la orotava

Visiter La Orotava

Itinéraire L’authenticité à flanc de montagne – Les incontournables à voir

Introduction (audioguide)Découvrez La Orotava avec Emilie !

blue arrow3,0 km

little pin16 découvertes

pas2h20

bouton audioguides
00 plan la orotava
phone cut2

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

Gratuit
Sans publicité

Visiter La Orotava

: 16 lieux d’intérêt à découvrir

Le
par Emilie
quote haut

Bienvenue aux Canaries ! Vous voilà sur l’incroyable île volcanique de Tenerife, la plus grande et la plus cosmopolite de l’archipel, l’île la plus peuplée d’Espagne, possédant son plus haut sommet avec le mont Teide, et l’une des premières destinations touristiques du pays.

Terre de contraste, peuplée d’une faune et d’une flore extraordinaire, Tenerife vous livre des kilomètres de plages ensoleillées au Sud, des paysages lunaires au centre, au pied du volcan et de denses forêts au Nord. Au milieu de tout ça se trouvent de charmantes villes coloniales comme celle de la Orotava que nous vous proposons de visiter aujourd’hui !

Un itinéraire rapide et complet pour connaître les secrets de cette petite cité perchée sur les hauteurs de la côte nord. Arrosée par des galeries souterraines venues des vallées fertiles qui l’entourent, elle a été la première culture bananière des Canaries et possède des jardins luxuriants.

Venez donc découvrir les rues pavées de la Orotava, ses façades colorées et ses balcons de bois sculptés, ses traditions et son savoir-faire et vous comprendrez pourquoi son centre historique est classé au patrimoine européen et fait de la Orotava l’une des plus belles villes de l’île !

quote bas
Centro de Visitantes Telesforo Bravo

Vous êtes ici devant le centre d’accueil des visiteurs du Parc national du Teide. Ce parc, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, est indissociable de son île dont il prend presque toute la place. C’est en effet le plus grand parc des Canaries et un véritable trésor géologique avec pour

Église de Nuestra Señora de la Concepción

Vous voilà devant l’église de la Conception. Regardez-la bien, il s’agit là de la plus belle église baroque de l’archipel. Son dôme est unique sur l’île et s’inspire de celui de la cathédrale de Florence. Comme elle est la plus belle église du coin, on l’appelle souvent la basilique ou

Casa Lercaro

Vous voilà en plein cœur historique de la Orotava, face à la casa Lercaro, une demeure seigneuriale du XVIIe siècle déclarée Bien d’Intérêt Culturel dans la catégorie Monuments historiques. Cet édifice emblématique est connu pour sa belle architecture, mais aussi pour ses balcons et ses jardins. La Casa Lercaro est

Casa de los Balcones

Vous voilà devant la fameuse Casa de los Balcones, la maison des balcons. Il s’agit de la demeure seigneuriale la plus emblématique de l’île. Terminée en 1632, elle est aujourd’hui le plus important ensemble artisanal des Canaries dédié aux calados. Le calado c’est cette broderie typique de l’archipel dont vous

Plaza del Ayuntamiento

Le bâtiment que vous voyez là est l’hôtel de ville de La Orotava. Avant sa construction en 1870, il y avait là le couvent des Sœurs Clarrisses de Saint-Joseph, dont les voûtes sont encore visibles au sous-sol de la mairie. L’édifice néoclassique que vous voyez à présent aurait dû être

Jardin du marquisat de la Quinta Roja

Vous voilà à présent au cœur des jardins du marquisat de la Quinta Roja. On les appelle aussi les jardins Victoria. Ils ont été construits au XIXe siècle sur une plantation d’arbres fruitiers appartenant au marquis de la Quinta Roja qui vivait non loin de là. Ce qu’il s’est passé

Liceo de Taoro

Vous arrivez devant l’entrée de l’emblématique Liceo Taoro. Reconnaissable entre mille, cet édifice bicolore, construit en 1928 sur un promontoire surplombant la ville, était la demeure d’une riche famille de l’île, les Ascanios, qui possédaient de nombreuses terres dans la vallée de La Orotava.

Église de San Agustín

Les deux bâtiments joints qui font l’angle devant vous, sont l’église de San Agustin et son ancien couvent, aujourd’hui reconverti en maison de la culture. La construction de cet ensemble religieux remonte au XVIIe siècle, quand les frères augustins ont commencé à construire leur couvent sur cette colline jusqu’alors occupée

Église Santo Domingo

Vous avez ici, d’une part, la belle maison dite de Torre Hermosa, et de l’autre, l’église de Santo Domingo. La maison, aujourd’hui divisée en deux, était au XVIe siècle, la résidence du conquistador Diego de Mesa. Lui, c’était quelqu’un de plutôt important, car c’est à lui que l’on avait confié

07

Et encore 7 à retrouver dans l’application

Hommage au fabricant de tapis, Histoire des Canaries, Vue sur la vallée, Hôpital de la Santisima Trinidad, Molino de gofio La Máquina, Hijuela del Botanico, Vue depuis la place de la constitution,

Télécharger gratuitement l’itinéraire complet dans l’application

phone full

Retrouvez l’itinéraire complet dans notre application mobile

avec guidage et audioguide

decouvertes

16 découvertes

point de vue

Points de vue

anecdotes

Plein d’anecdotes

Gratuit
Sans publicité

Informations pour votre visite

01

Départ conseillé : depuis le centre d’information aux visiteurs : Centro de visitantes Telesforo Bravo

Parking conseillé : Parking Gratuit La Orotava , C. Domingo Dominguez Luis, 27

Climat : Les îles Canaries sont réputées pour leur climat doux et ensoleillé toute l’année. Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle les îles de l’éternel printemps. La Orotava, du fait de sa position géographique, est plus exposée à la pluie que le reste de l’île. La ville se visite quand même toute l’année avec un petit bémol sur novembre qui est le mois le plus pluvieux. Les températures moyennes sont de 20°C au printemps, 23°C environ en été ainsi qu’au début de l’automne,  et 18°C en hiver. Si vous avez l’intention de faire l’ascension du volcan du Teide, n’oubliez pas votre coupe-vent, gant et bonnet en plus de votre crème solaire et de votre casquette ! Il fait froid au-dessus de 3000 mètres, même en plein été !

02

Info visite

Info Circuit : Cette visite de la ville vous propose de traverser divers parcs et jardins. Leur accès est gratuit, mais notez qu’ils sont soumis à des horaires d’ouverture.  Le Jardin botanique : ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h et le week-end de 10h à 15h. Les Jardins Victoria : ouverts du lundi au vendredi de 9h à 20h et le week-end de 9h30 à 20h30. Si les jardins Victoria (aussi nommés « Jardines del Marquesado de la Quinta Roja ») sont fermés, vous n’aurez pas accès au point d’intérêt sur le mausolée qui se situe à l’intérieur. Vous devrez alors rejoindre le Liceo de Taoro en prenant la Calle Leon puis la Calle de San Agustin.

Monnaie : La Orotava, située sur l’île de Tenerife aux Canaries, est donc en Espagne. La Monnaie est l’euro/€


Vous avez encore un peu de temps à La Orotava ?

Le marché de producteurs : El mercadillo del agricultor.

Lorsque l’on aime bien manger et bien boire, la visite du marché des producteurs est un must. Découvrir les saveurs locales, les produits du terroir, la gastronomie typique du pays, fait partie intégrante du voyage. À La Orotava, c’est au mercadillo del agricultor qu’il faudra aller faire un tour ! Des produits frais et de saison, une agriculture raisonnée et une philosophie soucieuse du respect environnemental.

L’ermitage du Calvaire : El Ermito del Calvario

À proximité de la gare routière se trouve ce petit ermitage du calvaire. Construit en 1917 sur la Plaza de La Paz, du nom de la fin de la Première Guerre mondiale, il abrite les sépultures des Saints Patrons de la Villa de La Orotava : San Isidro Labrador et Santa María de La Cabeza. Il constitue un point de pèlerinage traditionnel. Vous y verrez le groupe de sculptures du XIXe siècle du sculpteur de la Orotava Fernando Estévez, La Piedad, plus connu sous le nom de « Christ du Calvaire ».

La route des points de vue

Pour une vision globale de la richesse de la vallée de La Orotava, vous pouvez emprunter cet itinéraire en voiture reliant plusieurs belvédères intéressants qui vous dévoileront toute la complexité du paysage canarien.

Itinéraire : Mirador de Humboldt – Mirador de Pino Alto – Mirador de Mataznos – Mirador Vista a La Palma – Mirador de La Ruleta – Mirador Plaza de Benijos – Mirador Cuesta de La Perdoma – Mirador de El Bollullo.

Les Jardins botaniques

Le jardin d’acclimatation de La Orotava a été fondé au XVIIIe siècle par la couronne d’Espagne, dans le but de faire pousser des produits venus des tropiques sur une terre espagnole. L’entrée est payante, mais c’est une découverte tropicale très agréable.

L’observation des étoiles

L’immensité du ciel étoilé de Tenerife donne le vertige. Plusieurs entreprises spécialisées vous proposent des excursions nocturnes pour aller explorer les profondeurs de l’espace. Munis d’équipement de pointe, vous ferez face à un ciel labellisé Starlight, un label attestant que vous vous trouvez dans un endroit privilégier pour admirer les étoiles.

La randonnée

L’île de Tenerife se prête merveilleusement bien à la randonnée. Au départ de la Orotava, vous avez plusieurs options. En voici quelques unes :
–  Los Organos de la Orotava, dans le parc naturel Corona Forestal (8 km – 600m de dénivelé positif – difficulté moyenne)
–  Pic du Guajara en boucle ( 8.5 km- 700m de dénivelé positif- difficile )
– PR-TF 35 Mamio-Pinolere (12.7 km – 910m de dénivelé positif –difficile)

Le parc National del Teide

Bien entendu, la véritable star de l’île c’est lui, le Teide ! Le plus haut sommet d’Espagne, culminant à plus de 3718 mètres d’altitude au cœur du plus grand parc national des Canaries ! Vous découvrirez un paysage unique, fait de cratères, de volcans et de rivières de lave pétrifiée ! Splendide et surprenant ! Un voyage sur la lune pour un dépaysement total ! À faire absolument !

Vous pouvez monter au sommet du volcan en empruntant le téléphérique depuis la station du bas qui se situe à 2 356 mètres d’altitude jusqu’à la station du haut, connue sous le nom de La Rambleta, située à 3 555 mètres d’altitude. Plusieurs options sont possibles, vous pouvez même monter au coucher du soleil ainsi qu’en pleine nuit pour observer les étoiles ! Mais bien sûr, il est aussi possible de monter à pied seul ou avec un guide lors d’une randonnée de 9km (comptez 6-7h) !

Attention, pour vous rendre seul au sommet du Teide, vous devez demander une autorisation spéciale (mais gratuite) accordée par le parc National ; 200 autorisations sont délivrées par jour. Mieux vaut donc s’y prendre à l’avance ! Si vous faites la randonnée via une activité guidée, cela n’est pas nécessaire, l’agence s’en sera chargée. Vous trouverez également à l’intérieur du parc deux centres de visiteurs, l’un au Portillo et l’autre au Parador national. Le premier est dédié à la nature, l’autre se consacre aux coutumes traditionnelles de Las Cañadas. Le Parc national a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2007.

Partagez sur les réseaux :

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Visitez les autres villes d’Espagne

Les autres lieux incontournables à visiter à La Orotava à pied

En complément des lieux mis en avant en haut de cette page, d’autres lieux figurent dans notre itinéraire de visite de La Orotava à pied :

1 – Hommage au fabricant de tapis

Vous voyez ici, à l’entrée du square, la statue d’un homme agenouillé qui semble travailler sur quelque chose. Il s’agit de l’hommage au fabricant de tapis. Vous le savez peut-être, les tapis de La Orotava sont une spécialité traditionnelle de la ville. Ils sont réalisés avec du sable naturel du Teide ainsi que des fleurs et sont très célèbres. Leur réalisation rappelle celle des mandalas hindous. À l’occasion de la fête religieuse du Corpus Cristi, entre les mois de mai et de juin, plusieurs tapis sont créés dans les rues autour de la place de la mairie. Avec pour pièce maitresse, le gigantesque tapis de l’Ayuntamiento qui prend la totalité de la place de la mairie. Le monument que vous voyez là honore donc ceux qui rendent cet art éphémère si spectaculaire.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez vous rendre au musée des Tapis, el museo de las alfombras, situé dans la rue San Francisco. Les tapis de La Orotava ont été déclarés bien d’intérêt culturel dans la catégorie d’activité traditionnelle de l’île.

2 – Histoire des Canaries

Profitez des bancs de la petite plaza Casañas, pour vous installer tranquillement le temps qu’on vous explique un peu l’Histoire des Canaries. Parce qu’on les connait comme un lieu touristique hors pair, fait d’îles volcaniques, de plages et de sites naturels extraordinaires, mais on n’en sait rarement plus. Les 7 îles des Canaries se sont formées il y a plus de 20 millions d’années ! Petit point géologique pour vos futures parties de Trivial Poursuite. Les îles volcaniques naissent d’une montée de chaleur échappée du magma au centre de la Terre.

Cela crée une sorte de tunnel vertical dans lequel remonte de la matière fondue qui va créer un point chaud en surface, en perçant la plaque terrestre et en donnant naissance à un volcan ! Sauf que les plaques, avec le temps, ça bouge alors qu’un point chaud ça ne bouge pas. Du coup, ce tunnel fixe va percer plusieurs volcans en ligne droite, au fur et à mesure de l’avancée de la plaque. C’est pour ça que les Canaries sont tout bien alignées.

Comme Hawaii. Bref, Lanzarote et Fuerte Ventura sont les premières à avoir émergées de l’Océan, il y a plus de 23 millions d’années. Alors que les dernières à être apparues, sont Hiero et Gomera, il y a environ 2 millions d’années. Peut-être donc qu’un jour un nouveau volcan apparaitra à nouveau ! Toutes les îles ont connu de longues périodes d’éruptions qui leur ont donné leur géographie si particulière et qui nous offrent tant d’endroits époustouflants à visiter aujourd’hui !

Mais à l’époque, ça faisait surtout des îles avec aucune vie humaine ! Les animaux endémiques présents, comme les lézards géants, les rats géants ou les tortues géantes également, ont tous disparu. Les populations qui sont venues peupler les îles ont donc dû apporter avec elles leurs animaux et leurs semences. Les premiers occupants viennent d’Afrique du Nord et s’installent vers -500 avant J.C . On sait aujourd’hui qu’ils étaient d’origine amazighe, ce qui veut dire “ hommes libres” en berbère.

Ce peuple autochtone des îles sera plus tard nommé par les conquistadores espagnols, les Guanches. L’absence de trace de bateaux laisse présumer qu’ils auraient été déportés par les Romains qui utilisaient le bannissement comme punition. Ils vont vivre isolés du reste du monde pendant un bon millénaire, sans même avoir de contact entre les différentes îles de leur archipel. La mixité que l’on vit sur le continent a fait progresser les peuples qui apprennent de leurs voisins et échangent constamment.

Les Guanches, eux, à l’inverse, perdent les techniques de navigation, d’habitat et d’outils et vivent très simplement comme à peine sortis du néolithique. Ils cultivent l’orge et élèvent des chèvres. Ils n’ont aucune religion connue, même pas l’Islam, ce qui confirme que les migrations sont très anciennes. Par contre, ils adorent une divinité féminine, et embaument leurs morts. Leur civilisation, éradiquée par la conquista espagnole a néanmoins laissée des vestiges intéressants.

Comme des momies extrêmement bien conservées, visibles au musée archéologique de Tenrife ainsi qu’au Louvre.Vous pouvez également visiter le site de la grotte des Guanches dans le nord d’île. C’est la plus importante zone archéologique connue des Canaries et elle présente des éléments datant du Ve siècle avant notre ère.

3 – Molino de gofio La Máquina

Vous avez sur votre droite l’entrée au Moulin de Gofio, dit la “Maquina”. Ici, vous pouvez découvrir le travail du meunier, et repartir avec de la farine de gofio, des barres de céréales ou des pots de miel. Il y a eu un moulin à gofio sur ce site depuis le XVIe siècle et l’activité n’a jamais été interrompue. Alors, vous vous demandez peut-être ce qu’est le Gofio dont on parle souvent à Ténérife. Il s’agit d’une farine de céréales grillées qui a été la base de l’alimentation de l’île jusqu’au milieu du XXe siècle. Les aborigènes canariens, les Guanches, basaient déjà leur alimentation sur le gofio. Ils broyaient un mélange de blé et d’orge grâce à des grosses pierres circulaires qu’ils actionnaient à la main.

Ce sont eux qui ont transmis l’usage du Gofio aux colonisateurs. Aujourd’hui, même si le pain s’est diversifié avec l’arrivée de nouvelles céréales, le gofio est toujours présent dans l’alimentation des Canaries. Ce tronçon de rue est une partie de l’ancien « Camino del Agua » qui veut dire, vous l’aurez compris, le chemin de l’eau et où se trouvaient 13 moulins à eau construits autour du canal à partir du XVIe siècle. 10 sont encore conservés aujourd’hui. Les habitants cultivaient leurs céréales eux-mêmes et les apportaient ensuite au moulin pour les faire griller et les moudre.

Les moulins fonctionnaient H24, mais ce qui est fou c’est que le métier de meunier était considéré comme vil, tout comme les métiers de boucher ou de croque-mort. On les accusait fréquemment de vol et il y avait de nombreuses querelles. Du coup, être meunier était réservé aux personnes marginalisées comme les métisses ou les anciens bagnards. Heureusement, les temps ont bien changé, le moulin à Gofio tourne même à l’électricité, mais ne partez pas sans avoir gouté à une spécialité à base de cette alimentation ancestrale !

4 – Vue sur la vallée

Vous avez ici un petit mirador, qui vous permet d’avoir une vue d’ensemble de la vallée. Ce n’est pas grand-chose, mais le télescope vous propose de scruter l’horizon jusqu’à l’océan en contrebas et d’observer les environs. La Orotava est encadré d’espace naturel protégé. Le Teide bien sûr, dont 78% du parc font partie de la commune de la Orotava, mais aussi le Parc naturel de la Corona Forestal, la Réserve naturelle de Pinoleris, et le Paysage protégé de la Resbala. N’hésitez pas à vous renseigner à l’office du Tourisme si vous avez envie d’aller explorer tout ça !!

5 – Hôpital de la Santisima Trinidad

Vous avez ici l’église de San Francisco et l’hôpital de la Sainte Trinité. Cet ensemble a été construit sur les vestiges de l’ancien couvent de San Lorenzo fondé en 1519. Le couvent, alors gouverné par une importante communauté de frères franciscains, était une référence en matière d’éducation, de religion, mais aussi de développement économique. Le couvent avait tellement d’influence qu’on l’appelait “l’Escorial des Canaries”.

L’édifice va malheureusement disparaitre dans un incendie en 1801, mais sa reconstruction témoigne aujourd’hui de la splendeur d’antan du monastère, dont plusieurs éléments ont été réutilisés, comme le portail d’entrée, les galeries autour du patio et l’escalier d’accès au cloître. En 1848, les biens du clergé sont confisqués et passent dans le domaine de l’État. C’est à ce moment-là que l’on y transfert l’hôpital de la Santa Trinidad.

Dans l’église, on retrouve quelques sculptures et peintures de l’époque où elle était le siège de l’ancien hôpital, les autres œuvres d’arts religieux ont été réparties dans les différentes églises de la ville.

6 – Hijuela del Botanico

Juste derrière l’hôtel de ville se trouve l’annexe du Jardin botanique. On l’appelle la Hijuela del botanico en espagnol. C’est un jardin de 4000 mètres carrés fondé en 1788 à la demande du VIe marquis de Villanueva del Prado.Il a été conçu à la base pour compléter le jardin d’acclimatation de la Orotava qui a pris aujourd’hui le nom de Jardin botanique de Puerto de la Cruz. Les jardins d’acclimatation servaient à faire pousser sur le sol national, des espèces venues des colonies, en les habituant, d’où leurs noms, à un nouveau climat.

Sa visite est gratuite, et si le jardin est ouvert, n’hésitez pas à y faire un tour. Vous pourrez y découvrir un magnifique dragonnier des Canaries. Cet arbre originaire de l’île servait aux Guanches qui utilisaient son écorce pour confectionner leurs cercueils et sa résine pour embaumer leurs morts importants.

7 – Vue depuis la place de la constitution

La place sur laquelle vous vous trouvez à présent rend hommage à la constitution espagnole de 1812. Dans le langage courant, on l’appelle aussi la place du kiosque, pour son beau kiosque de style néo-mudéjar. On l’avait construit au début du XXe siècle pour accueillir des spectacles et des groupes de musiques sur la place. Le kiosque reprend les codes de l’architecture mudéjare, cette marque de fabrique typique de l’Espagne issue du travail des artisans musulmans restés en Andalousie après la Reconquista catholique.

La plaza de la constitucion vous offre deux tableaux typiques de la Orotava. Un panorama coloré avec l’église de San Agustin, le Kioque et le Liceo Taoro d’une part et un panorama avec vue sur la mer et les beaux toits canariens d’autre part.

4.3/5 - (37 votes)

5 réflexions sur “Visiter La Orotava”

  1. Nous avons visité la Orotava lors de notre voyage aux Canaries en juin dernier, et avons eu un véritable coup de cœur pour cette ville !
    Merci pour votre parcours, il est facile à suivre et nous a apporté de précieuses informations.

  2. Bonjour,
    Je prévois d’aller aux Canaries en mai prochain, et pensais principalement à Ténérife. J’aimerais explorer le parc de Teide, et gravir le volcan. Je vois que vous parlez du centre d’interprétation, mais auriez vous des informations sur le parc en lui même ? Comment s’y rendre, combien de temps y rester, faut-il être accompagné d’un guide, etc.
    Merci

    1. Bonjour Tom,
      En ce qui concerne le volcan, tout dépend de comment vous voulez vous y prendre. Vous pouvez vous rendre (presque) au sommet grâce au téléphérique, qui vous déposera sans effort à 3555m d’altitude. Si vous préférer marcher, a randonnée de 9km prend environ 7h, et peut se faire seul ou accompagné d’un guide. Attention cela dit, le parc ne délivre que 200 autorisations par jour pour l’accès au volcan (les excursions guidées ont l’avantage de gérer les autorisations). Il faut donc au minimum y passer une journée entière, mais vous pouvez aisément consacrer 2/3 jours à la découverte du parc. Vous pourrez loger dans des villages aux alentours. Si vous souhaitez dormir à l’intérieur du parc, il n’y a qu’un seul hôtel (site naturel protégé). Et enfin, pour s’y rendre, rien de tel que la voiture. Mais si vous n’êtes pas véhiculé, sachez que vous pourrez tout de même emprunter les deux bus qui desservent le parc. Attention, il n’y a qu’un aller et un retour par jour ! Bonne organisation et bon voyage !

  3. Bonjour,
    Je m’attendais à une visite classique d’une petite ville coloniale comme tant d’autres, mais nous avons eu en prime, des informations très intéressantes sur la formation des volcans (je crois qu’une passion est née chez le petit dernier 😉 ), sur l’histoire des populations Guanches, sur l’art éphémères des tapis de sable, bref, un circuit que je recommande chaudement à tous ceux qui veulent découvrir vraiment la ville de la Orotava.

    1. Merci Rosa pour votre commentaire !
      Nous sommes toujours ravis d’éveiller la curiosité et de faire naitre des passions !
      Au plaisir de vous accompagner sur vos prochaines visites 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut