Accueil » Visiter Lyon » Découvrir le quartier de la Presqu’île de Lyon

[ivory-search id= »4874″ title= »Default Search Form »]

Découvrir le quartier de la Presqu’île de Lyon

Visiter Lyon,

Itinéraire proposé pour cette ville : Au pied de la Colline

quote haut
Le ,
par Valérie
Découvrir le quartier de la Presqu’île de Lyon

Table des matières

La Presqu’île se situe au cœur de la ville de Lyon, entre le Rhône et la Saône, elle fourmille de magnifiques bâtiments historiques de style gothique, renaissance et haussmannien, mais les locaux comme les touristes l’apprécient également pour ses magasins, ses sites touristiques, ses terrasses conviviales, sa gastronomie…

La place Bellecour et la place des Terreaux sont 2 lieux incontournables de la Presqu’île de Lyon. Élégantes et majestueuses, elles sont à la fois riches d’histoire et le lieu rêvé de tous les adeptes du lèche-vitrine avec, au choix, de grands noms de la mode, des boutiques branchées, et des jeunes créateurs qui se partagent l’espace.

Ce ne sont pas moins de 3 000 boutiques qui s’offrent à vous dans le Carré d’or de la Presqu’île de Lyon.

La majestueuse fontaine Bartholdi, le musée des Beaux-arts dans lequel vous pourrez découvrir les œuvres ô combien précieuses de Picasso, Matisse, Degas, ou encore, Van Gogh dans un ancien couvent du XVII e siècle, le musée de l’Imprimerie ou des tissus et des Arts décoratifs ne sont qu’un échantillon de toutes les activités qui n’attendent que vous dans la presqu’île de Lyon.

Présentation du quartier de la Presqu’île de Lyon

La Presqu’île de Lyon a connu de nombreuses mutations tout au long de l’histoire. Aujourd’hui, elle se regroupe au niveau des quartiers des Terreaux, de Saint-Nizier, Cordeliers, Grolée, Jacobins, Bellecour, et Ainay, qui sont tous classés à l’UNESCO. Auxquels s’ajoutent Carnot, Perrache, Sainte-Blandine et Confluence qui ne sont pas classés.

place de la republique lyon presqu ile

En flânant dans les rues de la Presqu’île de Lyon, vous évoluerez au milieu d’une architecture variée de l’époque gallo-romaine jusqu’à nos jours dans le dédale de rues jonchées de lieux emblématiques. Et si l’on parle souvent de Lugdanum, ancien nom de la ville de Lyon sous la colonisation romaine, ce sont bel et bien avec nos ancêtres Gaulois, les Ségusiaves, que débute l’histoire de la Presqu’île de Lyon lorsque ces derniers créés un bourg celtique du nom de « Condate » en contrebas de l’actuelle Croix-Rousse.

Condate en celte signifie confluent, un nom tout trouvé pour cette île située entre le Rhône et la Saône ! Les habitants étaient alors principalement des artisans, des potiers, des verriers, des bronziers, des tisserands (les futurs canuts…).

Après l’invasion romaine, la presqu’île subira au Moyen-âge les ravages des Huns, des Sarrasins, des crues…. C’est également à cette époque que l’île devient presqu’île et que sera construite l’abbaye d’Ainay, une des plus puissantes. Le pont la reliant au quartier du Vieux Lyon bâti au XIe siècle, ce qui aura pour conséquence d’attirer de nombreux marchands et artisans, et d’augmenter le nombre d’habitants.

À la Renaissance, la Presqu’île se démarque au niveau européen avec la création des foires lyonnaises qui attirent aussi bien des intellectuels que des entrepreneurs de qualité. Cette époque marquera les débuts de l’imprimerie avec l’arrivée de Barthélémy Buyer en 1473, la presqu’île de Lyon deviendra petit à petit le nouveau centre de la ville. Trois décennies plus tard, la ville de Lyon ne comptera pas moins de 30 imprimeries.

Au XIXe siècle, le préfet Vaisse débute des travaux titanesques qui transformeront à jamais le visage de la Presqu’île, les petites rues sont transformées en grands boulevards et en larges voies de circulation, les immeubles de style Haussmannien font leur apparition.

Aujourd’hui, le quartier Confluence est la preuve de la redynamisation du sud de la Presqu’île de Lyon, un quartier urbain végétalisé de plus de 41 ha regroupant logements, bureaux et loisirs, réhabilité selon une architecture contemporaine.

Quelles sont les attractions à voir sur la Presqu’île de Lyon ?

La Presqu’île de Lyon n’est pas dépourvue d’atouts, les passionnés d’histoire, de patrimoine, d’architecture, de lèche-vitrine et de loisirs y trouveront tous leur compte !

Voici quelques pépites à ne surtout pas manquer :

1 – La place Bellecour

Cette place, immense et centrale, est la place piétonne la plus spacieuse en Europe.

place bellecour lyon presquile

Ce qui était autrefois une zone marécageuse balayée par les crues s’est transformée, après sa destruction lors de la Révolution française, en cette magnifique place telle que nous la connaissons aujourd’hui, sous l’impulsion de l’empereur Napoléon qui s’était pris d’affection pour la ville de Lyon. La place Bellecour accueille chaque année de nombreux événements festifs, culturels et sportifs telle que la fête des lumières.

  • Une patinoire et la grande roue sont installées en hiver,
  • La fête des lumières le 8 décembre, les Lyonnais posent des luminions sur le rebord des fenêtres et des illuminations sont projetés sur les façades des monuments et bâtiments de la ville. Un spectacle fabuleux à voir au moins une fois dans sa vie !
  • La majestueuse statue équestre de Louis XIV datant de 1825, l’originale de 1713 ayant été détruite par les révolutionnaires,
  • Le mémorial de la deuxième Guerre mondiale, le Veilleur de Pierre,
  • La statue de Saint-Exupéry assis avec le Petit Prince érigée en hommage à cet écrivain, aviateur et reporteur Lyonnais,
  • Un parc pour les enfants,
  • Des galeries d’art,
  • Des brasseries,
  • L’Huilerie Richard,
  • Prendre un cours de cuisine dans le prestigieux Institut Paul Bocuse…

2 – La place Antonin-Poncet

Cette place abrite l’hôtel des Postes bâti en 1934 et dans lequel l’artiste Louis Bouquet a peint une fresque de 54 m de longueur sur 4 m de hauteur en 1937. Cette fresque illustre le rayonnement de la ville de Lyon sur le monde à travers les ondes et les transports. À découvrir également, le clocher de la chapelle de l’hôpital de la Charité (vestige du bâtiment démoli en 1933), l’embarcadère, et le mémorial du génocide Arménien sous la forme de colonnes hautes.

3 – Le quartier d’Ainay

La Basilique de Saint-Martin d’Ainay de style roman et située au sud de la presqu’île de Lyon, a connu de multiples évolutions. Édifice mérovingien à l’origine puis chapelle carolingienne au Xe siècle, elle est ensuite élevée au rang d’abbaye. En 1600, le roi Henri IV séjourne à l’abbaye à l’occasion de son mariage avec Marie de Médicis à la cathédrale de Lyon.

Mais ce sont les protestants qui endommageront grandement le bâtiment lors de la prise de Lyon au XVI e siècle. Seule subsiste l’église Saint-Martin qui sera restaurée au XIX e siècle. Voûte de style gothique flamboyant, nefs voûtées et joliment peintes, sculptures iconographiques médiévales, références antiques et éléments de style roman se succèdent dans une parfaite homogénéité.

Vous trouverez également dans le quartier d’Ainay de très belles demeures bourgeoises du XIXe siècle, notamment, au niveau du quai Maréchal-Joffre, mais également, des galeries d’art et des antiquaires.

4 – Les rues Auguste Comte, Victor Hugo et de la Charité

Les rues chics de la presqu’île de Lyon.

La rue Auguste Comte est considérée par certains comme la plus belle rue de Lyon. Les boutiques d’art et d’antiquités sont légion et regorgent d’objets précieux : 50 antiquaires, 16 galeries d’art, 10 magasins de meubles et décorations, auxquels s’ajoute la maison Germain, cette boutique emblématique créée sous Louis XIV est un magasin de soierie réputé, des librairies, un graveur sur verre…

La rue Victor Hugo est une artère commerciale notoire à Lyon, vous y trouverez près de 40 magasins de vêtements (Jules, Armand Thiery, D.P.A.M., Camaïeu, Pimkie, Claire’s, Brice, Jacqueline Riu, Undiz…) et une quinzaine de magasins de chaussures (San Marina, Bocage…), mais également, les fameux cafés et chocolats Voisin, des boutiques de parfumeries et cosmétiques…

La rue de la Charité présente de nombreux commerces traditionnels et contemporains, des immeubles bourgeois de caractère, et de somptueux hôtels particuliers.

5 – La rue des Marronniers

Malgré son nom, vous ne trouverez pas un seul arbre dans cette rue piétonne, mais des restaurants ainsi que 2 traboules dont une au numéro 2 qui vous dirige vers la place Bellecour, et une au 3 bis qui vous conduit au Théâtre des Marronniers transformé en cinéma.

Les petits bouchons lyonnais foisonnent dans la rue des Marronniers, vous pourrez y déguster des plats emblématiques de la cuisine lyonnaise : tablier de sapeur, quenelles et gâteau de foie, andouillette, tête de veau sauce gribiche… La Mère Jean, Chez Mounier, Chabert et Fils, Aux Trois Cochons, la grange des Marronniers ou chez M’man, sont quelques exemples de la vingtaine de petits bouchons Lyonnais où vous pourrez vous délecter des spécialités locales.

6 – La rue de la République

Cette artère principale de la Presqu’île de Lyon compte parmi les plus belles rues de la cité avec des façades sculpturales, des ornements de portes ou de colonnes, de belles portes en bois… Des artistes se produisent dans cette rue très fréquentée et jouent du violon, de l’accordéon, de la flûte de Pan, de la guitare, du biniou…

rue de la republique lyon

D’autres artistes sont présents : des dessinateurs reproduisent des tableaux à la craie sur les pavés, des hommes statues… Sans oublier les bijouteries, les diamantaires et les nombreux magasins très présents dans cet espace. La rue de la République relie la Place Bellecour à l’Hôtel de Ville.

7 – La place de la République

Située au centre de la rue de la République, elle est ornée d’une grande fontaine mise en valeur par des projecteurs la nuit.

8 – L’Hôtel Dieu

Ce bâtiment bâtit au XII e siècle fut administré par différents ordres ecclésiastiques jusqu’à sa vente à la ville de Lyon au XV e siècle. Hospice puis hôpital, puis maternité, c’est aujourd’hui un hôtel 5 étoiles ainsi qu’un espace commercial parsemé de boutiques très tendances, des bureaux, des restaurants… Où se mélange architecture ancienne et moderne.

hotel dieu lyon presquil

9 – La Place des Jacobins

Cette place était autrefois le site d’un couvent jacobin détruit au XIX e siècle, une magnifique fontaine de marbre blanc se dresse en son centre avec des statues représentant des artistes lyonnais : l’architecte Philibert Delorme, le sculpteur Guillaume Coustou, l’artiste graveur et dessinateur Gérard Audran et le peintre Hippolyte Flandrin. Les terrasses et commerces ne manquent pas à proximité de cette place.

place des jacobins

10 – La palais de la bourse

La palais de la bourse date du XIX e siècle, il fut construit à la demande du préfet de Lyon Jean Marius Vaïsse, et sera inauguré par l’Empereur et sa femme l’impératrice Eugénie en 1860. Le président de la République Sadi Carnot est assassiné par un anarchiste à proximité de la bourse en 1894, un pavé rouge marque l’endroit du crime ainsi qu’une plaque commémorative sur le mur du Palais de la Bourse.

La salle de la Corbeille présente de somptueuse armoiries au plafond, 24 cariatides et atlantes au 3 e étage ainsi qu’une gigantesque statue de marbre surmonte l’horloge du premier niveau.

11 – La Basilique Saint-Bonaventure

Elle se situe en face du Palais de la bourse, bâtit en 1327 dans un style gothique, l’intérieur est mis en valeur par de nombreux objets d’art : statues, tableaux, décors, tapisseries, vitraux…

12 – La place de la Bourse

Face au monumental palais éponyme, prenez le temps d’admirer la façade sud construite en pierre blanc et rose, ses colonnes et son toit d’ardoise, les sculptures et l’horloge à son sommet. La place de la bourse, très agréable, a été végétalisée.

13 – L’Église Saint-Nizier

Elle porte le nom de l’évêque qui était en poste à Lyon au 6 e siècle et qui fut enterré à sa mort dans ce qui n’était alors qu’une petite église. La construction à débuté au XIV e siècle, elle se terminera au XIX e siècle. L’église Saint-Nizier fait donc partie des plus anciennes églises de Lyon et ses deux tours asymétriques lui donne un cachet tout à fait unique.

Le portail est de style Renaissance, la voûte extérieure se caractérise par un décor caissonné de chérubins et de roses. À l’intérieur, l’orgue de 1825 se situe au-dessus de la porte, les vitraux, les bas-reliefs, les autels de marbre, les statues se marient avec élégance au style gothique flamboyant.

14 – L’Opéra de Lyon

Cet édifice classique, inauguré en 1756, sera racheté et détruit par la ville au XIX e siècle avant d’être reconstruit dans un style néo-classique. En 1988, l’architecte Jean Nouvel est choisi pour réhabiliter un édifice mal entretenu. La réouverture en 1993 se fera notamment avec le premier opéra donné en 1688 à l’ouverture de l’Académie royale de musique de Lyon : Phaéton de Jean-Baptiste Lully.

opera lyon

Seuls les murs ont été conservés dont la façade de style néo-classique, un dôme contemporain en verre couvre aujourd’hui l’édifice auquel s’ajoute un jeu de 8 000 balises rouges. Le grand foyer, datant de 1831, est l’unique salle conservée de l’ancien théâtre. Son décor d’origine composé de peintures et de dorures contraste avec le reste du bâtiment. L’opéra de Lyon organise des spectacles qui s’adressent à toutes les générations et à toutes les bourses !

15 – La Place des Terreaux

Ce rectangle parfait se situe au pied du magnifique quartier de la Croix-Rousse, et va de l’hôtel de Ville jusqu’au palais Saint-Pierre. Autrefois composés de terrains marécageux, c’est le roi Louis XII qui repousse les limites de la ville de Lyon jusqu’à cet endroit en 1512. L’Hôtel de Ville fut construit en 1672. La place des terreaux a toujours eu un rôle indéniable dans la vie politique, publique et culturelle de la Ville.

place des terreaux lyon

Lieu d’exécutions publiques au XVII e siècle, une guillotine y sera installée pendant la révolution, elle sera également le lieu de contestation de « l’émeute des deux sous » en 1786, puis du soulèvement des Canuts en 1831. Sans compter la venue de Bonaparte, ou encore, celle du Général de Gaulle qui proclamera Lyon « capitale de la Résistance » du balcon de l’Hôtel de Ville en 1944.

Manifestations sportives ou culturelles, concerts gratuits, fête des lumières le 8 décembre… La place des terreaux est un lieu qu’affectionnent tout particulièrement les Lyonnais. 

Les immeubles, les terrasses des cafés, l’hôtel de Ville, la superbe fontaine Bartholdi avec ses 15 mètres de diamètre et ses 4 chevaux qui paraissent surgir de la fontaine avec leurs naseaux fumants. Le Palais Saint-Pierre, aujourd’hui musée des Beaux-Arts, où subsiste encore aujourd’hui des jardins, des cloîtres, un escalier d’honneur, un réfectoire du XVII e siècle… Parmi les vestiges qui n’ont pas été détruits par les révolutionnaires et qui sont autant de merveilles à découvrir sur cette place emblématique.

16 – L’Hôtel de Ville

Malgré les multiples incendies qui ont ravagé cet édifice, il reste à ce jour l’un des plus beaux monuments de la presqu’île et de la ville de Lyon. Il aura fallu 26 ans pour que soient terminés les 4 pavillons, les 2 cours et le beffroi qui compose ce bâtiment. Les décors de la grande salle ont pour thème « Le temple d’Auguste » construit par les 60 nations gauloises, celui de l’escalier d’honneur « l’incendie de Lyon sous Néron ».

Hotel de ville lyon

Pendant la révolution, la cours devient une cour de justice et les exécutions sont légion, les décors détruit pendant la révolution sont reproduits en 1853 : médaillons de bronze, statues, soieries… Les peintures sont rénovées. L’hôtel de ville de la presqu’île de Lyon accueillera par 3 fois l’Empereur Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie au XIX e siècle.

17 – La Rue Mercière

Cette rue est l’une des premières rues de la Presqu’île de Lyon. Si elle est de nos jours réputée pour ses restaurants, elle fut à ses débuts l’une des artères essentielles de la ville de Lyon entre les différents ponts commerciaux qui alimentaient la ville. Cette rue est, en outre, directement liée à l’histoire de l’imprimerie, et ce, dès le XVI e siècle.

Les foires annuelles offraient une large diffusion des œuvres grâce à ses 181 ateliers d’imprimerie, la rue Mercière était alors le 3e plus grand site d’édition en Europe. Aujourd’hui piétonne, la rue Mercière régale locaux comme touristes des spécialités de la gastronomie lyonnaise.

Le Bistrot de Lyon, considéré comme le navire amiral de la brasserie lyonnaise par le Gault&Millau, est également apprécié pour son décor authentique avec ses fresques, miroirs et autres dorures. Le Mercière, la traboulerie, et les enfants terribles sont quelques exemples parmi ces bouchons lyonnais qui mettront vos papilles en éveille !

18 – La Place des Célestins

Elle tient son nom de l’ancien couvent des Célestins construits au XVI e siècle et qui a également servi de dortoir de malades, réfectoire, chapitre, cellules et bibliothèque pendant 400 ans. Vendu en 1786 par le donateur à un entrepreneur, le couvent est transformé en immeubles de commerce ainsi qu’en théâtre. Il reste cependant quelques vestiges architecturaux de cette époque comme :

  • Le passage voûté surmonté d’une statue de la Vierge du XVIIe siècle au 11 place Antonin Gourju,
  • Les deux premiers étages et les portes nord et sud du couvent du XVIIIe siècle au 8 jusqu’à 10 quai des Célestins,
  • Une inscription latine au 2 rue Charles Dullin…

19 – Le Théâtre des Célestins

Depuis plus de 200 ans, ce théâtre n’a cessé de produire des pièces d’art dramatique à l’instar de la Comédie-Française. Ce théâtre à l’italienne, doté de 2 salles rouge et or, fourmille de projet et propose une programmation de qualité issue du répertoire ou contemporaine. Vous pourrez admirer sur sa façade des colonnes, ainsi qu’un attique sculpté de guirlandes, de lion et d’anges, des moulures et des trompe-l’œil. 

Quelles sont les boutiques présentes dans le quartier ?

La Presqu’île de Lyon a de quoi assouvir les désirs de tous les accros du shopping avec plus de 3 000 boutiques. Si vous affectionnez tout particulièrement les marques, c’est dans la rue Edouard Herriot qu’il faut vous rendre. Les rues Victor Hugo et de la République font partie des plus grandes zones piétonnes commerçantes d’Europe. Quant au centre commercial de la Part-Dieu, c’est le plus grand en Europe. Les adeptes des antiquités trouveront leur bonheur Place Bellecour et dans le quartier Auguste Comte.

boutiques lyon republique

Afin de vous mettre l’eau à la bouche, voici un petit échantillon non-exhaustif des magasins de la rue de la République :

 1 – Uniqlo Lyon

Cette marque japonaise a la particularité de maîtriser le procédé de confection de ses lignes de vêtements dans sa totalité, du design à la production. Sa philosophie : des vêtements casual de qualité à la portée de tout le monde.

Uniqlo 9 – 11 rue du Président Carnot, 69002 Lyon.

2 – Lush Lyon

Une gamme de cosmétiques faits main et fabriqués à base d’ingrédients naturels. Bombe de bain, gelée de douche ou shampoing solide, Lush Lyon propose des produits pour toute la famille !

Lush Lyon 71 rue de la République, 69002 Lyon.

3 – Dr Martens Lyon

On reconnaît tout de suite ces chaussures au style très particulier, mais tellement confortables et durables, qui ont fait des adeptes dans le monde entier. Classiques ou contemporaines, venez découvrir toute la collection !

Dr Martens 10 rue du Président Carnot, 69002 Lyon.

4 – Decathlon Lyon

Dernières collections, tenues de sport d’occasion à prix exceptionnels ou location de matériel de sport courte durée, Decathlon Lyon vous accueille 3 rue du Président Carnot, 69002 Lyon.

5 – Snowleader Lyon

Cette boutique est spécialisée dans la vente d’équipement pour le ski et autres sports de montagne.

Snowleader Lyon : 6 rue du Président Carnot, 69002 Lyon.

6 – Horace Lyon

Des soins et des produits cosmétiques de qualité pour les hommes, fabriqués en France.

Horace Lyon 49 rue de la République, 69002 Lyon.

7 – Sephora Lyon

Maquillage, soin, parfum, bar à sourcils, ou maquillage de 45 minutes pour un nouveau visage au top, rendez-vous dans l’univers de la beauté !

Séphora Lyon 53 place de la République Lyon 69002.

Quels sont les musées à visiter sur la Presqu’île de Lyon ?

1 – Le Musée des Beaux-Arts, l’un des plus grands en Europe

Situé place des Terreaux, ce musée présente une collection riche et variée d’antiquités du bassin méditerranéen des pharaons à la Rome antique, de sculptures du moyen Age et de la Renaissance jusqu’au XX e siècle, de trésors de monnaies, médailles, sceaux et autres bijoux de toutes les époques, d’objets d’art du Moyen-Âge au XXe siècle (ivoires, émaux de Limoges, faïences…), de peintures du Moyen-Âge à l’art moderne (Pérugin, Véronèse, Rubens, Fragonard, Géricault, Delacroix, Manet…), et enfin, un cabinet des arts graphiques contenant pas moins de 15 000 œuvres du XVIe au XXIe siècle.

Le tout, dans l’un des plus vieux monastères de Gaule. Prenez le temps d’admirer le réfectoire et l’escalier d’honneur issus de l’art baroque, le cloître du XVII e siècle et les colonnes de marbre rose dans la salle des vases grecs qui était autrefois l’oratoire privé des appartements des religieuses.

Musée des Beaux-Arts de Lyon se situe 20 place des Terreaux, 69001 Lyon.

statues Musee des Beaux Arts

2 – Le musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique

Le musée se situe dans un bâtiment de style renaissance et vous plonge dans l’histoire du livre et des différentes techniques graphiques, de son origine jusqu’à la photocomposition. Une exposition permanente vous permettra de découvrir des centaines de livres, une copie des Tables Claudiennes, des estampes ainsi que des imprimés éphémères couvrant une très large période.

  • Des expositions temporaires et des ateliers sont proposés toute l’année. Parmi les ateliers proposés, vous trouverez : typographie, gravure, illustration, calligraphie, enluminure…
  • La galerie ovale et la tour valent également le coup d’œil.
  • Le musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique se situe 13 rue de la Poulaillerie, 69002 Lyon.

Où dormir à la Presqu’île de Lyon ?

Hôtels prestigieux, chambres d’hôtes ou hôtels plus accessibles, vous trouverez de tout et à tous les prix sur la Presqu’île de Lyon.

1 – Hôtel prestigieux de la presqu’île de Lyon

Hôtel de l’Abbaye

Entre 160 € 300 € la chambre double, grand confort, cadre très agréable et décoration soignée à 700 mètres de la place Bellecour, 800 mètres du théâtre des Célestins et 1.6 km du musée des Beaux-arts.  20 rue de l’Abbaye d’Ainay, 69002 Lyon

Hôtel Intercontinental de la presqu’île de Lyon

Niché au cœur d’un bâtiment classé au patrimoine historique, l’Hôtel-Dieu, monument du XII e siècle. Cet hôtel de luxe propose un service digne de ses 5 étoiles à partir de 300 € la nuit pour une chambre double. 20 quai Jules Courmont, 69002 Lyon.

2 – Chambre d’hôte Presqu’île de Lyon

Une nuit au second

Situé dans un immeuble du XIX e siècle, la chambre de 30 m2, avec salle de bains privative et coin salon, offre tout le charme des appartements anciens avec une grande hauteur sous plafond et des moulures d’époque. Un subtil mélange de classique et de contemporain à partir de 130 € la nuit pour une chambre double, à 600 m de la place Bellecour et à 200 m du métro Ampère. 11 rue Jarente, 69002 Lyon.

3 – Hôtels plus abordables

Hôtel Vaubecour

À partir de 55 € la nuit, cet hôtel de charme au cœur de la presqu’île de Lyon a gardé un côté authentique avec ses moulures, ses hauts plafonds et ses cheminées d’époque. Cet hôtel 2 ** est situé à 100 mètres des quais de Saône et de l’Abbaye d’Ainay. 28 rue Vaubecour, 69002, Lyon.

L’ibis budget Lyon Confluence

Chambre insonorisée et salle de bain privative à partir de 54 € la nuit, à 700 mètres de la gare de Lyon-Perrache et à 1 km de la vieille ville de Lyon. 24, quai Perrache, 69002 Lyon.

En conclusion

La presqu’île de Lyon ne manque pas de charme, d’atouts historiques, architecturaux, gastronomiques et artistiques. Un endroit qui peut plaire à toute sorte de vacanciers : solo, en famille, ou entre amis, que ce soit pour un week-end ou plus. Venez découvrir tous les secrets de la presqu’île de Lyon de l’antiquité à nos jours et repartez avec des souvenirs plein la tête de la capitale des Gaules !

Le saviez-vous ?

« C’est l’hôpital qui se moque de la charité » est une expression bien connue en France, mais savez-vous précisément d’où vient cette expression ? De Lyon bien sûr ! Et plus précisément, de la presqu’île de Lyon où l’Hôtel-Dieu et la Charité (dont il ne reste plus que le clocher place Antonin Poncet) étaient des hospices rivaux et dénigraient les services prodigués par l’un ou par l’autre alors qu’ils faisaient exactement la même chose : accueillir les malades à l’hospice, aider les pauvres gens… Elle sous-entend que ces 2 rivaux avaient au final les mêmes défauts, c’est de là qu’est née cette fameuse expression.

Découvrez notre itinéraire complet pour visiter Lyon

Découvrir le quartier de la Presqu’île de Lyon
audioguides

Audioguides

decouvertes

Points d’intérêts

plan de visite

Plan de visite

decouvertes

Plein d’anecdotes

Visiter Lyon

icone email

Inscrivez vous à notre newsletter

De belles destinations directement dans votre boîte email !

Plus de 200 visites dans le monde !

france

Visiter la France

europe

Visiter l’Europe

monde

Visiter le monde

Retour haut de page