Accueil » Visiter Buenos Aires » Mural Evita

Mural Evita

Visiter Buenos Aires,

Itinéraire L’âme Argentine

guillemet haut
Le ,
par Emilie
audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Découvrir l »itinéraire

Vous voilà, en plein cœur de la plus large avenue du monde, devant la statue du célèbre Don Quichotte, offerte par l’Espagne à l’Argentine en 1980 et face au célèbre mur d’Evita.
Vous connaissez très certainement Evita, Eva Perón ou Maria Eva Duarte de Perón de son nom complet. Cette actrice devenue Première Dame d’Argentine a suscité tant de passions qu’elle a inspiré un disque, puis une adaptation cinématographique portée par Madonna.
Mais passé ces quelques informations connues du grand public, que savez-vous d’Evita ?
Laissez-moi vous présenter brièvement celle qui va rapidement se faire une place dans le cœur des Argentins.
Notre jeune Evita, d’origine modeste, rêve d’être comédienne. À 15 ans, elle quitte sa province et décide de venir tenter sa chance à Buenos Aires. Elle s’en sort plutôt bien, et se fait un nom au théâtre, à la radio ainsi qu’au cinéma. En 1944, elle participe à un spectacle de charité pour les victimes du tremblement de terre de San Juan et rencontre celui qui allait sceller son destin en devenant président deux ans plus tard : Juan Perón.
Je ne peux vraiment pas me lancer dans la politique argentine qui est aussi complexe que fascinante, mais ce qu’il faut savoir du président Perón, c’est que c’est le premier président argentin à avoir été élu au suffrage universel, qu’il est le seul à avoir été président trois fois et qu’il a prit part à la Révolution de 1943 qui mit fin à ce qu’on appelle la Décennie infâme, née du coup d’État de 1930. Bref, Perón est à l’origine de ce que l’on nomme le peronismo qui est un mouvement politique très fort en Argentine, porté 9 fois au pouvoir et renversé deux fois par des coups d’État Militaire.
Mais revenons à Evita, notre belle et talentueuse actrice qui se retrouve Première Dame en 1946. Loin de se contenter d’être belle et de sourire aux bras de son mari, Evita va se battre comme personne ne l’avait fait jusqu’alors pour les droits des femmes et des plus nécessiteux. Elle obtient en 1947, le droit de vote pour les femmes en Argentine ! Petit rappel historique, les Néo-Zélandaises ont été les premières à voter dans le monde, donnant ainsi leur avis politique depuis 1893, 1944 pour les Françaises, et le dernier pays à avoir accordé le droit de vote à ses citoyennes est l’Arabie Saoudite en 2015. Evita va également obtenir de faire entrer dans la constitution, l’égalité homme-femme au sein du mariage, elle va aussi créer le parti péroniste féminin qu’elle présidera jusqu’à sa mort. Ce parti composé uniquement de femmes fut créé afin de les aider dans leur émancipation politique, Evita ayant bien compris que le droit de vote seul ne suffisait pas. Son parti sera bien entendu renversé lors de la prise du pouvoir par la dictature militaire.
Eva Perón participe également grandement à la justice sociale et crée la Fondation Eva Perón pour venir en aide aux plus démunis. Elle fera construire par le biais de La Fondation, des écoles, des hôpitaux, et lancera les colonies de vacances, inventant ainsi le tourisme social.
En 1951, en vue de la première élection présidentielle au suffrage universel incluant hommes et femmes, le mouvement ouvrier proposa qu’Evita se présente comme vice-présidente. Honorée, mais gravement malade, Evita renonce, le 31 août et décède en juillet de l’année suivante, des suites d’un cancer fulgurant du col de l’utérus, à l’âge de 33 ans.
L’ampleur de l’hommage qui lui fut rendu, tant officiel que populaire, montra une ferveur sans précédent. Sa dépouille fut veillée au Congrès puis embaumée et déposée au siège social de la CGT d’où elle menait ses combats. On voit l’importance d’un personnage historique dans l’hommage que lui rend le peuple et dans la peur qu’il inspire à ses détracteurs. Lors du renversement du gouvernement, son cadavre sera enlevé, séquestré et profané avant d’être dissimulé pendant 16 ans. Elle repose aujourd’hui au cimetière de Recoleta dont nous vous proposons la visite dans notre deuxième itinéraire.
Evita aura laissé derrière elle un souvenir indélébile. Elle a été élue “Chef spirituel de la Nation” et “Femme du Bicentenaire” et reçut plusieurs prix dont la plus haute distinction argentine: “le collier de l’ordre du Libérateur San Martin”.
Cristina Kirchner, la première femme à être élue présidente de la République Argentine déclara que les femmes de sa génération lui doivent énormément et qu’elle reste un exemple de passion et de combativité.
Elle n’a jamais quitté la mémoire collective des Argentins, preuve en est de sa double effigie de 31 mètres de haut chaque côté de la façade de l’immeuble. Elle était également le visage sur les billets de 100 pesos, jusqu’en 2016, à l’arrivée au pouvoir de Mauricio Macri, président de centre droit désireux de tourner la page péroniste voulu par sa prédécesseur. Ce sera donc un cerf andin, le taruca, qui clôturera le débat. Voilà pour Evita.

audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Visiter Buenos Aires

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Plus de 200 visites dans le monde !

france

Visiter la France

europe

Visiter l’Europe

monde

Visiter le monde

Notez ce contenu
Retour en haut