était destinée principalement la maison, était un homme d’affaires spécialisé dans l’import export textile.

5 – Ca’n Joan de S’Aigo

Bon, vous n’allez pas visiter Palma, sans goûter à l’une de ses douceurs ! La chocolaterie Can Joan de S’aigo est une véritable institution à Majorque. Elle a ouvert ses portes en 1700 et ne les a pas fermées depuis ! Le café prend le nom de son fondateur, Joan de S’Aigo qui recrutait des hommes pour l’accompagner passer l’hiver dans la Serra de Tramuntana pour récolter de la neige et la stocker dans ce que l’on appelait alors des maisons à neige.

À l’époque, vous aviez des constructions creusées dans le sol des montagnes et où l’on accumulait des réserves de neige pour avoir de la glace au printemps qui était ensuite vendue aux maisons de l’île. Joan de S’Aigo eut un jour la brillante idée de mélanger cette glace à des fruits frais ou des amandes et inventa ainsi le sorbet ! Plus tard, il commença à commercialiser le chocolat chaud et les ensaimadas, ouvrant alors l’une des toutes premières chocolateries d’Europe. Le café Joan de S’Aigo a été inscrit en 2018 au registre des magasins emblématiques de Palma. Un label créé par la municipalité afin de rendre hommage au patrimoine historique et culturel de sa ville.

Cet endroit est donc typique et vous fait partager un voyage nostalgique vers une époque révolue. Mais ici, ou ailleurs, ne partez pas sans avoir dégusté une ensaïmada. Il s’agit d’une brioche en forme d’escargot, saupoudrée de sucre glace et délicatement parfumée à la fleur d’oranger. Ultra typique de l’île de Majorque, ses origines sont incertaines et remontent à plus de 4 siècles. Aujourd’hui, les ensaimada de Mallorca font partie du patrimoine culturel de Majorque et possèdent une appellation d’origine contrôlée.

Vous pourrez également en profiter pour goûter la fameuse horchata, boisson très agréable en été, et dérivée d’une recette ancienne à base d’orge. Ce lait végétal qui se boit glacé a des origines arabes et son principal ingrédient, le chufa, le souchet en français, était largement cultivé dans la région de Valence au VIIIe siècle, lors des premières conquêtes musulmanes. Aujourd’hui on désigne par Horchata, de façon plus générale, les boissons dont les ingrédients sont d’origine végétale, et plus seulement à base de chufa. Si vous ne connaissez pas trop ce tubercule, c’est normal, il est typique d’Espagne qui en est le premier producteur mondial.

6 – Église Sainte-Eulalie

Vous voilà, à présent, devant l’église catholique de Sainte-Eulalie. Il s’agit de la plus ancienne de la ville, après la cathédrale. Elle a été bâtie au XIIIe siècle, dans une version assez sobre de ce style gothique naissant. Elle prend le nom de la sainte patronne de Barcelone vénérée par les colons chrétiens qui arrivent de Catalogne lors de la prise de l’île de Majorque aux musulmans. Au moment de sa construction, il s’agit de la plus grande église de l’île et c’est entre ses murs que Jaime II se fera couronner roi de Majorque.

Sa façade et la tour du clocher ont été rénovées après le tremblement de terre qui secoua l’île en 1851, mais les murs latéraux de l’époque gothique ont été préservés. L’église Sainte-Eulalie a été entièrement rénovée au XXe siècle, d’où son aspect plutôt pimpant et a été classée bien d’intérêt culturel espagnol en 1931. Son entrée est gratuite, alors n’hésitez pas à y faire un saut. Vous pourrez y découvrir un très beau retable gothique, à l’intérieur de la première chapelle, ainsi que le grand autel de la nef centrale, qui vous montre un exemple parfait de ce qu’est l’art churrigueresque. Si vous vous demandez ce que c’est, c’est tout simplement le nom du baroque espagnol.

7 – Can Corbella

Vous le trouvez beau depuis que vous l’avez aperçu au bout de la rue, voici le splendide immeuble de Can Corbella. Autre façade emblématique de Palma, l’édifice nous en met plein la vue et je suis sûr que vous ne vous attendiez pas à voir autant de belles architectures en venant à Majorque ! Cet immeuble de 5 étages surmonté d’une tour a été conçu par l’architecte Nicola Literes vers la fin du XIXe siècle pour une importante famille, les Corbella. La construction engloba sous une même façade, trois immeubles adjacents. Le style que vous admirez à présent s’appelle le néo-Mudéjar.

C’est un genre architectural très présent en Espagne qui combine des éléments chrétiens et arabes pour un résultat époustouflant. Le rez-de-chaussée de l’immeuble avait été prévu pour accueillir la pharmacie Kan Corbella, alors que les propriétaires occupaient les étages supérieurs. Ses vitraux multicolores encadrés par des arcs en fer à cheval offrent aux boutiques qui l’occupent à présent, une entrée rêvée et un style inimitable.

8 – Gran Hotel CaixaForum

Ici, sur la place Weyler, vous pouvez admirer le premier hôtel de luxe de la ville, et d’Espagne voulu par Alphonse XIII en 1903 qui ne trouvait pas correct que son pays ne possède pas d’endroits dignes de ce nom pour accueillir les nobles de passage. C’est un autre exemple d’architecture moderniste de Palma, réalisé par le célèbre Lluis Domenech i Montaner, à qui l’on doit notamment le splendide Palais de la musique catalane à Barcelone. Lors de l’ouverture du palace, vous aviez ici, le top de la modernité avec des innovations incroyables pour l’époque, telles que l’électricité à tous les étages, des ascenseurs et le chauffage central ! Il restera jusqu’à sa fermeture au début de la guerre civile en 1936, l’hôtel le plus célèbre de la ville. C’est aujourd’hui le siège de la Fondation Musée Caixaforum. L’édifice abrite une collection permanente du peintre catalan Anglasa Camarassa ainsi que de belles expositions temporaires d’envergure internationale.

9 – Plaça del Mercat

Vous voilà sur la plaça del mercat, la place du marché qui en abritait déjà un à l’époque des Maures. En 1302, la place fut officiellement ouverte aux marchés par le roi Jaime II et ils s’y sont tenus tous les samedis jusqu’au XIXe siècle. La place fut également le lieu d’exécutions publiques au temps de l’Inquisition et il est difficile d’imaginer aujourd’hui l’endroit parsemé de bûchers et rempli d’une foule curieuse venue assister aux mises à mort. L’imposant bâtiment que vous voyez devant vous avec les drapeaux de Majorque, de l’Espagne et de l’Europe, est la haute cour de Justice des Îles Baléares. Si la porte est ouverte, entrez dans la cour intérieure qui témoigne à elle seule de la richesse et de l’importance de la famille Berga qui avait fait construire cette demeure au XVIIIe siècle.

Pour vous donner une idée de la richesse et de l’influence de cette famille, sachez, que, selon la légende, M Berga aurait voulu carreler sa coure intérieur de pièces d’or ! Lorsqu’il en demanda la permission au roi, ce dernier lui répondit que pourquoi pas, mais qu’en aucun cas, l’on ne devait foulé son image, et que les pièces devaient donc être positionnées à la verticale et non à plat pour qu’il ne se retrouve ni face contre terre ni piétiné par les passants. Vous vous en doutez, notre vaniteux M Berga, à qui, une telle entreprise aurait coûté une somme faramineuse, a bien entendu abandonné l’idée.

10 – Can Casasayas

Les deux édifices plutôt impressionnants que vous voyez à présent sont le Can Casasayas. Vous reconnaissez, évidemment, le style moderniste catalan qui les rend si attirants. Le projet de réaliser ces deux immeubles, qui auraient dû être une pension de famille, revient à Josep Casasayas, homme d’affaires de Majorque et propriétaire de la célèbre boulangerie Can Frasquet. Les deux bâtiments ont été construits entre 1908 et 1911 et sont séparés par la rue Santacilia. A l’origine, il était prévu de les relier au moyen d’une passerelle surélevée, mais la municipalité n’a pas approuvé et la construction est restée en deux parties. Avec leurs magnifiques balcons ondulants et leur aspect si original, les édifices Casasayas sont classés Bien d’Intérêt Culturel par le conseil de Majorque.

11 – Passeig del Born

Vous venez de rejoindre le passeig del Born ou la promenade du Born en français. Elle a été dessinée, sur le lit de l’ancien torrent de la Riera, au début du XIXe siècle et rappelle le paseo del Prado de Madrid. C’est d’ailleurs un architecte de la capitale, Isidro Gonzalez Velasquez, qui l’a conçue. Puis, au début du XXe siècle, lorsque la municipalité de Palma décida de donner à sa ville une physionomie plus européenne, on transforme la rue en un large boulevard bordé d’arbres.

Devenue piétonne, la promenade du Born est surveillée par 4 sphinx, 2 à chaque extrémité, et elle est un lieu de rencontre et de loisir pour les habitants. Elle tient son nom des tournois de chevaliers qui y étaient organisés au Moyen Âge. À cette époque, le torrent séparait encore la ville en deux. Vous aviez d’un côté la ville basse où vivaient le petit peuple et les artisans, et de l’autre la ville haute, où étaient installés la noblesse , la bourgeoisie et le clergé. Pour se divertir, il était coutume d’organiser des tournois amicaux. Deux chevaliers s’élançaient face à face de part et d’autre de la rivière et tentaient de faire tomber leur adversaire à l’eau. Comme le but du jeu n’était pas de tuer l’autre, on mettait au bout des lances des boules en bois pour se protéger. Le mot Born désigne justement l’endroit où se tenaient des tournois et des joutes, et on a gardé le nom.

12 – Casal Solleric

L’élégante demeure jaune que vous avez devant vous est la casa Solleric, un exemple typique des manoirs que les riches majorquins se faisaient construire au XVIIIe siècle, véritable âge d’or pour la bourgeoisie de l’île. Celui-ci date de 1763 et a été bâti par l’architecte majorquin, Gaspar Palmer pour un marchand d’huile d’olive dont le fils sera nommé marquis de Solleric, d’où le nom du palais. Son patio est l’un des plus élégants de la ville, et en plus, il est ouvert au public ! L’endroit a été transformé en centre culturel présentant des expositions temporaires gratuites. Alors, n’hésitez pas à aller y faire un tour, ne serait-ce que pour admirer de plus près sa belle cour intérieure et emprunter son magnifique escalier impérial en fer forgé.

13 – Device to Root out Evil

En arrivant sur la petite place de Santa Catalina, vous êtes forcément surpris par cette mini église posée à l’envers, en équilibre sur son clocher. Qu’est ce que c’est que cette œuvre d’art et comment est-elle arrivée là ? Je vous explique parce qu’elle n’a pas du tout été créée pour être à Palma. En fait, elle a été réalisée par l’artiste sculpteur américain, Dennis Oppenheim. Il l’avait nommée Church, tout simplement, et l’avait proposée au fond d’art public de New York pour qu’elle soit installée dans la Church Street, où il vivait justement. Mais la ville refuse et trouve le nom trop sujet à la controverse, du coup, il le change en Device to Root out Evil, que vous pouvez traduire par Dispositif pour déraciner le mal et la sculpture part à la Biennale de Venise de 1997. Ensuite, c’est l’université de Stanford qui souhaite l’acheter en 2003, mais la décision est finalement révoquée par le président de l’université, qui la juge « inappropriée pour le campus ». L’œuvre refait alors ses valises et part pour le Canada. Elle est installée dans un parc public de Vancouver dans le cadre de la Biennale de la sculpture, mais, rebelote, les controverses arrivent de nouveau. On a encore du mal avec les sujets religieux ! Pointer un clocher vers l’enfer plutôt que vers le Paradis, ça ne passe pas du tout. Elle est alors transférée au Glenbow Museum de Calgary, où elle a été exposée jusqu’en 2014. C’est finalement Palma, la catholique qui récupère l’œuvre et l’installe à proximité de son musée d’Art Moderne. L’église de 7.5 mètres de haut, toute de verre et d’acier, n’est malheureusement pas très bien entretenue et est plus belle à observer lorsqu’elle est tout illuminée à la nuit tombée.

14 – Torrente de la Riera

Vous êtes sur le petit pont de la porte Santa Catalina, qui vous permet de découvrir le canal qui remplace l’ancien torrent de Sa Riera. Ce dernier prenait sa source dans la Sierra Tramuntana, qui prend toute la côte ouest de l’île du Nord au Sud, avant de se jeter dans la mer. Le torrent traversait Palma, là où vous avez aujourd’hui la promenade du Born. Ses crues étaient dévastatrices, en 1403, c’est quasiment la moitié de la population de la ville qui périt dans les inondations ! Le torrent représentait un tel danger pour la ville, qu’au XVIe siècle, on décide d’intervenir et de le détourner, ici même, en dehors de remparts de la ville.

15 – Mirador d’Es Baluard

Vous passez ici, l’entrée du Musée d’Art Moderne de Palma, Es Baluard. C’est le musée d’Art contemporain par excellence ! Il est situé sur le périmètre du bastion de Sant Pere, qui fait partie des anciens remparts qui entouraient la ville de Palma jusqu’au début du XXe siècle. En 1952, après quand même trois siècles à avoir servi de défense militaire, le bastion change son fusil d’épaule et passe dans le domaine du privé avant d’être cédé à la mairie de Palma qui y inaugure son nouveau musée en 2004. C’est un espace très intéressant à visiter et qui s’intègre parfaitement dans le patrimoine historique qui l’accueille. Vous pouvez également monter sur les passerelles de son mirador, ouvertes au public, et profiter d’une superbe vue sur le quartier, les toits de la vieille ville et le bleu de la Méditerranée.

4.9/5 - (7 votes)

3 réflexions sur “Visiter Palma de Majorque”

  1. Bonjour,
    Nous partons en vacances en famille aux Baléares et je lis sur plusieurs blogs de voyage, qu »il est conseillé de tout de suite s’éloigner de la ville, pour se rapprocher des plages. J’aimerais quand même vraiment visiter Palma !
    Qu’en pensez-vous ?

  2. Bonjour Coralie,
    Alors, il est vrai que pour visiter Majorque, il est plus sympa de trouver un hébergement « nature » proche d’une crique. Mais Palma est une très belle ville qui mérite franchement la visite. Vous pouvez tout à fait y passer la première ou la dernière nuit de votre séjour.
    Après, les distances ne sont pas énormes sur l’île, donc selon vos horaires de vols, vous pouvez aussi visiter la ville dès votre arrivée, prendre votre voiture de location en fin de journée et vous rendre vers votre logement que vous aurez réserver près des plages !
    Bonnes vacances !

  3. Je confirme !
    Nous avons visités Palma avec l’application Navaway et avons été très agréablement surpris de la découverte. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant d’Histoire à Majorque. De plus, l’architecture des bâtiments est vraiment sublime. La ville vaut largement la découverte, au même titre que Barcelone ou Madrid.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut