Accueil » Visiter Naples » Port’Alba

Port’Alba

Visiter Naples,

Itinéraire Voir Naples et puis mourir

guillemet haut
Le ,
par Emilie
audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Découvrir l »itinéraire

La petite rue piétonne Alba, bordée de librairies et de magasins de musique, vous amène jusqu’à la Porte Alba, que vous venez de traverser. Elle est l’une des anciennes portes des remparts de Naples et a été percée dans la muraille angevine en 1625 pour faciliter les déplacements des habitants. C’est le vice-roi d’Espagne, Antonio Alvarez de Tolède, duc d’Albe qui en est l’initiateur et de qui elle a pris le nom. Vous voyez sur la porte, les armoiries de Philippe III, ainsi que celles de la ville et celles du vice-roi. La statue de San Gaetano au sommet est apparue en 1656, à l’instar des autres portes de la ville, suite à l’épidémie de peste. Mais la porte est aussi liée à une légende. Les Napolitains adorent une bonne légende. La création même de leur cité grecque vient du mythe de Parthénope, la sirène échouée près du Castel dell Ovo, château lui-même basé sur la légende de l’œuf. Vous découvrirez tout ça dans notre deuxième circuit. Ici, nous allons nous intéresser aux sorcières. Il y en a plusieurs à Naples. La sorcière du Vésuve déjà, qui poussait des cris glaçants sur les pentes du volcan, mais aussi la Janara, fille de Satan rendue stérile et qui erre la nuit à la recherche d’enfants à emporter avec elle. La Porte Alba quant à elle, fut le théâtre d’une sinistre histoire selon la légende de la sorcière de la Porte Alba. Même si de sorcière, elle n’en a eu que le nom. L’histoire raconte la vie d’une jeune femme, surnommée Maria la rousse, si belle et si séduisante avec sa chevelure flamboyante qu’elle faisait tourner toutes les têtes du quartier. Mais Maria n’aimait qu’un homme, son fiancé, Michel. Peu après leur mariage, par une terrible nuit d’orage, un éclair déchira le ciel et pétrifia Michel. Il ne pouvait plus faire un geste et malgré tous les efforts de Maria et des habitants, il resta immobile. Maria, ayant perdu son amour, se terra chez elle, hurlant son chagrin, tant et si bien qu’on commença à l’éviter. La douleur s’empara d’elle et en fit une vieille femme sans joie. Ses longs cheveux roux devinrent blancs et sa peau ivoire se rida. Il n’en fallut pas plus pour qu’on la traite de sorcière. Dans une époque menée par l’Inquisition, le simple fait de soupçonner une femme de sorcellerie la menait droit à l’échafaud. Maria fut condamnée et enfermée dans une cage suspendue sous la porte Alba. On l’a laissa mourir lentement de faim et de soif, aux yeux de tous ceux qui l’avaient autrefois tant désirée. Après des jours de cris et de supplications, Maria meurt en prononçant cette phrase qui hante encore les Napolitains :” Vous allez payer pour ça ! Tous autant que vous êtes, vos enfants et vos petits-enfants !”. Son corps, au lieu de se décomposer, se serait alors transformé en pierre. Les juges de l’Inquisition, craignant qu’il ne s’agisse d’un sort de la sorcière, se sont empressé de se débarrasser de la cage, ne laissant qu’un trou, là où se tenait le crochet et par lequel s’échappent encore chaque nuit, les cris de Maria la rousse, sorcière de la Porte Alba.

audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Visiter Naples

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Plus de 200 visites dans le monde !

france

Visiter la France

europe

Visiter l’Europe

monde

Visiter le monde

Notez ce contenu
Retour en haut