Accueil » Visiter Compiègne » Château de Compiègne

Château de Compiègne

Visiter Compiègne,

Itinéraire La cité impériale

guillemet haut
Le ,
par Emilie
audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Découvrir l »itinéraire

Vous voilà devant le palais de Compiègne. 100 fois moins visité que Versailles, il n’a pourtant rien à lui envier ! Alors, qui a vécu là, quand et pourquoi, faisons un petit tour d’horizon. Si vous avez de quoi vous asseoir, installez-vous tranquillement, on va remonter un peu dans le temps. On ne dirait pas comme ça, mais Compiègne est une ville royale de longue date et quatre palais s’y sont succédé. Le plus ancien, attention, remonte aux Mérovingiens ! Il devait être en bois et on ne connaît pas l’emplacement exact exact. Toujours est-il qu’il a été construit sous Clovis 1er et que c’est là que va mourir son fils Clotaire, lors d’une partie de chasse. Chasse très importante au fil des siècles à Compiègne, due à sa super forêt pleine de gibier qui a clairement servi de garde-manger à notre monarchie toute sa vie. Bref, je vous épargne les péripéties de Clotaire, Thibert et Dagobert. Arrivent ensuite les Carolingiens, et sous le règne de Pépin le Bref, Compiègne devient un haut lieu diplomatique où l’on reçoit les grands maîtres du monde pour jouer les moments clés de notre Histoire. Après, c’est Charles le chauve qui s’installe à Compiègne. Lui, c’est le petit fils de Charlemagne. Son fils, Louis II est sacré à la chapelle impériale et c’est encore à Compiègne que mourra Louis V le fainéant, dernier roi des Carolingiens. Après les Carolingiens, c’est les Capétiens qui s’installent à Compiègne, c’est bien ce château, ça nous fait réviser nos rois de France et les remettre dans l’ordre. Bref, c’est sous les Capétiens donc que Compiègne va perdre son importance. Sous Louis IX, les grandes assemblées se tiennent dans l’abbaye Sainte-Corneille et le roi n’a plus qu’une modeste résidence secondaire. Mais alors d’où sort ce palais somptueux ? Oui, parce que de dehors on ne dirait pas forcément, mais alors dedans attention les yeux ! En 1358, Charles V, le sage, fils de Jean le Bon (oui, je vous mets toujours les surnoms, perso j’adore. Entre Berthe aux Grands Pieds et Louis le fainéant je trouve que ça donne un peu de couleur à notre histoire). Donc, Charles V trouve finalement que la petite demeure du roi n’est pas trop sécure, et c’est lui qui fait construire le château qui, à grands coups de modernisation et d’agrandissement, donnera celui que vous avez sous les yeux. En 1429, Charles VII, qui vient de se faire sacrer à Reims grâce à Jeanne d’Arc, y fait son entrée solennelle et y séjourne pendant douze jours. Il venait d’inventer une tradition et tous les monarques s’arrêteront désormais à Compiègne au retour du sacre. Je vous disais qu’il y avait du beau monde ici. On avance un peu dans le temps, avec les séjours de Charles VIII, Louis XII, François 1er, Henri II, Henri III, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV. Je vous avais dit qu’on remettrait les rois dans l’ordre ! Sachez que Compiègne est, avec Versailles et Fontainebleau, la seule demeure royale où le Roi réunit le Conseil. Mais plus que pour le boulot, le roi considère avant tout Compiègne comme un séjour de repos et de détente. Bref, il faudra attendre Louis XV et son architecte Gabriel pour voir une vraie transformation du palais. C’est que Compiègne est devenu la résidence favorite du roi qui aime la chasse. C’est d’ailleurs ici qu’il organise, le 14 mai 1770, la cérémonie d’honneur pour Marie-Antoinette qui vient rencontrer son fils Louis XVI et sceller son destin. On arrive donc bien évidemment à la Révolution française, où l’on trouve les dépenses engagées dans le château outrageuses et où l’on disperse le mobilier comme dans toutes les résidences royales. C’est alors l’école des Arts et des Métiers qui s’y installe. Mais après la Révolution vient le Premier Empire et Napoléon 1er remet le palais à neuf. D’ailleurs, Napoléon qui aime les symboles, recevra ici, son autrichienne à lui, la reine Marie-Louise qui sera sa deuxième épouse, Joséphine et lui, n’ayant pas eu d’héritier. Mais c’est vraiment sous le second Empire que le palais connaîtra son heure de gloire avec Napoléon III et l’impératrice Eugénie qui vont initier les fameuses “séries de Compiègne”. Un mois et demi chaque automne, pendant lequel se succèdent des séries d’invités triés sur le volet, pour venir passer du bon temps chez le couple impérial. Si vous décidez de visiter le palais, vous découvrirez la seule résidence impériale avec un ensemble homogène du style Premier Empire. Vous pourrez admirer des décors magnifiques, l’escalier d’honneur, la belle salle de bal, les salles d’apparat, le salon de thé de l’impératrice, les incroyables fauteuils indiscrets ou confidents portant si bien leurs noms, la bibliothèque de Napoléon III, qui cela dit en passant était accessible à tous, même aux domestiques, ou encore les surprenants appartements de Napoléons 1er, à la moquette léopard dont il a ramené le style de ses campagnes d’Égypte. Bref, il y a beaucoup à voir et c’est aussi dans le palais de Compiègne que vous trouverez l’excellent musée de la voiture. Il conserve une collection géniale de l’évolution de l’automobile. Des carrosses aux véhicules hippomobiles, aux voitures à vapeur ou de portage, en passant par la “Jamais contente”, la première voiture à avoir dépassé le 100 km/heure en 1899 ! Électrique s’il vous plaît, la jamais contente ! Aller, c’est pas tout, mais si vous voulez aller visiter le palais, il va falloir y aller.

audioguides

Audioguides

point de vue

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

anecdotes

Plein d’anecdotes

Visiter Compiègne

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Plus de 200 visites dans le monde !

france

Visiter la France

europe

Visiter l’Europe

monde

Visiter le monde

Notez ce contenu
Retour en haut